Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles canadiennesPolitique

Israël se dit prêt à évacuer les bébés de l’hôpital de Gaza alors que les combats font rage

[ad_1]

  • Les Palestiniens disent que deux bébés sont morts en soins intensifs
  • Netanyahu refuse de commenter les informations faisant état d’un possible accord d’otages
  • Les habitants de Gaza signalent des affrontements qui ont duré toute la nuit
  • Un ministre israélien qualifie la situation de « Nakba à Gaza »

GAZA/JÉRUSALEM, 12 novembre (Reuters) – L’armée israélienne a déclaré dimanche qu’elle était prête à évacuer les bébés du plus grand hôpital de Gaza, où des responsables palestiniens ont déclaré que deux nouveau-nés étaient morts et que des dizaines d’autres étaient en danger après une panne de carburant au milieu d’intenses combats dans la région.

Alors que la situation humanitaire s’aggravait, les autorités frontalières de Gaza ont déclaré que le passage de Rafah vers l’Égypte serait rouvert dimanche aux détenteurs de passeports étrangers après avoir été fermé vendredi.

Le Hamas a déclaré avoir détruit totalement ou partiellement plus de 160 cibles militaires israéliennes à Gaza, dont plus de 25 véhicules au cours des dernières 48 heures. Un porte-parole de l’armée israélienne a déclaré que le Hamas avait perdu le contrôle du nord de Gaza.

Lors d’une conférence de presse samedi soir, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a annoncé la mort de cinq autres soldats israéliens à Gaza. L’armée israélienne a déclaré que 46 personnes avaient été tuées depuis le début de ses opérations terrestres.

RAPPORTS D’UN POSSIBLE ACCORD D’OTAGES

Les trois principales chaînes d’information israéliennes, sans citer de sources citées, ont déclaré qu’il y avait des progrès vers un accord visant à libérer les otages détenus par le Hamas à Gaza.

Netanyahu a déclaré qu’il ne discuterait pas des détails d’un éventuel accord qui, selon N12 News, impliquerait la libération progressive de 50 à 100 femmes, enfants et personnes âgées au cours d’une pause de trois à cinq jours dans les combats.

Selon les rapports, Israël libérerait les femmes et les prisonniers palestiniens mineurs de ses prisons et envisagerait de laisser entrer du carburant à Gaza, tout en se réservant le droit de reprendre les combats après l’accord.

« Lorsque nous aurons quelque chose de concret à dire, nous en informerons les familles et le présenterons au gouvernement », a déclaré Netanyahu. « En attendant, le silence serait préférable. »

À Tel Aviv, des milliers de personnes ont participé à un rassemblement pour soutenir les familles des otages.

Les habitants de Gaza ont déclaré que les troupes israéliennes, entrées en guerre pour éliminer le Hamas après son assaut transfrontalier sanglant du 7 octobre, se sont affrontées toute la nuit avec des hommes armés du Hamas dans et autour de la ville de Gaza, où se trouve l’hôpital Al Shifa, le plus grand de Gaza.

Ashraf Al-Qidra, qui représente le ministère de la Santé dans la bande de Gaza contrôlée par le Hamas, a déclaré que l’hôpital avait suspendu ses opérations après une panne de carburant. Il a déclaré que deux bébés étaient morts dans une couveuse. Il a dit qu’il y avait 45 bébés au total.

Il a déclaré que les bombardements israéliens avaient tué un patient en soins intensifs et que des tireurs d’élite israéliens sur les toits tiraient de temps en temps sur le complexe médical, limitant la capacité des gens à se déplacer.

« Nous sommes assiégés à l’intérieur du complexe médical d’Al Shifa et l’occupation (israélienne) a ciblé la plupart des bâtiments à l’intérieur », a-t-il déclaré par téléphone à Reuters.

Le colonel Moshe Tetro, chef de la coordination et de la liaison au COGAT, l’organisme du ministère israélien de la Défense chargé des affaires civiles à Gaza, a déclaré qu’il y avait eu des affrontements mais a ajouté : « Il n’y a pas de tirs sur l’hôpital et il n’y a pas de siège ».

ISRAËL DIT QUE CELA AIDERA À ÉVACUER LES BÉBÉS

Le porte-parole militaire en chef d’Israël, le contre-amiral Daniel Hagari, a déclaré que l’armée israélienne aiderait à évacuer les bébés de l’hôpital.

« Le personnel de l’hôpital de Shifa a demandé que demain nous aidions les bébés du service de pédiatrie à se rendre dans un hôpital plus sûr. Nous fournirons l’assistance nécessaire », a-t-il déclaré.

Israël a déclaré que les médecins, les patients et les milliers de personnes évacuées qui ont trouvé refuge dans les hôpitaux du nord de Gaza doivent partir afin de pouvoir s’attaquer aux hommes armés du Hamas qui, selon lui, ont placé des centres de commandement sous et autour d’eux.

Le Hamas nie utiliser les hôpitaux de cette manière. Le personnel médical affirme que les patients pourraient mourir s’ils sont déplacés et les responsables palestiniens affirment que les tirs israéliens rendent dangereux le départ des autres.

Le ministre israélien de l’Agriculture, Avi Dichter, a été interrogé par N12 sur les images des habitants de Gaza évacuant vers le sud et si c’était un objectif de la guerre, ou seulement temporaire.

Il a décrit la situation comme étant « la Nakba de Gaza » – une référence aux dépossessions massives des Palestiniens après la fondation d’Israël en 1948.

« Sur le plan opérationnel, il n’y a aucun moyen de mener une guerre comme Tsahal (Forces de défense israéliennes) veut la mener à l’intérieur des territoires de Gaza alors que les masses sont entre les chars et les soldats », a déclaré Dichter. « Je ne sais pas comment ça va finir. »

« ATMOSPHÈRE TOTALEMENT EFFRAYANTE »

Ahmed al-Mokhallalati, chirurgien plasticien senior à Al Shifa, a déclaré à Reuters qu’il y avait eu des bombardements continus depuis plus de 24 heures. Il a déclaré que la plupart du personnel hospitalier et des personnes qui y étaient hébergées étaient partis, mais que 500 patients étaient restés.

« C’est totalement une zone de guerre. Il y a une atmosphère totalement effrayante ici à l’hôpital », a-t-il déclaré.

La branche militaire du Jihad islamique, allié du Hamas, les Brigades Al-Quds, a déclaré qu’elle était « engagée dans de violents affrontements à proximité du complexe médical d’Al Shifa, du quartier d’Al Nasr et du camp d’Al Shati à Gaza ».

Al Nasr abrite plusieurs grands hôpitaux.

Israël a déclaré plus tôt avoir tué ce qu’il a qualifié de « terroriste » du Hamas qui, selon lui, avait empêché l’évacuation d’un autre hôpital dans le nord, qui, selon les responsables palestiniens, est hors service et encerclé par des chars.

Ahmed Siam a été tué avec d’autres militants alors qu’il se cachait dans l’école d’Al Buraq. Des responsables palestiniens ont déclaré vendredi à Reuters qu’au moins 25 Palestiniens avaient été tués dans une frappe israélienne contre l’école, qui était remplie d’évacués.

Israël a déclaré que des roquettes étaient toujours tirées depuis Gaza vers le sud d’Israël, où environ 1 200 personnes ont été tuées et plus de 200 prises en otages par le Hamas le mois dernier.

Des responsables palestiniens ont déclaré vendredi que 11 078 habitants de Gaza avaient été tués dans des frappes aériennes et d’artillerie depuis le 7 octobre, dont environ 40 % d’enfants.

Israël a déclaré qu’il avait augmenté le nombre d’endroits dans lesquels il cesserait de tirer pendant plusieurs heures afin que les habitants de Gaza puissent se déplacer vers le sud, et un porte-parole militaire a déclaré que les trois derniers jours avaient vu l’évacuation d’au moins 150 000 personnes.

À Londres, au moins 300 000 manifestants pro-palestiniens ont défilé et la police a arrêté plus de 120 personnes alors qu’elle cherchait à empêcher les contre-manifestants d’extrême droite de tendre une embuscade au rassemblement. Plus de 20 000 personnes ont participé à un rassemblement pro-palestinien à Bruxelles.

Réunis en Arabie Saoudite, les pays musulmans et arabes ont appelé à la fin immédiate des opérations militaires à Gaza, rejetant la justification israélienne de la légitime défense.

(Cette histoire a été reclassée pour corriger une faute de frappe dans « nouveau-nés » au paragraphe 1)

Reportage de Nidal al-Mughrabi à Gaza, et de Maytaan Lubell, Maytaal Angel et Emily Rose Jérusalem ; des reportages supplémentaires de Crispian Balmer, Ari Rabinovitch, Adam Makary, Omar Abdel-Razek et d’autres bureaux de Reuters ; Écrit par David Brunnström ; Montage par Daniel Wallis

Nos normes : les principes de confiance de Thomson Reuters.

Acquérir des droits de licenceouvre un nouvel onglet

Correspondant principal avec près de 25 ans d’expérience dans la couverture du conflit palestino-israélien, dont plusieurs guerres et la signature du premier accord de paix historique entre les deux parties.

[ad_2]

Gn En

Back to top button