Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles canadiennesPolitique

Inflation stable par rapport au mois précédent, IPC sous-jacent au plus bas depuis 2 ans

[ad_1]

  • L’indice des prix à la consommation, qui mesure un large panier de biens et services d’usage courant, est resté stable en octobre par rapport au mois précédent, mais a augmenté de 3,2 % par rapport à l’année dernière. Les deux étaient inférieurs aux estimations de Wall Street.
  • Hors volatilité des prix des produits alimentaires et de l’énergie, l’IPC sous-jacent a augmenté de 0,2% et 4%, contre les prévisions de 0,3% et 4,1%. Le taux annuel constitue la plus faible augmentation depuis septembre 2021.
  • La stagnation de l’IPC global est intervenue alors que les prix de l’énergie ont baissé de 2,5 % pour le mois, compensant une hausse de 0,3 % de l’indice alimentaire.

L’inflation est restée stable en octobre par rapport au mois précédent, ce qui laisse espérer que les prix obstinément élevés relâchent leur emprise sur l’économie américaine.

L’indice des prix à la consommation, qui mesure un large panier de biens et services couramment utilisés, a augmenté de 3,2 % par rapport à l’année dernière bien qu’il soit resté inchangé pour le mois, selon les chiffres désaisonnalisés du ministère du Travail publiés mardi. Les économistes interrogés par Dow Jones tablaient sur des chiffres respectifs de 0,1% et 3,3%.

L’IPC global a augmenté de 0,4% en septembre.

Hors volatilité des prix des produits alimentaires et de l’énergie, l’IPC sous-jacent a augmenté de 0,2% et 4%, contre les prévisions de 0,3% et 4,1%. Le niveau annuel était le plus bas depuis deux ans, bien qu’il reste bien supérieur à l’objectif de 2 % de la Réserve fédérale.

Les marchés ont grimpé suite à cette nouvelle. Les contrats à terme liés au Dow Jones Industrial Average ont augmenté de 300 points alors que les rendements du Trésor ont fortement chuté. Les traders ont également écarté presque totalement toute éventuelle hausse des taux d’intérêt de la Fed, selon les données du groupe CME.

« La Fed semble intelligente pour mettre fin efficacement à son cycle de resserrement alors que l’inflation continue de ralentir. Les rendements sont en baisse significative car les derniers investisseurs qui ne sont pas convaincus que la Fed a fini de jeter l’éponge », a déclaré Bryce Doty, gestionnaire de portefeuille chez Sit Fixed Income. Conseillers.

La stagnation de l’IPC global est intervenue alors que les prix de l’énergie ont baissé de 2,5 % pour le mois, compensant une hausse de 0,3 % de l’indice alimentaire.

Les coûts de logement, une composante clé de l’indice, ont augmenté de 0,3 % en octobre, soit la moitié de la hausse de septembre, la hausse d’une année à l’autre s’étant atténuée pour s’établir à 6,7 %. Au sein de cette catégorie, le loyer équivalent du propriétaire, qui évalue ce que les propriétaires pourraient exiger en loyer, a augmenté de 0,4 %.

Les coûts des véhicules, qui avaient été un élément clé de l’inflation lors de la hausse de 2021-2022, ont diminué au cours du mois. Les prix des véhicules neufs ont diminué de 0,1 %, tandis que les prix des véhicules d’occasion ont baissé de 0,8 % et ont baissé de 7,1 % par rapport à l’année dernière.

Les tarifs aériens, une autre composante étroitement surveillée, ont diminué de 0,9 % et sont en baisse de 13,2 % par an. L’assurance automobile a toutefois connu une augmentation de 1,9 %, soit une hausse de 19,2 % par rapport à l’année dernière.

Le rapport intervient alors que les marchés surveillent de près les prochaines étapes de la Fed dans sa lutte contre l’inflation persistante qui a débuté en mars 2022. La banque centrale a finalement augmenté son taux d’emprunt directeur 11 fois pour un total de 5,25 points de pourcentage.

Alors que les marchés croient majoritairement que la Fed a fini de resserrer sa politique monétaire, les données récentes ont envoyé des signaux contradictoires.

Les effectifs non agricoles n’ont augmenté que de 150 000 en octobre, ce qui indique que le marché du travail montre enfin des signes de réaction aux efforts de la Fed pour corriger un déséquilibre entre l’offre et la demande qui a contribué à l’inflation.

Les coûts de main-d’œuvre ont augmenté à un rythme beaucoup plus lent au cours de la dernière année et demie, alors que la productivité a augmenté cette année.

Le salaire horaire moyen réel – corrigé de l’inflation – a augmenté de 0,2 % sur une base mensuelle en octobre, mais n’a augmenté que de 0,8 % par rapport à l’année dernière, selon un communiqué distinct du ministère du Travail.

De manière plus générale, le produit intérieur brut a bondi au troisième trimestre, augmentant à un rythme annualisé de 4,9 %, même si la plupart des économistes s’attendent à un ralentissement considérable du taux de croissance.

Cependant, d’autres indicateurs montrent que les anticipations d’inflation des consommateurs continuent d’augmenter, résultat probable de la flambée des prix de l’essence et de l’incertitude provoquée par les guerres en Ukraine et à Gaza.

Le président de la Fed, Jerome Powell, a ajouté la semaine dernière à l’anxiété du marché lorsqu’il a déclaré que lui et ses collègues décideurs politiques n’étaient toujours pas convaincus d’avoir fait suffisamment pour ramener l’inflation à un taux annuel de 2 % et qu’ils n’hésiteraient pas à augmenter les taux si de nouveaux progrès étaient réalisés. pas fait.

« Malgré la décélération, la Fed continuera probablement à parler de manière belliciste et continuera d’avertir les investisseurs de ne pas se montrer complaisants quant à la détermination de la Fed à ramener l’inflation à l’objectif à long terme de 2% », a déclaré Jeffrey Roach, économiste en chef chez LPL Financial.

Même si la Fed a fini de relever ses taux, l’incertitude demeure quant à la durée pendant laquelle elle maintiendra les taux de référence à leur plus haut niveau depuis 22 ans.

[ad_2]

Gn En

Back to top button