Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles canadiennes

L’Alberta transforme la gestion de son système de santé

[ad_1]

Le gouvernement de Danielle Smith lance une refonte complète de la gestion de son système de santé et prévoit diviser le gestionnaire actuel, Alberta Health Services (AHS), en quatre organisations distinctes.

AHS, qui supervise actuellement tous les soins de santé de la province, ne s’occupera que des soins aigus, c’est-à-dire des services de courte durée pour les patients en cas de maladie ou d’intervention chirurgicale. Les services d’urgence et les ambulances relèveront de sa responsabilité.

Les trois autres organismes fourniront chacun des services de soins primaires, de soins continus ainsi que de santé mentale et de toxicomanie.

Les quatre structures seront sous la tutelle du Ministère de la Santé et du Ministère de la Santé Mentale.

Bienvenue dans une nouvelle ère de santé en Alberta.

Selon le gouvernement, cette restructuration vise à améliorer les soins prodigués aux Albertains et le moral des professionnels de la santé.

La première ministre Danielle Smith a reconnu que le système de santé ne répond pas adéquatement aux besoins de la population albertaine.

Photo : La Presse Canadienne / JASON FRANSON

Le manque de médecins de famille et d’ambulanciers paramédicaux ainsi que les longs délais d’attente aux urgences sont quelques-uns des problèmes soulignés lors de la campagne électorale de mai dernier. La pénurie de personnel de santé entraîne toujours des fermetures temporaires des urgences hospitalières en milieu rural.

Je ne suis pas satisfait de l’état de la situation et je sais que les Albertains ne le sont pas non plus.a déclaré le premier ministre de l’Alberta.

Danielle Smith a également reconnu que les mesures mises en place l’an dernier n’étaient pas suffisantes. En novembre dernier, elle a dissous le conseil d’administration deAHS et nommé un administrateur intérimaire pour améliorer les délais d’attente pour les soins d’urgence notamment.

Effet attendu sur les soins

La séparation des soins en quatre organisations devrait améliorer l’efficacité du système, selon Danielle Smith, qui a décrit le fonctionnement actuel comme suit : une structure centralisée rigide avec une approche dispersée qui manque de coordination.

Lorsqu’on lui a demandé comment les changements de gestion amélioreraient les temps d’attente aux urgences et d’autres symptômes d’un système de santé en effondrement, la ministre de la Santé, Adriana LaGrange, a également fait valoir son point de vue. avantages d’un système spécialisé.

Continuer sur le même chemin ne fonctionne pas. Nous devons apporter des changements, a-t-elle déclaré. Il a fallu beaucoup de temps pour en arriver à aujourd’hui, il faudra beaucoup de temps pour changer.

Gros plan d’une femme aux cheveux bruns parlant dans un microphone.  Septembre 2023.

La ministre de la Santé de l’Alberta, Adriana LaGrange, a également promis que les changements n’entraîneront pas une privatisation accrue du système de santé.

Photo : Radio-Canada / Manuel Carrillos Avalos

Le gouvernement de l’Alberta promet que la transition ne changera pas la façon dont les gens accèdent aux soins de santé.

En plus des quatre organismes, un conseil d’intégration sera créé pour uniformiser le système. Un nouveau secrétariat s’occupera des appels d’offres et de l’optimisation du système. Treize conseils consultatifs seront chargés de fournir un aperçu local du système de santé.

Malgré toutes ces créations, Danielle Smith promet que la nouvelle direction n’ajoutera pas de bureaucratie supplémentaire. Nous veillerons à ce que les emplois des professionnels de la santé de première ligne soient protégés, mais il y aura une réduction des coûts pour les cadres.

Elle a également promis que ces changements ne visaient pas à accroître la privatisation des soins de santé.

Cette réforme n’a rien à voir avec la privatisation des soins de santé.

Mauvais problème, mauvaise solution, disent les avis

Selon Steven Lewis, professeur adjoint de politique de la santé à l’Université Simon Fraser, le gouvernement utilise AHS comme une pinataou le bouc émissaire du mécontentement.

La structure est rarement le problème principal et la restructuration est rarement la solution. Toutes les structures sont imparfaitesil dit.

Il ajoute que changer à nouveau le système, 15 ans après la centralisation des zones de santé, risque de créer de l’incertitude et de décourager les professionnels de la santé de rester en Alberta.

Tom Noseworthy, professeur émérite à l’Université de Calgary, va encore plus loin. La restructuration est un écran de fumée qui rejette toute la faute sur AHSselon lui.

C’est une journée sombre pour le système de santé de l’Alberta.

Il se demande comment la fragmentation de la gestion du système de santé est censée créer un réseau plus intégré.

De son côté, le United Nurses Union of Alberta craint que la restructuration puisse entraîner le chaos et devenir un obstacle au recrutement et à la rétention des infirmières.

Même son de cloche du côté de la Fédération du travail de l’Alberta et du Nouveau Parti démocratique (NPD).

L’Alberta Medical Association est toutefois heureuse que des consultations aient lieu pour façonner les quatre nouvelles organisations et garantir qu’elles ne fonctionnent pas en vase clos.

Plusieurs groupes de professionnels de la santé comme leAssociation professionnelle des pompiers et des ambulanciers paramédicaux de l’Alberta et le Association des infirmières praticiennes ont également apporté leur soutien au plan gouvernemental.

Un remaniement sur un an

Un budget de 15 millions de dollars a été alloué pour la transition vers la nouvelle structure.

La refonte ne devrait être finalisée qu’à l’automne 2024. Premièrement, des consultations auront lieu cet automne avec les syndicats de la santé, les agents de santéAHS et le système de santé en général.

Un nouveau conseil d’administration a également été nommé pour AHS. La première ministre Danielle Smith l’a dissous l’année dernière et l’a remplacé par un administrateur intérimaire.

Des comités de transition en soins primaires et en soins continus seront ensuite créés cet hiver, mais les structures définitives ne seront prêtes qu’à l’automne 2024, selon l’échéancier du gouvernement. Les deux autres organisations seront créées au printemps.

La réorganisation correspond aux informations révélées la veille par le NPD de l’Alberta.

[ad_2]

Gn Ca local

Back to top button