Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Entreprise

La France déclare que les discussions avec EDF sur le plafonnement des prix de l’électricité sont en cours

[ad_1]

La France reste en pourparlers avec Électricité de France SA, très endettée, sur la possibilité de plafonner les prix de l’électricité à un niveau qui maintiendrait la compétitivité des fabricants du pays.

Contenu de l’article

(Bloomberg) — La France reste en pourparlers avec Électricité de France SA, criblée de dettes, sur un éventuel plafonnement des prix de l’électricité à un niveau qui maintienne la compétitivité des fabricants du pays.

Le gouvernement cherche « le bon équilibre » pour aider l’entreprise publique à répondre à ses besoins d’investissement tout en maîtrisant les prix pour les entreprises, a déclaré vendredi la ministre de la Transition énergétique, Agnès Pannier-Runacher.

Publicité 2

Contenu de l’article

Contenu de l’article

« Au-delà d’un certain prix, les fabricants ne sont plus compétitifs, ne peuvent pas exporter et doivent fermer leurs portes », a-t-elle déclaré sur BFM Business TV.

Les négociations sont compliquées par les négociations entre les États de l’Union européenne sur une refonte de la conception du marché de l’électricité du bloc afin de maîtriser les prix suite à la récente crise énergétique. Les pays pro-nucléaires comme la France et une coalition anti-nucléaire dirigée par l’Allemagne se disputent le soutien potentiel aux investissements dans l’extension de la durée de vie des centrales nucléaires existantes dans les futures règles du marché.

Face à une éventuelle impasse au niveau européen, le président français Emmanuel Macron a déclaré que le gouvernement présenterait une législation pour aider le pays à reprendre le contrôle des prix de l’électricité d’ici la fin de l’année. La réglementation actuelle sur le prix auquel EDF vend une grande quantité d’énergie nucléaire – qui n’a protégé que partiellement les utilisateurs lors de la récente flambée des prix de l’électricité – expire fin 2025.

La France veut s’assurer que les factures d’électricité reflètent mieux son mix électrique, dominé par le nucléaire et les énergies renouvelables. Les prix ont principalement été poussés à la hausse par la hausse des prix du gaz naturel à la suite de l’invasion de l’Ukraine par la Russie.

Contenu de l’article

Publicité 3

Contenu de l’article

La France milite en faveur de règles qui lui permettraient d’assurer des revenus plus stables à EDF pour l’aider à prolonger la durée de vie de ses réacteurs, quelle que soit l’évolution des prix de l’électricité sur le marché de gros. L’Allemagne, qui a progressivement abandonné l’énergie nucléaire, a bloqué ces efforts, craignant qu’EDF ne puisse vendre de l’électricité à des prix non rentables.

Macron s’est déclaré vendredi convaincu que l’UE parviendrait à un accord sur une réforme du marché de l’électricité d’ici la fin de l’année. Il se rend lundi à Hambourg pour discuter de ce sujet avec le chancelier Olaf Scholz après des mois de différends ouverts entre Paris et Berlin.

« J’ai bon espoir que nous trouverons un accord », a déclaré Macron en marge d’un sommet à Grenade, en Espagne. « Nous ne devrions pas perdre de temps sur des détails ou des divisions car notre combat est géopolitique. C’est très bien de produire des électrons, que ce soit avec des énergies renouvelables ou nucléaires, car dans les deux cas, ils sont fabriqués sur le sol européen et sans carbone.»

Il a également déclaré que la France prendrait des mesures nationales pour « contrôler les installations de production » en plus de la réforme de l’UE, sans fournir de détails.

Ventes nucléaires

Publicité 4

Contenu de l’article

Le gouvernement envisage d’imposer une taxe sur une grande partie des ventes d’énergie nucléaire d’EDF à partir de 2026 afin de redistribuer les recettes aux ménages et aux entreprises, a déclaré cette semaine à Bloomberg un collaborateur du ministre français de la Transition énergétique. Les Echos ont fait état de ce projet pour la première fois le mois dernier.

La taxe ne s’appliquerait pas à la totalité de la production nucléaire d’EDF, ce qui inciterait le service public à produire davantage, selon l’aide. L’entreprise serait en partie protégée des baisses temporaires des prix de l’électricité résultant de la baisse des coûts du gaz et du carbone grâce à la vente de contrats à long terme, a indiqué l’aide.

« Il est tout à fait possible » de partager les recettes exceptionnelles d’EDF avec les consommateurs français sans subventionner le service public, a déclaré Pannier-Runacher à BFM Business.

Les prix de l’électricité doivent être « suffisamment élevés pour assurer l’émergence d’un marché à long terme rentable pour tous », a déclaré Luc Remont, directeur général d’EDF, dans une interview publiée jeudi dans le journal Le Monde.

Il a réitéré que le service public devra augmenter ses investissements annuels dans les anciennes et nouvelles centrales nucléaires, les énergies renouvelables et la modernisation du réseau électrique pour atteindre 25 milliards d’euros (26,4 milliards de dollars) d’ici quelques années, contre 16,4 milliards d’euros en 2022.

Contenu de l’article

commentaires

Postmedia s’engage à maintenir un forum de discussion vivant mais civil et encourage tous les lecteurs à partager leurs points de vue sur nos articles. Les commentaires peuvent prendre jusqu’à une heure pour être modérés avant d’apparaître sur le site. Nous vous demandons de garder vos commentaires pertinents et respectueux. Nous avons activé les notifications par e-mail : vous recevrez désormais un e-mail si vous recevez une réponse à votre commentaire, s’il y a une mise à jour d’un fil de commentaires que vous suivez ou si un utilisateur que vous suivez commente. Consultez nos directives communautaires pour plus d’informations et de détails sur la façon d’ajuster vos paramètres de messagerie.

[ad_2]

financialpost

Back to top button