Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles canadiennesPolitique

La guerre entre Israël et le Hamas fait rage alors que le tollé grandit face à la crise à Gaza : mises à jour en direct

[ad_1]

11 h 04 HE, le 11 novembre 2023

Les dirigeants arabes et musulmans appellent au cessez-le-feu et critiquent l’Occident lors du sommet

De Zeena Saifi de CNN à Jérusalem



Les dirigeants posent pour une photo de famille lors du sommet extraordinaire à Riyad, en Arabie Saoudite, le 11 novembre.

Mustafa Kamaci/Anadolu/Getty Images

Les dirigeants présents au sommet extraordinaire conjoint arabo-islamique à Riyad ont réitéré samedi leurs appels à un cessez-le-feu entre Israël et le Hamas alors que la situation humanitaire à Gaza s’aggrave.

Le président iranien Ebrahim Raisi est dans la capitale saoudienne pour le sommet, marquant le premier voyage d’un dirigeant iranien en Arabie saoudite depuis 11 ans, après que les deux pays ont rétabli leurs relations diplomatiques en mars. Raisi a déclaré que les participants s’étaient rassemblés là-bas au nom du monde islamique pour « sauver les Palestiniens ». Pendant ce temps, le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane a déclaré « nous rejetons catégoriquement cette guerre brutale » dans son discours d’ouverture.

Voici ce que disent les autres :

Mahmoud Abbas, président de l’Autorité palestinienne a déclaré les Etats-Unis, « qui ont la plus grande influence sur Israël, portent la responsabilité de l’absence de solution politique ».

« Nous exigeons qu’ils mettent un terme à l’agression israélienne et à l’occupation israélienne de notre territoire », a-t-il déclaré.

Il a appelé le Conseil de sécurité des Nations Unies à « mettre immédiatement fin à l’agression brutale d’Israël contre les Palestiniens », et il a réitéré la nécessité de garantir l’entrée de l’aide humanitaire à Gaza.

« Mon esprit ne peut pas croire que cela se passe sous les yeux et les oreilles du monde entier, sans appeler à un arrêt immédiat de cette guerre brutale », a-t-il ajouté.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a déclaré lors du sommet que « le monde qui reste silencieux face à cette brutalité nous fait tous honte ».

«Gaza a été presque entièrement détruite et les pays occidentaux n’appellent même pas à un cessez-le-feu. … Il ne fait aucun doute que quiconque garde le silence sur l’injustice est complice de la pratique de l’injustice », a ajouté Erdogan.

Le président turc a déclaré qu’Israël tentait de se venger des attaques du Hamas du 7 octobre, ajoutant que même si personne ne soutient ce qui s’est passé ce jour-là, cela ne constitue pas une excuse pour qu’Israël tue des civils.

« Les mots sont devenus insuffisants pour décrire ce qui se passe à Gaza et à Ramallah depuis le 7 octobre », a déclaré Erdogan, affirmant qu’Israël ciblait les civils, les hôpitaux, les ambulances et les lieux de culte d’une « manière brutale et barbare sans précédent dans l’histoire ». »

Le président syrien Bachar al-Assad a critiqué les accords de normalisation entre les pays arabes et Israël, affirmant que cette politique fait plus de mal que de bien.

« Plus de mains tendues de notre part équivaut à plus de massacres contre nous… ce que nous devons faire pour aider la Palestine, c’est utiliser de véritables outils politiques, et non des outils rhétoriques, et cela premièrement, c’est arrêter tout processus politique avec l’entité sioniste », a-t-il déclaré.

Assad a déclaré que ce qui se passe aujourd’hui à Gaza ne doit pas être traité de manière isolée, mais plutôt considéré comme une « manifestation » de la cause palestinienne et une « expression flagrante de la souffrance » des Palestiniens.

« Si nous continuons aujourd’hui à faire face à l’agression contre Gaza avec la même méthodologie, alors nous ouvrirons la voie à l’achèvement du massacre… et à la mort de la cause », a-t-il déclaré.

Émir du Qatar, Cheikh Tamim ben Hamad Al Thani a critiqué la communauté internationale pour son incapacité à « mettre fin aux crimes de guerre et aux massacres » à Gaza.

« Nous nous demandons combien de temps la communauté internationale continuera à traiter Israël comme s’il était au-dessus du droit international, et combien de temps encore sera-t-il toléré de bafouer toutes les lois internationales dans sa guerre brutale et sans fin contre la population indigène du pays », a déclaré le Qatar. dit le dirigeant.

L’émir a déclaré que le Qatar continue de soutenir tous les efforts diplomatiques régionaux et internationaux pour « la désescalade, endiguer l’effusion de sang et protéger les civils, y compris la poursuite des efforts de médiation humanitaire pour libérer les otages », ajoutant que « nous espérons parvenir à une trêve humanitaire dans un avenir proche ». avenir. »

[ad_2]

Gn En

Back to top button