Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Sport

La parité a un large dos

[ad_1]

Cela fait maintenant 30 ans que le Canadien ne convoque pas ses fans à un défilé de la Coupe Stanley dans les rues de Montréal.

La Ligue Nationale est plus équilibrée que jamais, c’est vrai, elle compte désormais 32 franchises, c’est vrai…

Mais la rude concurrence n’empêche pas les Yankees de New York de se frayer un chemin dans les séries de championnats avec régularité dans un sport qui admet très peu d’équipes à son grand tournoi d’automne.

Les Yankees ont atteint les World Series sept fois depuis la dernière conquête du Canadien, ils ont remporté les World Series cinq fois en sept occasions en 30 ans.

Dans la NFL, des franchises majeures comme Dallas, les Giants, les 49ers, les Patriots et les Steelers de Pittsburgh ont toutes soulevé le trophée Vince Lombardi au moins deux fois depuis 1993, les Patriots six fois notamment.

Ce que je veux dire ici, c’est que la parité de Gary Bettman a une large portée.

Ce que je veux dire, c’est qu’invoquer, plutôt que d’évoquer la parité et le nombre croissant d’équipes, pour expliquer la disette du Canadien est plutôt mince. Il s’agit en fait d’un raccourci intellectuel qui ne permet pas aux supporters de se faire une idée juste de la situation.

Un hommage bien mérité

Je vous en parle ce soir puisque le Dr Mulder est célébré au Centre Bell pour sa brillante carrière. Cette célébration a lieu alors que le Canadien joue un match à l’étranger… plutôt « bizarre », mais bon.

Autour du docteur Mulder sont rassemblés les vainqueurs de la dernière Coupe Stanley du Canadien, en 1993.

Des hommes avec beaucoup moins de cheveux, pour la plupart, et sans leur couleur d’origine, à l’exception de ceux qui abusent de la teinture réservée aux hommes.

La présence du CH à la finale de la Coupe Stanley pandémique 2021 était la seule de l’équipe depuis la grande conquête de 1993.

C’est triste !

Triste, car le Canadien nous a trop souvent donné l’impression, depuis 30 ans, de faire partie du défilé, sans jamais être le leader ni le clou du spectacle.

Autrement dit, lors d’un défilé de Noël, le Canadien se contente d’être le char allégorique du quartier 10-30 et ne semble pas intéressé à être la charrette du Père Noël, le seul char qui émerveille petits et grands.

Je n’ai pas envie de profiter du rendez-vous festif de ce soir au Dell Center pour cracher dans la soupe. Le docteur Mulder a eu une carrière de champion et il mérite d’avoir autour de lui ce soir les derniers champions qu’il a soignés.

Ces gars qui ont travaillé sang et eau pour soulever la Coupe Stanley nous rendaient fiers, ils étaient notre grande passion.

Ce qu’ils nous ont fait vivre est inoubliable et immortel…

Sentiment d’urgence

Cependant, j’aimerais profiter de cette occasion pour vous rappeler que de grands projets en grands projets, il est temps que de la tête de la pyramide du pouvoir canadienne surgisse un sentiment d’urgence.

Pas du genre à tout chambouler pour gagner le printemps prochain, non…

Mais un tranquille sentiment d’urgence, de ceux qui rappellent que chaque action entreprise par la direction du hockey en place doit mener à des résultats significatifs sur la glace.

Que ce qui se construit, un mouvement de personnel à la fois, doit se traduire par des présences récurrentes dans les séries de fin de saison et évidemment, idéalement, pendant que « Carbo », « Casseau », et les autres seront encore en vie, par exemple. un défilé de champions dans les rues de Montréal.

La rumeur court que le Canadien envisagerait peut-être de devenir son propre diffuseur. Pour « streamer » vos propres matchs en les vendant par abonnement ou en pay-per-view.

Le Canadien est plus fort que la police et le gouvernement du Québec, il peut certainement rêver de s’occuper seul de son propre message et de ses propres affaires.

Mais si cela devient le cas et que ce projet d’autoproduction de ses matchs par le CH se réalise, j’ai envie d’être un petit moineau sur le cadre de la fenêtre du bureau de Geoff Molson quand ses hockeyeurs refusent de parler du mot « p » et vanteront leur grand projet… tandis que les abonnements chuteront et que les fans se plaindront de devoir payer pour accéder aux matchs à la carte.

Du coup, il y a fort à parier que le grand projet passera par la déchiqueteuse dans un futur proche…

[ad_2]

Gn Ca sport

Back to top button