Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles canadiennes

Lafrenière « ressemblait à un joueur invité au camp »

[ad_1]

L’influent chroniqueur new-yorkais Larry Brooks semble s’être penché sur le cas d’Alexis Lafrenière ces jours-ci, critiquant sa performance médiocre au camp d’entraînement des Rangers et ne mâchant pas ses mots pour les commenter.

Dans un texte publié sur le site du quotidien « New York Post », le journaliste spécialisé dans le hockey est revenu sur le manque de production du Québécois, limité à une passe décisive en quatre matchs préparatoires. S’il a jugé la rencontre de jeudi de l’ailier, qui a participé à la défaite 3-1 face aux Bruins de Boston au Madison Square Garden, « meilleure que les précédentes », Brooks a tout de même utilisé des mots acerbes pour qualifier sa prestation.

• Lire aussi : Saga Mike Babcock : Pascal Vincent raconte une toute autre version

• Lire aussi : Crosby ne veut pas se laisser imposer par Bédard et McDavid

• Lire aussi : REGARDER: Marc-André Fleury écrase Connor Bedard

« (Le problème) n’est pas que Lafrenière ne ressemblait pas à un premier choix au repêchage, prêt à connaître une grosse saison. C’est plutôt que la plupart du temps, il ressemblait à un joueur invité à un camp ou à un essai, écrit l’auteur de l’article. Avant d’être rétrogradé à Hartford le week-end dernier, Matt Rempe, sélection de sixième ronde en 2020, a laissé une impression plus positive.

Qu’est-ce qui attend Lafrenière?

Néanmoins, Brooks considère que l’ancienne vedette de la Ligue de hockey junior majeur du Québec doit débuter la campagne dans l’un des deux premiers trios des Rangers… mais par défaut. Selon lui, l’aile droite du deuxième trio apparaît comme l’endroit idéal pour le patineur de 22 ans. C’est également là qu’il a joué jeudi, avec Artemi Panarin à gauche et Barclay Goodrow au centre ; il pourrait bientôt céder sa place à Filip Chytil, qui se remet d’une blessure au haut du corps.

« La vérité est que le numéro 13 n’a pas obtenu une place dans le top 6 grâce à son travail pendant le camp et cela est évident en soi. Certains diront même que le gars de Saint-Eustache ne méritait même pas une place dans l’alignement. (…) Voici la réalité : si Lafrenière ne parvient pas à obtenir une place à droite dans le top 6, Blake Wheeler devrait recevoir le mandat et c’est trop demander à un athlète de 37 ans évoluant également au deuxième. unité d’avantage numérique. Wheeler peut gravir les échelons pendant une courte période, mais les Blueshirts ne veulent pas le voir là-bas tout le temps », a écrit le chroniqueur.

Ce dernier croit que Lafrenière peut s’en sortir, affirmant que « rien n’indique qu’il ait été paresseux pendant l’été, mais que son travail ne s’est pas traduit sur la glace ». Voir des joueurs choisis juste après lui au repêchage 2020 avoir des deals bien plus lucratifs que le sien – Tim Stützle, notamment – ​​pourrait motiver davantage le Québécois, selon Brooks.

« Il semble paralysé », a-t-il analysé. Les Rangers ont besoin de Lafrenière et de le voir produire dans le top 6. (…) Il ne faut pas qu’il soit l’éléphant rose dans la salle en devenant le principal sujet de discussion à l’intérieur et à l’extérieur de l’organisation. Ils exigent surtout de le voir respirer, rien que ça.

New York débutera le calendrier en visitant les Sabres de Buffalo jeudi.



[ad_2]

Fr- local

Back to top button