Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles canadiennesPolitique

La police de Londres arrête plus de 120 personnes alors qu’un rassemblement pro-palestinien suscite des contre-manifestations

[ad_1]

LONDRES, 11 novembre (Reuters) – Plus de 300 000 manifestants pro-palestiniens ont défilé samedi dans le centre de Londres, et la police a arrêté plus de 120 personnes alors qu’elle cherchait à empêcher les contre-manifestants d’extrême droite de tendre une embuscade au principal rassemblement.

Des escarmouches ont éclaté entre la police et des groupes d’extrême droite rassemblés pour protester contre la manifestation qui a lieu le jour de l’Armistice, anniversaire de la fin de la Première Guerre mondiale, lorsque la Grande-Bretagne commémore ses morts à la guerre.

Le Premier ministre Rishi Sunak a condamné les violences observées au monument aux morts du Cénotaphe et a également attaqué les « sympathisants du Hamas » qui ont rejoint le plus grand rassemblement, « chantant des chants antisémites et brandissant des pancartes et des vêtements pro-Hamas lors de la manifestation d’aujourd’hui ».

Les tensions étaient vives avant la marche de samedi – la plus grande d’une série visant à montrer son soutien aux Palestiniens et à appeler à un cessez-le-feu dans la bande de Gaza – après que la ministre de l’Intérieur Suella Braverman les a qualifiées de « marches de la haine » menées par des « foules ».

La police métropolitaine de Londres avait refusé les demandes ministérielles visant à bloquer l’événement, affirmant qu’elle n’avait aucune indication qu’il y aurait de graves violences, ce qui tendrait les relations avec le gouvernement.

La police a déclaré samedi dans un communiqué avoir arrêté 126 personnes jusqu’à présent, dont la majorité étaient des manifestants de droite qui faisaient partie d’un groupe de plusieurs centaines de personnes qui, selon la police, comprenait des hooligans du football.

« La violence extrême des manifestants de droite envers la police aujourd’hui était extraordinaire et profondément préoccupante », a déclaré le commissaire adjoint Matt Twist, ajoutant qu’un couteau et un coup de poing américain avaient été trouvés lors des perquisitions.

Le débat intense sur les manifestations et le maintien de l’ordre à l’approche de la marche a accru les tensions communautaires, a-t-il déclaré.

Bien que le rassemblement pro-palestinien, beaucoup plus important, n’ait pas été marqué par des violences physiques, l’officier supérieur a déclaré que de petits groupes s’étaient séparés de la marche principale et qu’environ 150 personnes portant un masque avaient tiré des feux d’artifice qui ont frappé les policiers au visage, conduisant à des arrestations.

Des enquêtes sur un petit nombre de crimes haineux et de soutien à des infractions interdites par des organisations sont également en cours, a-t-il indiqué.

Sunak a appelé la police à adopter une ligne dure.

« Toute criminalité doit être réprimée avec toute la force de la loi », a-t-il déclaré samedi soir dans un communiqué. « C’est ce que j’ai dit mercredi au commissaire de police du Met, c’est de cela qu’ils sont responsables et c’est ce à quoi j’attends. »

Les affrontements entre la police et les manifestants de droite se sont poursuivis tout au long de la journée, les policiers en tenue anti-émeute utilisant des matraques pour tenter de contenir les manifestants qui jetaient des bouteilles.

Le maire de Londres, Sadiq Khan, et le premier ministre écossais, Humza Yousaf, ont déclaré que Braverman avait attisé les tensions et enhardi l’extrême droite en accusant la police de favoriser les « foules pro-palestiniennes » avant l’événement.

PLUS DE 300 000 REJOIGNENT LA MARCHE

La police a déclaré que plus de 300 000 personnes avaient rejoint le rassemblement pro-palestinien, tandis que les organisateurs estiment ce chiffre à 800 000.

Certains manifestants ont scandé « Du fleuve à la mer, la Palestine sera libre », un cri de ralliement considéré par de nombreux Juifs comme antisémite et un appel à l’éradication d’Israël.

D’autres brandissaient des banderoles sur lesquelles on pouvait lire « Palestine libre », « Arrêtez le massacre » et « Arrêtez de bombarder Gaza ».

Depuis l’attaque du Hamas dans le sud d’Israël le 7 octobre, les gouvernements occidentaux, y compris celui de la Grande-Bretagne, et de nombreux citoyens ont manifesté un fort soutien et une grande sympathie pour Israël. Mais la réponse militaire israélienne a également suscité la colère, avec des manifestations hebdomadaires à Londres exigeant un cessez-le-feu.

Environ 21 000 personnes ont participé samedi à un rassemblement pro-palestinien à Bruxelles et à Paris, des députés de gauche faisaient partie des quelque 16 000 manifestants qui ont défilé avec des banderoles et des drapeaux pro-palestiniens pour appeler à un cessez-le-feu.

Certains hommes politiques français de gauche ont salué l’appel lancé cette semaine par le président Emmanuel Macron en faveur d’un cessez-le-feu et d’une opposition à la campagne de bombardement israélienne.

De hauts députés français ont appelé à une manifestation contre l’antisémitisme dimanche.

Reportages de Michael Holden, Hannah McKay, Hollie Adams, Ben Makori, Will Russell, Natalie Thomas, Alishia Abodunde, Yann Tessier, Gerhard Mey et Dylan Martinez à Londres, Lucien Libert et Claudia Greco à Paris et Bart Biesemans à Bruxelles ; Écrit par Sarah Young; Montage par Kate Holton, Ed Osmond, Helen Popper, Kevin Liffey et Daniel Wallis

Nos normes : les principes de confiance de Thomson Reuters.

Acquérir des droits de licenceouvre un nouvel onglet

[ad_2]

Gn En

Back to top button