Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles canadiennes

La CAQ vide son réservoir de crédibilité au Québec

[ad_1]

Il faut des années pour se bâtir une bonne réputation, mais il n’en faut pas beaucoup pour la perdre. Il en va de même pour la crédibilité politique.

Il y a une limite à la possibilité de revenir sur ses engagements ou sa parole sans que cela porte gravement atteinte à sa marque.

Dans la Capitale nationale, François Legault se livre depuis six ans à un ballet d’allers-retours vertigineux qui aboutit à un arrêt embarrassant.

La promesse de vie ou de mort d’un troisième lien entre Québec et Lévis est abandonnée, puis réactivée après une défaite électorale dans Jean-Talon.

Pour expliquer sa volte-face, le chef de la CAQ a dit franchement vouloir consulter la population en remettant le troisième maillon sur la table, pour savoir « que puis-je faire pour obtenir davantage de votre appui ».

Les élus caquistes sont allés plus loin cette semaine en affirmant qu’il y aurait bel et bien une nouvelle proposition de troisième lien.

Le ministre de la Capitale-Nationale Jonatan Julien a soutenu qu’un nouveau troisième lien est étudié « intensivement » par la CAQ.

Sur la glace

Ce ne sera pas si intensif, puisque le gouvernement a mis sur la glace le tramway, ou tout autre projet de transport collectif au Québec, pour les six prochains mois.

Je ne vois pas comment la CAQ pourrait décider de l’emplacement d’un nouveau lien routier sans savoir quel sera le meilleur projet de transport structurant choisi par la Caisse de dépôt et placement, à qui elle a confié un mandat.

Donc absolument tout est gelé.

Et que dire de la parole de la CAQ sur le tramway ?

Le parti a soutenu le projet pendant la campagne électorale, malgré des réticences évidentes.

Pas plus tard que le 20 septembre, la CAQ a voté en faveur d’une motion appuyant la version de Bruno Marchand.

La ministre des Transports, Geneviève Guilbault, a affirmé que son gouvernement « a toujours été favorable à ce projet ».

Pourtant, l’invitation à discuter avec le maire de Québec cette semaine, après la divulgation de la facture de 8,4 milliards de dollars, avait tout d’une mise en scène.

Le gouvernement avait déjà décidé de lui retirer le dossier.

S’il vous plait, surtout

Là encore, François Legault n’a pas caché ses motivations, commentant sa décision jeudi.

« Ce que je veux (…) c’est un beau projet de transport structurant qui plaira aux gens. »

Le plus drôle, c’est que quelques heures plus tôt, Gabriel Nadeau-Dubois avait dépeint ce penchant du premier ministre.

« Il y a des hommes politiques qui gouvernent avec des sondages, et puis il y a des hommes politiques qui gouvernent avec courage. Eh bien, François Legault, les Québécois ont compris quel type d’homme politique il était.»

Les gens de Montréal ou des régions du Québec qui regardent François Legault se retourner à plusieurs reprises prennent aussi des notes.

C’est bien de vouloir écouter la population.

En revanche, procrastiner sans jamais se décider par peur de déplaire, ou revenir sur sa décision après s’être désisté d’un engagement, laisse des traces.

Certains se souviendront de l’étiquette de « peu fiable » que Jean Charest cherchait à apposer à François Legault lors de la campagne électorale de 2012…



[ad_2]

Gn Ca local

Back to top button