Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
monde

Ils se prennent pour le roi Louis XVI !

[ad_1]

Vous avez entendu les excuses présentées par Dominique Ollivier, ancienne directrice de l’Office de consultation publique de Montréal, lors de sa démission hier, à la suite des rapports de notre Bureau d’enquête sur la culture du gaspillage qui régnait dans cet organisme paramunicipal financé à 100 % par des deniers publics ?

• Lire aussi : Valérie Plante remboursera le vin d’un dîner arrosé à Vienne qui avait été facturé aux Montréalais

• Lire aussi : Dominique Ollivier quitte son poste de présidente du comité exécutif de Montréal

C’était touchant, n’est-ce pas ?

Ça faisait du bien, on sentait que ça venait de « ses profondeurs » !

UN AUTRE QUI JOUE LA VICTIME !

Je plaisante bien sûr.

Non seulement l’ancienne numéro 2 de la Ville de Montréal ne s’est pas excusée (ce qui aurait été le moins possible), mais elle a laissé entendre que c’était à cause des méchants journalistes de Quebecor si elle avait dû quitter son poste !

Parce qu’ils ont créé, à travers leurs nombreux rapports, « une situation » qui l’empêchait d’« exécuter pleinement et en toute confiance le mandat » qui lui avait été confié !

Bref, la victime dans cette histoire, c’est elle !

Et les méchants sont les creuseurs de merde qui (comme elle l’a dit) je) passent leur temps à « créer » des scandales qui n’existent pas !

C’est ce qu’on appelle avoir le front tout autour de la tête…

Remarquez, Madame Ollivier n’est pas la seule à agir ainsi.

De plus en plus de serviteurs de l’État se comportent comme s’ils n’avaient de comptes à rendre à personne.

Comme si leur position, loin de leur imposer un DEVOIR d’impunité et de transparence, leur conférait le DROIT de faire ce qu’ils veulent sans en rendre compte à personne !

On se croirait au temps des rois de France, où ce qui se passait à Versailles restait à Versailles…

Descendez de votre trône, mes amis !

Vous n’êtes pas des monarques, mais des serviteurs !

  • Écoutez la rencontre Martineau-Dutrizac diffusée en direct tous les jours à 11h35 via Radio QUB :
STEAK, FRITES ET PUDDING

Demandez à n’importe quel journaliste : il est de plus en plus difficile de poser des questions aux hommes politiques et aux dirigeants d’organismes publics.

Oh, quand ils ont quelque chose à vendre, pas de problème, ils font la « course du lait » !

Mais lorsqu’ils se retrouvent dans une situation délicate, ils se retrouvent soudain trop occupés pour répondre aux questions des journalistes.

Et quand on fait une demande d’accès à l’information pour consulter certains documents, ils sont tellement caviardés qu’on a l’impression que les sous-sols des ministères et des mairies sont remplis de fonctionnaires avec des feutres. Encre de Chine!

La seule chose que vous pouvez lire est la date du document et le numéro de page !

Sinon, tout est bloqué, caché, masqué.

Au Bureau de consultation publique de Montréal, on ne pouvait même pas savoir ce que ces vaillants fonctionnaires avaient mangé lors de leurs « rencontres » !

Nous avions expurgé les factures du restaurant !

Comme si leurs habitudes alimentaires étaient un secret d’État !

Comme si des espions pouvaient vous faire chanter s’ils savaient que vous aimez manger des moules !

Photo d’archive, Agence QMI

VIVE L’IA !

Tu sais ce que je me dis ?

Que l’État serait peut-être mieux géré si on utilisait l’intelligence artificielle.

Au moins, un ordinateur ne mange ni ne boit.

Et ça ne voyage pas.

Ils se prennent pour le roi Louis XVI !



[ad_2]

Gn Ca news

Back to top button