Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Entreprise

La hausse du financement et des coûts de construction pourraient étouffer la croissance du logement, selon la SCHL

[ad_1]

La hausse de la construction d’appartements à Toronto et à Vancouver ne devrait pas durer, selon la SCHL

Contenu de l’article

Une forte hausse de la construction d’appartements a aidé les grandes villes canadiennes à enregistrer une hausse de 1 pour cent des mises en chantier au premier semestre 2023, mais des coûts de financement et de construction plus élevés pourraient signaler un ralentissement à venir, a déclaré l’agence nationale du logement du pays.

Selon le rapport semestriel sur l’offre de logements (HSR) de la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL), les mises en chantier dans les deux plus grands marchés du pays, Toronto et Vancouver, ont augmenté de 32 pour cent et de 49 pour cent, respectivement, pour atteindre 25 768 et 17 458 unités au premier semestre.

Publicité 2

Contenu de l’article

Contenu de l’article

Les appartements dominent ces chiffres, constituant près des trois quarts de tous les nouveaux développements. Toronto a également été témoin d’une résurgence des mises en chantier de logements locatifs spécialement construits, qui ont atteint leur plus haut niveau depuis des décennies et ont contribué davantage à la croissance globale des mises en chantier d’appartements que de copropriétés. Pendant ce temps, le boom des appartements à Vancouver a été alimenté par les mises en chantier de copropriétés, qui ont bondi de 91 pour cent par rapport aux niveaux de 2022.

Toutefois, la croissance prononcée dans les deux plus grands marchés a été neutralisée par des baisses dans les autres principaux centres du Canada. Plus précisément, les totaux de construction d’appartements à Montréal et à Edmonton ont diminué respectivement de 57 pour cent et de 38 pour cent.

Kevin Hughes, chef adjoint de la SCHL, a déclaré que cette divergence était probablement due aux délais plus longs des projets à Toronto et à Vancouver.

« Compte tenu de la taille plus grande des bâtiments et du temps de préparation plus long qui en résulte pour les bâtiments commencés à Toronto et à Vancouver, les chiffres affichés dans ces villes sont le résultat d’un processus qui a commencé à une époque où les conditions de financement et de construction étaient considérablement plus favorables », a déclaré Hughes dans un communiqué de presse pour le rapport. «Cela contraste avec Montréal, qui reflète mieux le contexte actuel, plus difficile.»

Contenu de l’article

Publicité 3

Contenu de l’article

Dans le rapport, l’agence dit anticiper un ralentissement à Toronto et à Vancouver au fil de l’année, en raison de la hausse des coûts des matériaux, de la main-d’œuvre et du financement.

« En 2023, la croissance des coûts de construction a ralenti à des degrés divers dans tous les grands centres, mais reste élevée à Toronto et à Vancouver…. En revanche, il a ralenti beaucoup plus dans les centres qui ont connu des mises en chantier stables ou en baisse », indique le rapport.

« À l’heure actuelle, dans le contexte inflationniste, il est vraiment beaucoup plus difficile pour les gens d’obtenir leur financement, donc nous allons probablement assister à des retards dans plusieurs projets », a déclaré Hughes. « Le financement est l’un des problèmes mais ce n’est pas le seul. »

Le rapport fait suite à une série de mesures mises en œuvre par le gouvernement fédéral pour soutenir l’augmentation de l’offre de logements. Le 26 septembre, le ministère des Finances a annoncé que le plafond annuel des Obligations hypothécaires du Canada passerait de 40 milliards de dollars à un potentiel de 60 milliards de dollars, une mesure visant à garantir aux constructeurs qu’un financement à moindre coût sera accessible, en particulier pour les projets locatifs.

Cette augmentation fait suite à une décision législative du 21 septembre visant à supprimer la composante fédérale de la taxe sur les produits et services (TPS) sur les nouveaux projets de logements locatifs construits à cet effet.

Publicité 4

Contenu de l’article

Plus tôt ce mois-ci, la SCHL a révélé qu’au moins 1 000 milliards de dollars d’investissements sont nécessaires pour rendre le logement abordable au Canada, et le mois dernier, l’agence a confirmé que le Canada a encore besoin d’environ 3,5 millions de logements supplémentaires en plus des taux de construction actuels pour combler l’écart d’abordabilité d’ici 2030. .

Histoires connexes

Hughes a déclaré que les gouvernements ne peuvent pas, à eux seuls, relever le défi de l’accessibilité financière, malgré les mesures récemment introduites.

« Il faut une implication à tous les niveaux », a-t-il déclaré.

• Courriel : shcampbell@postmedia.com


Ajoutez notre site Web à vos favoris et soutenez notre journalisme : Ne manquez pas l’actualité économique que vous devez connaître : ajoutez Financialpost.com à vos favoris et inscrivez-vous à nos newsletters ici.

Contenu de l’article

commentaires

Postmedia s’engage à maintenir un forum de discussion vivant mais civil et encourage tous les lecteurs à partager leurs points de vue sur nos articles. Les commentaires peuvent prendre jusqu’à une heure pour être modérés avant d’apparaître sur le site. Nous vous demandons de garder vos commentaires pertinents et respectueux. Nous avons activé les notifications par e-mail : vous recevrez désormais un e-mail si vous recevez une réponse à votre commentaire, s’il y a une mise à jour d’un fil de commentaires que vous suivez ou si un utilisateur que vous suivez commente. Consultez nos directives communautaires pour plus d’informations et de détails sur la façon d’ajuster vos paramètres de messagerie.

[ad_2]

financialpost

Back to top button