Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles canadiennes

La Saskatchewan adopte une loi sur les droits parentaux malgré la controverse

[ad_1]

La Loi sur les droits parentaux a été adoptée vendredi par l’Assemblée législative de la Saskatchewan, malgré la controverse, notamment sur l’identité de genre dans les écoles.

Les débats autour du projet de loi ont débuté en début de semaine et ont duré 40 heures. Il a également été lu trois fois à l’Assemblée législative.

Avant que cette loi n’entre officiellement en vigueur, le lieutenant-gouverneur de la Saskatchewan devra donner son approbation.

C’est en août dernier que le gouvernement provincial annonçait son intention d’adopter une nouvelle politique scolaire visant à protéger les droits des parents en ce qui concerne l’éducation sexuelle de leurs enfants à l’école, ainsi que l’utilisation par ces derniers de leur nom et pronoms préférés.

Cette politique a ensuite été contestée devant les tribunaux par leCentre UR Pride pour la sexualité et la diversité des genres.

À la suite d’une audience, le juge Michael Megaw a accordé une injonction suspendant la mise en œuvre de la politique en attendant une audience complète.

Le juge a indiqué que la politique pourrait causer un préjudice irréparable.

Rien n’indique (…) que le ministère (de l’Éducation) ait discuté de cette nouvelle politique avec des parties potentiellement intéressées telles que des enseignants, des parents ou des élèves.a indiqué Michael Megaw dans sa décision.

Pour sa part, le Premier ministre Scott Moe a déclaré que son gouvernement avait invoqué la clause dérogatoire si nécessaire pour protéger la politique.

Il a ajouté que le gouvernement provincial avait élaboré cette politique après avoir entendu les parents.

Le 10 octobre, une session d’urgence s’est ouverte à l’Assemblée législative et le projet de loi 137, qui modifie la Loi sur l’éducation, a été déposé peu de temps après.

Lors des débats à l’Assemblée législative jeudi, le porte-parole du NPD en matière d’éducation, Matt Love, a dénoncé le manque de consultation autour de cette nouvelle directive.

Photo : La Presse Canadienne / Heywood Yu

Les opposants dénoncent un manque de consultations en amont

Lors des débats au Parlement jeudi, le porte-parole de NPD en éducation, Matt Love, a dénoncé le manque de consultations menées par le gouvernement provincial autour de ce projet de loi.

Jeudi soir, le NPD a présenté deux amendements qui ont été rejetés par les votes.

L’objectif était, selon l’opposition, de garantir que le consentement parental ne soit pas requis dans les cas particuliers où un professionnel de la santé mentale détermine qu’il n’existe aucun moyen sûr d’informer un parent. Le deuxième amendement visait à créer une stratégie d’engagement parental.

Avec les informations d’Adam Hunter

[ad_2]
journalmetro

Back to top button