Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles canadiennes

«La tyrolienne Québec-Lévis» : pour se moquer de sa bourde, la CAQ envoie des lignes de presse humoristiques aux médias

[ad_1]

Annonce de la tyrolienne Québec-Lévis, création d’un fonds pour sauver Britney Spears, pool de hockey de François Legault… le gouvernement a envoyé de fausses lignes de presse aux journalistes jeudi matin pour se moquer de sa bourde de la veille.

«Nous vous invitons à emprunter le tunnel situé sous la salle rouge pour arriver directement au caucus sans rencontrer les journalistes», peut-on lire dans le document farfelu préparé comme une plaisanterie par l’équipe des communications du premier ministre Legault.

Le message est plein de blagues :

«Le premier ministre sera à la salle chaude à 9 h 45 pour annoncer la tyrolienne Québec-Lévis.»

« Marie-Mai a déjà réalisé son sapin de Noël (…). Nous invitons tous les Québécois à faire comme Marie-Mai. Pierre Fitzgibbon leur demande toutefois d’attendre le 24 décembre pour allumer les lumières. Nous devons économiser de l’énergie.

« Le premier ministre est un amateur de hockey, donc nous sommes tous des amateurs de hockey. Il est également très performant dans sa piscine. Il vous invite à continuer d’être poches pour qu’il finisse premier. C’est notre sport national, nous sommes nationalistes.

Lignes de presse humoristiques transmises aux médias par la CAQ jeudi matin.

Capture d’écran

« Mathieu Lacombe travaille à la mise en place d’un fonds pour sauver Britney (Spears). »

Mercredi, le gouvernement avait vraiment envoyé par inadvertance les messages que les ministres étaient censés répéter dans la journée, concernant le point économique du ministre des Finances Éric Girard, le secteur des batteries et le projet de tramway.

Par exemple, si les journalistes posaient des questions sur la rencontre de mercredi avec le maire de Québec, Bruno Marchand, les membres de la CAQ ont dû se contenter de dire :

« Comme toujours, nous souhaitons travailler en collaboration avec la Ville et le gouvernement fédéral pour doter le Québec d’un projet de transport collectif structurant. Dans la situation économique actuelle, nous devons nous asseoir et examiner quelles sont nos options. C’est la chose responsable à faire. »

L’affaire a suscité quelques plaisanteries dans les couloirs de l’Assemblée nationale dans la journée.



[ad_2]

Gn Ca local

Back to top button