Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles canadiennes

Incidents antisémites | La communauté juive réclame plus de protection

[ad_1]

Les organismes communautaires juifs s’unissent pour demander aux gouvernements du Québec et d’Ottawa de fournir davantage de ressources et de personnel pour protéger les écoles juives de la province. Cette demande intervient alors que deux écoles ont été visées par des tirs ces derniers jours à Montréal.




«Notre communauté est très préoccupée par ces incidents et nos enfants ont peur et sont nerveux à l’idée d’aller à l’école», soulignent les lettres envoyées aux premiers ministres François Legault et Justin Trudeau. Ils portent l’en-tête du Conseil de la Communauté juive de Montréal et sont signés par 100 membres.

Ils ont été envoyés le 12 novembre, jour où l’école Yeshiva Gedola-Merkaz, dans le quartier Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce, a été visée par des projectiles. L’établissement a également été visé par des tirs, tout comme l’école Azrieli Talmud Torah, dans la nuit de mercredi à jeudi.

« Malheureusement, comme nous le savons tous, il ne s’agit pas d’un incident isolé », soulignent les signataires. Ils rappellent que des cocktails Molotov ont également été lancés contre une synagogue et un organisme à Dollard-des-Ormeaux la semaine dernière.

« Nous appelons le gouvernement à faire davantage pour assurer notre sécurité et protéger nos écoles, synagogues et institutions », écrivent les auteurs.

Le Conseil de la communauté juive de Montréal affirme que les cinq millions de dollars investis dans la sécurité privée par le gouvernement Trudeau il y a une semaine ne suffisent pas face à la montée des crimes antisémites. Le Conseil demande également que les formalités administratives soient assouplies afin que les organisations puissent accéder plus facilement au financement.

Face à la hausse des crimes haineux en France, les lieux de culte et les écoles sont surveillés par militaires et policiers. Le Conseil de la communauté juive de Montréal n’a pas voulu se prononcer sur la possibilité d’impliquer l’armée et a affirmé qu’il laisserait la décision entre les mains des élus.

Au Québec, cette possible solution est catégoriquement écartée pour le moment, selon nos sources. Le cabinet du ministre de la Sécurité publique a également confirmé, lundi soir, qu’il était en train d’élaborer une réponse aux demandes de la communauté juive.

La pénurie de policiers crée « un problème »

Dans les lettres, les auteurs se disent reconnaissants du travail de la police de Montréal. De son côté, la mairesse Valérie Plante a toutefois reconnu lundi que la pénurie de policiers crée « un défi » pour la surveillance et la protection des lieux fréquentés par la communauté juive de Montréal.

Incidents antisémites | La communauté juive réclame plus de protection

PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE

« Il y a un problème autour de la pénurie » de policiers, a déclaré Mmoi Plante, interrogé sur les demandes de la communauté.

«En ce moment, tout est mis en place par le SPVM pour que les écoles et autres lieux soient surveillés et protégés», a-t-elle déclaré en marge d’une conférence de presse sur la démission de Dominique Ollivier. « Nous envisageons toutes les options. » Interrogée sur l’absence du chef Fady Dagher lors de cette crise, Valérie Plante a soutenu qu’elle avait une entière confiance dans le personnel du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM).

Au moment de la rédaction de cet article, le ministère de la Sécurité publique Canada n’avait pas répondu à nos questions.



[ad_2]

Gn Ca local

Back to top button