Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
monde

Israël et le Hamas en guerre, jour 38 | Des milliers de civils coincés dans le plus grand hôpital de Gaza

[ad_1]

Les forces armées israéliennes se trouvaient lundi aux portes du plus grand hôpital de Gaza alors que des milliers de civils, dont plusieurs nouveau-nés, restaient coincés dans cet établissement coupé du monde extérieur.



Ce qu’il faut savoir

  • Des combats rapprochés ont lieu au cœur de Gaza.
  • Israël affirme que le Hamas a « perdu le contrôle » de Gaza.
  • Dix Canadiens ont pu quitter Gaza lundi, portant le nombre de Canadiens ayant quitté le territoire à 346.

Des combats intenses ont été rapportés par divers médias à proximité immédiate de l’hôpital d’Al-Chifa, tandis que le manque d’électricité dans l’hôpital menaçait la vie de nombreux bébés nés prématurément, dont certains ont déjà perdu la vie ces derniers jours.

« Hier, j’ai soigné 39 bébés, et aujourd’hui il n’y en a que 36 », a déclaré le Dr.r Mohamed Tabasha, chef du département de pédiatrie d’Al-Chifa, lors d’un entretien téléphonique avec Reuters lundi. Je ne peux pas dire combien de temps cela va durer. Je pourrais perdre deux autres bébés aujourd’hui ou dans une heure. »

Sur

Israël et le Hamas en guerre, jour 38 | Des milliers de civils coincés dans le plus grand hôpital de Gaza

PHOTO MOHAMMED SALEM, REUTERS

Une Palestinienne consolant son fils après un raid aérien israélien lundi à l’hôpital Khan Younes, dans le sud de la bande de Gaza.

« Nous n’avons ni électricité, ni nourriture, ni eau à l’hôpital », a-t-il expliqué. Des gens mourront dans quelques heures sans ventilateur fonctionnel. »

Quelque 10 000 Palestiniens – patients, personnels et personnes déplacées – sont entassés à l’hôpital, selon l’ONU.

Une « rupture » entre la rue et la politique

Rachad Antonius, chercheur et professeur de sociologie à la retraite de l’UQAM, se dit stupéfait par le niveau de violence documenté contre la population civile de Gaza, y compris les enfants.

« Même mes amis, habituellement favorables à Israël, sont absolument indignés par la manière dont les Palestiniens sont traités », déclare le professeur.

On parle de 11 000 personnes tuées, dont plus de 4 000 enfants. Si un centième de ce traitement était accordé aux Israéliens, les gouvernements occidentaux se manifesteraient. Mais le sort réservé aux Palestiniens ne provoque que le silence.

Rachad Antonius, professeure de sociologie retraitée de l’UQAM

M. Antonius observe une « rupture » entre la réponse de la rue en Occident, avec de nombreuses manifestations de soutien aux Palestiniens, et la réponse timide de leurs dirigeants politiques.

« Il y avait 300 000 personnes dans les rues de Londres. Il y avait 40 000 personnes dans les rues de Montréal. L’opinion publique a radicalement changé, mais cela ne semble pas avoir une grande importance. »

Craig Mokhiber, directeur du bureau new-yorkais du Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l’homme, a démissionné fin octobre pour dénoncer les bombardements israéliens sur Gaza, qu’il a qualifiés de « génocide », note M. Antonius.

« Les avocats de l’ONU n’utilisent pas le mot « génocide » à la légère. Ce ne sont pas des militants, ce sont des experts en droit humanitaire. Le Hamas a commis des crimes de guerre en ciblant intentionnellement des civils. Mais Israël les commet chaque jour. La population mondiale le voit. Seuls quelques gouvernements occidentaux semblent vouloir fermer les yeux. »

De son côté, le président Joe Biden, dont le pays est un allié clé d’Israël dans son offensive contre le Hamas, a déclaré à la Maison Blanche : « J’espère et j’attends des actions moins intrusives concernant l’hôpital » Al-Chifa. Et d’ajouter : « l’hôpital doit être protégé ».

« Perdu le contrôle »

Lundi également, Israël a affirmé que le Hamas avait « perdu le contrôle de Gaza », le 38 décembre.e jour de la guerre avec le mouvement islamiste. Le mouvement palestinien, classé organisation terroriste par Israël, les États-Unis et l’Union européenne, n’a pas réagi à ces affirmations.

Israël et le Hamas en guerre, jour 38 | Des milliers de civils coincés dans le plus grand hôpital de Gaza

PHOTO FOURNIE PAR L’ARMÉE ISRAÉLIENNE, REUTERS

Des soldats israéliens ont pris position lundi dans la bande de Gaza

L’armée israélienne, qui a fait état lundi de 44 soldats tués depuis le début de la guerre, estime que quelque 240 personnes ont été prises en otage dans la bande de Gaza le 7 octobre, et s’y trouvent toujours.

L’armée a déclaré lundi qu’elle disposait de preuves selon lesquelles des combattants du Hamas détenaient des otages dans un hôpital pour enfants.

Sous l’hôpital de Rantisi, au nord de la bande de Gaza, l’armée israélienne affirme avoir rassemblé « des indices suggérant que le Hamas détenait ici des otages », comme un biberon ou un morceau de corde attaché à une chaise, a déclaré le porte-parole de l’armée, Daniel. Hagari, vidéo à l’appui.

Dix Canadiens sont entrés en Égypte

Par ailleurs, dix autres Canadiens, résidents permanents et membres de leurs familles ont pu franchir lundi le poste frontière de Rafah, au sud de la bande de Gaza, pour trouver refuge en Égypte.

Israël et le Hamas en guerre, jour 38 | Des milliers de civils coincés dans le plus grand hôpital de Gaza

PHOTO ALEXANDRE ERMOCHENKO, REUTERS

Des Israéliens marchent dans une rue bordée de maisons détruites lundi lors de l’assaut initial du Hamas dans le kibboutz de Kfar Aza.

Cela a été confirmé par Affaires mondiales Canada (AMC) dans un communiqué, réitérant que l’ambassade du Canada au Caire « leur fournit actuellement une assistance consulaire, de la nourriture, un hébergement et des produits de première nécessité pendant qu’ils organisent leurs projets de voyage ».

Au total, 356 ressortissants canadiens ont jusqu’à présent pu entrer en Égypte par le poste frontalier de Rafah. Dimanche, le gouvernement fédéral a indiqué que 234 d’entre eux étaient déjà arrivés sur place, ce qui s’ajoute à la centaine de personnes déjà évacuées mardi et jeudi de la semaine dernière.

Les Canadiens qui ont fui la bande de Gaza lundi affirment que la définition canadienne de la famille les a forcés à faire le choix déchirant de laisser derrière eux leurs proches. Le Conseil canadien pour les réfugiés prône pour sa part une définition plus large de la famille, afin que les personnes fuyant Gaza puissent trouver refuge auprès de leurs proches au Canada.

Parallèlement, en Cisjordanie, cinq Palestiniens âgés de 21 à 29 ans ont été tués dans des affrontements avec les forces israéliennes à Tulkarem, dans le nord de la Cisjordanie occupée, selon Amin Khader, directeur de l’hôpital Thabet où les morts ont été observés.

Avec l’Agence France-Presse



[ad_2]

Gn Ca news

Back to top button