Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles canadiennes

La victoire du PQ dans Jean-Talon va changer la dynamique au Salon bleu, estime le PSPP

[ad_1]

L’élection de Pascal Paradis dans la circonscription de Jean-Talon lundi soir permettra au Parti québécois (PQ) de s’affirmer davantage à l’Assemblée nationale, selon son chef Paul St-Pierre Plamondon.

Le parti, qui pourra désormais compter sur un quatrième député au Salon bleu, demandera également aux trois autres partis représentés – la Coalition Avenir Québec (CAQ), le Parti libéral du Québec (PLQ) et Québec Solidaire (QS) – pour le droit de poser au gouvernement une question par jour, ce qui n’est pas le cas actuellement.

Mais que ce souhait soit exaucé ou non, le PQ disposera désormais d’une force de frappe supplémentaire, qui devait jusqu’à présent faire face à un nombre très limité de personnes pour intervenir sur tous les sujetsa expliqué M. St-Pierre Plamondon lors d’un point de presse tenu mardi matin à l’Assemblée nationale.

Avoir une personne de plus du calibre de Pascal Paradis a un impact sur le Parti Québécois, c’est sûr, et ça nous donne plus d’élan (sic), plus de capacité à livrer avec qualité et rigueur.il a plaidé.

Le nouveau député de Jean-Talon est le cofondateur et directeur général d’Avocats sans frontières Canada. Là CAQ avait tenté de le recruter lors des dernières élections générales de l’année dernière, mais les négociations n’avaient finalement pas abouti.

Après avoir débuté sa carrière en litige chez Pothier Bégin, Pascal Paradis a exercé le droit des affaires internationales chez McCarthy Tétrault, où il a été nommé associé avec participation. Parallèlement, il cofonde Avocats sans frontières Canada en 2002, avec Me Dominique-Anne Roy et Me Pierre Brun, puis s’y consacre à temps plein à partir de 2004.

Photo : Radio-Canada / Sylvain Roy Roussel

Selon Paul St-Pierre Plamondon, les électeurs de Jean-Talon ont puni le gouvernement caquiste de François Legault pour avoir été au dessus de son entreprise en faisant des promesses qu’il savait ne pas pouvoir tenir, comme financer la construction d’un troisième lien autoroutier entre Québec et Lévis.

Selon lui, la position prudent Et nuancé de son parti sur le futur tramway n’a pas beaucoup influencé le vote. Pas plus que le PQ promet de tenir un référendum sur la souveraineté lors d’un premier mandat d’ailleurs. Il ne faut pas exploiter les résultats (des élections)a-t-il argumenté mardi.

A noter que les gens ont décidé d’envoyer un message au gouvernement. C’est ce que c’est. Il dit : « Arrêtez de sous-estimer notre intelligence. Donnez-vous de la transparence. » Et nous envoyons quelqu’un qui favorisera la responsabilité et des réponses claires aux questions.

M. St-Pierre Plamondon s’est également indigné du fait que le premier ministre Legault n’ait pas attendu la fin de son discours pour faire le sien lundi soir.

Si le message du gouvernement était celui du questionnement et de la modestie, ne pas laisser finir son adversaire qui vient de remporter l’élection, alors qu’on aurait pu simplement attendre 1 minute et 30 secondes, c’est un peu contradictoire.il a lâché.

LE PQ a remporté une nette victoire aux élections complémentaires lundi soir, en obtenant 44,1% des voix contre 21,3% pour le CAQ; 17,5% pour QS; 8,9% pour PLQ; 6,1% pour PCQ; et 1,2 % pour Climat Québec. Au total, 10 candidats ont concouru.

Pascal Paradis affrontait notamment Marie-Anik Shoiry (CAQ), Olivier Bolduc (QS), Élise Avard-Bernier (PLQ), Jesse Robitaille (PCQ) et Martine Ouellet (Climat Québec).

Il succédera à la caquiste Joëlle Boutin, qui a annoncé sa démission en juillet dernier, moins de six mois après avoir été réélue dans Jean-Talon aux élections générales d’octobre 2022.

Gabriel Nadeau-Dubois en point de presse.

Québec solidaire (QS) a perdu ses plumes lundi soir. Le parti politique est passé de 24 % en 2022 à 18 % en 2023. Le leader parlementaire solidaire, Gabriel Nadeau-Dubois, attribue sa défaite de lundi au fait que peu de jeunes sont sortis voter.

Photo : Radio-Canada / Sylvain Roy Roussel

Outre le CAQ, QSLE PLQ et le PCQ tous ont enregistré des baisses par rapport à l’année dernière.

Ce qui s’est passé (lundi) pour Québec solidaire est assez facile à lire : selon nos premières estimations, les jeunes ont voté environ deux fois moins que ceux de 65 ans et plus.a déclaré Gabriel Nadeau-Dubois mardi matin en point de presse.

Nous savions que le défi, lors de cette élection, serait de faire voter les jeunes et, évidemment, ce n’est pas un défi que nous avons relevé. Cela explique en grande partie le résultat d’hier et la légère diminution des voix que nous avons obtenues.

Le chef par intérim de PLQMarc Tanguay, pour sa part, a interprété le résultat de lundi comme un vote fort contre CAQ. Les gens de Jean-Talon ont envoyé un message très clair au gouvernement caquiste, a-t-il déclaré mardi. Et en ce sens, cela explique en grande partie la victoire du Parti québécois.

Jean-Talon a été un fief libéral jusqu’à l’élection de Joëlle Boutin lors d’une élection partielle en décembre 2019. En 2022, les libéraux ont terminé au quatrième rang avec 14 % des voix. Lundi, la candidate Élise Avard Bernier n’a obtenu que 9 %.

On ne sait pas encore quand le nouveau venu fera ses débuts au Salon bleu.

Interrogé sur le sujet, le député péquiste Pascal Bérubé a indiqué que la victoire de M. Paradis dans Jean-Talon ne changerait rien au budget parlementaire dont dispose le parti. PQOMS ne renégocie pas.

Bulletin politique

Abonnez-vous pour ne rien manquer.

Avec les informations de La Presse Canadienne

[ad_2]
journalmetro

Back to top button