Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles canadiennes

La Russie tente de revenir au Conseil des droits de l’homme de l’ONU

[ad_1]

La Russie, exclue du Conseil des droits de l’homme de l’ONU après son invasion de l’Ukraine, tentera d’y revenir mardi, un pari incertain qui permettra d’évaluer son soutien sur la scène internationale.

L’Assemblée générale de l’ONU élira mardi 15 nouveaux membres de cet organe basé à Genève pour la période 2024-2026.

Si ses 47 membres sont répartis par grande région, chaque groupe régional présélectionne généralement ses candidats qui sont ensuite approuvés sans difficulté par l’Assemblée générale.

Mais cette année, deux groupes comptent plus de candidats que de sièges : l’Amérique latine (Brésil, Cuba, République dominicaine et Pérou candidats pour 3 sièges) et l’Europe de l’Est (Albanie, Bulgarie et Russie pour 2 sièges).

Quelques jours après le carnage du village ukrainien de Groza, où plus de 50 personnes ont été tuées par une frappe russe, la candidature de Moscou attire tous les regards.

« Nous espérons que les membres de l’ONU rejetteront fermement cette candidature grotesque », a déclaré à l’AFP un porte-parole du département d’Etat américain.

« Des membres des forces russes ont commis des violations du droit international humanitaire, notamment des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité en Ukraine », a-t-il notamment dénoncé.

Mariana Katzarova, experte mandatée par le Conseil des droits de l’homme, estimait récemment que la répression en Russie s’est intensifiée depuis l’invasion de l’Ukraine, atteignant « un niveau sans précédent dans l’histoire récente ».

Pour être élu, un pays a besoin de 97 voix sur les 193 États membres.

En avril 2022, 93 pays avaient soutenu la « suspension » de la Russie du Conseil, et 24 avaient voté contre.

Cette majorité contre la Russie était moins écrasante que celle des résolutions défendant l’intégrité territoriale de l’Ukraine (environ 140 voix), mais la question du Conseil des droits de l’homme était plus complexe, certains pays au bilan discutable en la matière craignant de subir un jour la même chose. destin.

– Par vote secret –

La particularité du vote de mardi est qu’il se déroulera au scrutin secret, dans un monde fragmenté où de nombreux pays se lassent de l’attention portée à l’Ukraine par les Occidentaux.

« Je pense que les diplomates occidentaux à New York sont très inquiets », a déclaré Richard Gowan, de l’International Crisis Group, estimant qu’une élection russe serait « un désastre en termes de relations publiques pour l’ONU ».

« La Russie dit toujours que de nombreux États membres de l’ONU sympathisent avec elle en privé, mais ne la soutiennent pas en public par crainte de contrarier les puissances occidentales », a-t-il ajouté. « Moscou espère le soutien de cette prétendue majorité silencieuse lors de ce vote secret. »

« Il n’y a pas de modèle de démocratie ou d’Etat voyou, comme certains le décrivent parfois », a défendu l’ambassadeur de Russie auprès de l’ONU, Vassili Nebenzia. « Aucun État membre ne peut prétendre être à l’abri de violations des droits de l’homme. »

Certes, aucun pays « n’a un bilan sans tache », a souligné Louis Charbonneau, de Human Rights Watch (HRW). « Mais chaque membre de l’ONU devrait reconnaître que le Conseil a des critères d’adhésion pour lesquels la Russie et la Chine font preuve d’un mépris abject. »

L’ONG a ainsi appelé les Etats membres à ne pas non plus voter pour Pékin en raison notamment de violations des droits de la minorité ouïghoure – la Chine ne risque cependant pas grand-chose dans le groupe Asie où il y a quatre candidats pour quatre sièges.

HRW appelle également les États membres à ne pas accorder leur vote à Cuba, alors que l’organisation Service international pour les droits de l’homme (ISHR) estime qu’outre la Russie et la Chine, le Burundi n’est « pas digne » d’être membre du Conseil.

Parmi les autres candidats mardi figurent également la Côte d’Ivoire, le Malawi, le Ghana, le Koweït, l’Indonésie, le Japon, les Pays-Bas et la France.



[ad_2]

Fr- local

Back to top button