Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles canadiennes

L’Afrique du Sud rejoint les All Blacks en finale

[ad_1]

L’Afrique du Sud, tenante du titre, défendra sa couronne mondiale face à la Nouvelle-Zélande samedi 28 octobre, après avoir forcé le verrou sur une demi-finale verrouillée samedi contre l’Angleterre (16-15). « Nous sommes en finale, c’est tout ce qui compte »» a lancé le colossal deuxième ligne Eben Etzebeth au terme d’un match où les Springboks étaient menés pendant 78 minutes.

Mais avant d’espérer soulever à nouveau le trophée Webb-Ellis, le 28 octobre dernier, les Springboks ont dû passer un véritable test de personnalité face à une équipe d’Angleterre surprenante et redécouverte.

« La force de cette équipe est de ne jamais abandonner et de trouver une solution, même si cela ne nous convient pas, même si nous ne jouons pas bien. Cela nous a pris du temps, cela nous a pris 78 minutes mais ils ont refusé d’abandonner. Ils se sont battus jusqu’au bout. »sourit leur entraîneur, Jacques Nienaber.

Un match extrêmement compliqué

Car, face aux Boks, la Rose a piqué d’entrée, et fort : d’abord avec quatre penaltys (3e, 10e, 24e, 40e) et un drop (53e) d’Owen Farrell mais surtout en emmenant les Springboks à leur propre jeu, en mêlée (2 gagnées) comme en touche (4 touches perdues).

Les hommes de Rassie Erasmus et Jacques Nienaber, qui avaient éliminé les Français une semaine plus tôt (29-28) la tête haute, ont en effet raté leur rendez-vous. Sous la pluie dyonisienne, les Boks ont vécu un match extrêmement compliqué, à l’image de leur talonneur Mbongeni Mbonambi en touche (deux lancers pas droits, un contré) ou de leur ouvreur Manie Libbok, sorti après seulement 31 minutes.

En répondant à l’impact physique sud-africain et en jouant – beaucoup – aux pieds, tout en s’appuyant sur une défense d’acier, les Anglais ont joué avec leurs armes. Pendant soixante-dix minutes, les Boks ont semblé incapables de répondre au problème posé par l’Angleterre. Jusqu’à l’essai salvateur du deuxième ligne RG Snyman (69e), en somme.

Grâce à des dix dernières minutes étouffantes et au penalty décisif de Pollard (78e) en toute fin de match, les Sud-Africains, menés tout au long de la partie mais qualifiés au forceps, ont renversé leurs adversaires pour se défendre. une quatrième finale planétaire.

Un remake de la finale de 1995

Samedi 28 octobre aura donc lieu un remake de la finale de 1995 entre les deux premiers du classement World Rugby : les Springboks contre les All Blacks. A l’époque, l’Afrique du Sud s’imposait péniblement (15-12, ap) grâce au jeu de jambes de son ouvreur Joël Stransky.

Vingt-huit ans après leur premier titre à domicile, les Sud-Africains ont donc l’opportunité de devenir les premiers à coudre une quatrième étoile sur leur maillot (après 1995, 2007 et 2019), une quête que poursuivent également les Néo-Zélandais. (1987, 2011 et 2015).

[ad_2]
Fr1

Back to top button