Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Entreprise

La Chaudronnée semble avoir résolu le problème

[ad_1]

La Chaudronnée de l’Estrie estime avoir résolu le problème des excréments humains retrouvés sur le terrain de l’organisme, rue Bowen Sud.

«Ça semble s’être apaisé», se réjouit le coordonnateur de la soupe populaire, François Lemieux.

« Le phénomène s’est arrêté après la journée de clôture. Nous espérons que cela continuera. Nous sommes très heureux. »

Le 19 octobre, La Chaudronnée a dû fermer toute la journée afin de nettoyer son terrain jonché d’excréments humains, rappelons-le. La situation persistait depuis des mois, malgré les avertissements répétés.

De moins en moins de personnes campent au sol.

François Lemieux

Nous avons remarqué que les actions avaient commencé au début de l’été. De temps en temps, des excréments apparaissaient sur le sol. Cependant, avec le début de l’automne, la situation est devenue plus grave.

Le message du 19 octobre a été efficace, estime M. Lemieux. « Beaucoup se sont dit que ça n’avait pas de sens. Tout le monde a été pénalisé pour quelques mauvais comportements », dit-il.

« Il faut dire qu’il y a de moins en moins de monde qui campe au sol à mesure qu’il fait froid cet automne. Il n’en reste plus qu’un qui dort dans sa tente dehors. Pour combien de temps encore ? Il fait de plus en plus frais. »

Coups de chaleur

François Lemieux prédit que la situation s’améliorera encore avec l’ouverture des centres de chaleur dans les prochaines semaines. La Chaudronnée sera ouverte en journée les fins de semaine à compter du 25 novembre, précise-t-il. Les gens seront admis de 8h30 à 16h

« Nous ne servirons pas de repas, mais les gens pourront se réchauffer et avoir accès aux toilettes », explique-t-il. Nous sommes en train de préparer cela. Le personnel a été embauché. Le service durera tout l’hiver, jusqu’au 31 mars environ. »

« Il y aura aussi un autre arrêt de chaleur nocturne au Partage Saint-François pour ceux qui ne veulent pas se rendre dans les refuges. De cette façon, toute la semaine sera couverte. »

Trouver des toilettes publiques

M. Lemieux estime que la rareté des installations sanitaires publiques au centre-ville de Sherbrooke n’arrange pas le phénomène et qu’il est difficile pour sa clientèle de trouver des toilettes.

« Les équipements publics sont rares », constate-t-il. Les parcs ferment à 23 heures, parfois avant. Aller au restaurant ou dans les dépanneurs n’est pas toujours facile quand on n’achète pas quelque chose. »

« Mais je sais que la Ville de Sherbrooke travaille à trouver un endroit où les sans-abri pourraient bénéficier de ce type de service de santé au centre-ville. »

[ad_2]

Gn Ca bus

Back to top button