Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Divertissement

Karine Viard à Cinémania | Thérapie par le jeu

[ad_1]

De épicerie fine a Top coeurs ! En passant par Jaloux Et polonais, Karin Viard est une actrice hyperactive qui s’épanouit d’un rôle à l’autre. En visite au Québec, dans le cadre du festival Cinémania qui présente trois de ses films, l’actrice a évoqué son métier avec La presse.




Depuis la fenêtre de sa suite au Sofitel, Karin Viard a une magnifique vue sur le mont Royal, habillé de couleurs fauves, derrière les gratte-ciel. « C’est la toute première fois que je viens à Montréal et j’adore ça », souligne-t-elle. J’adore l’architecture du centre-ville. Sans parler des gens ici ! Vous n’êtes pas obséquieux, Canadiens. J’aime ton authenticité, ton côté sans filtre. Vous ne vous prenez pas (trop) au sérieux… comme nous en France. »

On a vu pire en commençant une interview avec une star de cinéma. Visiblement, Karin Viard est aux anges. Dans sa carrière et dans sa vie privée.

J’ai passé beaucoup de temps à me détester dans ma jeunesse. Je trouve ça vraiment dommage. Maintenant, je m’aime davantage à l’âge que j’ai.

Karin Viard

L’actrice de polonais est en ville pour parler, entre autres, de son prochain film qui sortira au Québec le 19 janvier, Nouveau départ, présenté ce week-end à Cinemania. Une comédie romantique écrite et réalisée par Philippe Lefebvre, dans laquelle Viard partage l’affiche avec Franck Dubosc. LE Le film traite de la nécessité d’accepter le temps qui passe. Vieillir avec grâce.

Karine Viard à Cinémania | Thérapie par le jeu

PHOTO FOURNIE PAR TVA FILMS

Karin Viard et Franck Dubosc dans la comédie Nouveau départ

« Dans la société, on pense souvent que pour être désirable, une femme doit être jeune. Qu’à partir du moment où elle n’est plus reproductrice, lorsqu’elle ne peut plus avoir d’enfants, quelque chose disparaît, s’efface, chez la femme. Évidemment, ce n’est pas vrai. À mon âge, je suis un meilleur partenaire de vie. Quand j’étais plus jeune, j’étais accablé par beaucoup de choses. Et c’est la même chose pour le travail. »

Mais alors qu’elle fêtait ses cinquante ans, l’actrice avait aussi des doutes et des questions, à l’image de son personnage, Diane, une journaliste mariée depuis 30 ans à un pianiste (Franck Dubosc). Au début du film, Diane dit cette phrase à son mari qui lui demande si elle l’aime toujours : « Nous ne sommes pas amoureux tous les deux, nous sommes en couple. »

« Le film raconte ce moment crucial de la vie d’un couple, avec le départ des enfants, où l’on se retrouve face à face. Nous avons le choix entre relancer le syndicat ou reconstruire nos vies. Moi, dans ma vie, j’ai pris la deuxième option. Et je ne le regrette pas une seconde», confie Viard, également à l’affiche de Magnifique Et Une nuitavec Alex Lutz, tous deux présentés au festival Cinemania.

Éloge de la comédie

Karin Viard participera ce vendredi à Cinemania à une discussion avec Antoine Bertrand (elle a tourné un film avec l’acteur québécois devenu un bon ami). Le thème ? « Regards croisés sur la comédie au cinéma ».

Karine Viard à Cinémania | Thérapie par le jeu

PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE

L’actrice française Karin Viard

Je pense que le métier d’acteur ne s’apprend pas. C’est comme le charisme : tu l’as ou tu ne l’as pas. C’est presque donné à la naissance, le cadeau comique.

Karin Viard

Comme plusieurs interprètes, l’actrice, sélectionnée 13 fois aux César dans sa carrière, estime qu’au cinéma, « c’est plus difficile de faire rire que de faire pleurer ». « Il existe plusieurs degrés d’humour », ajoute-t-elle. Plusieurs niveaux de jeu. Un acteur doit être sincère, authentique, sans complaisance ; sans jamais oublier le rythme du jeu. »

Nouveau départ lui permet de travailler pour la première fois au cinéma avec Dubosc, un vieil ami qu’elle rencontre au début des années 1980 à Rouen. « Je le connais par cœur, Franck ! Nous nous sommes rencontrés quand j’avais 15 ans. Nous faisions partie de la même troupe de théâtre. La compagnie s’appelait… Théâtre et Miroir. Nous n’avons pas choisi le nom (rires). »

Karin Viard aime son métier et elle le fait pour les bonnes raisons : « Je ne le fais pas pour l’argent ou pour la gloire. Mais par besoin de m’exprimer. Je viens d’une famille où exprimer ses émotions mettait tout le monde mal à l’aise. Jouer est thérapeutique pour moi. C’est une manière de purger toutes ces émotions que je n’avais pas le droit d’exprimer durant mon enfance. Mais cela se fait avec plaisir, avec joie. Il n’y a aucun rôle qui me fasse quitter le plateau dans la douleur. Même dans Chanson douce, où je joue une nounou qui tue des enfants, j’ai adoré faire ça ! »

Une nuit est présenté ce vendredi à 12h45 au cinéma Impérial.

La discussion Regards croisés sur la comédie au cinéma a lieu ce vendredi à 16 heures à la Cinémathèque québécoise.

Nouveau départ Est présenté dimanche à 20h15 au cinéma Impérial et sera suivi d’une séance de questions/réponses avec Karin Viard.



[ad_2]

Gn Ca ent

Back to top button