Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles canadiennes

Il n’y a plus de doute : Justin Trudeau briguera un quatrième mandat

[ad_1]

M. Trudeau l’a confirmé ce jeudi dans une entrevue exclusive accordée à Noovo Info en marge de sa visite à Montréal avec son homologue provincial, François Legault, pour officialiser un accord d’aide fédérale de 900 millions de dollars pour le logement abordable dans la métropole.

« Des choses ont été faites » en vue des prochaines élections qui doivent avoir lieu d’ici deux ans, a-t-il expliqué dans une longue interview au présentateur du bulletin. Infos Noovo 22, Michel Bhérer. « C’est clair et précis. Cela ne fait aucun doute», a déclaré le chef du Parti libéral du Canada (PLC).

Regardez l’entrevue complète de Michel Bherer avec Justin Trudeau dans la vidéo ci-contre..

Élu pour la première fois en 2015, M. Trudeau reste toujours « enthousiaste et passionné » en tant que premier ministre et estime que le choix que les Canadiens feront lors du prochain vote sera « existentiel ».

Justin Trudeau estime qu’il « reste beaucoup de travail à faire » et que les résultats des politiques libérales commencent à « porter leurs fruits » sans être encore « solides ».

C’est ainsi que le Premier ministre relativise la baisse des intentions de vote à son égard, en particulier chez les jeunes électeurs, au profit de son principal adversaire, Pierre Poilievre. Le chef conservateur et son parti devancent les libéraux d’un océan à l’autre.

Pour l’ensemble du pays, les troupes conservatrices détiennent une avance de 14 points sur le gouvernement libéral minoritaire selon un récent sondage réalisé par la firme Léger.

À ce sujet, M. Trudeau estime que c’est une période «difficile» pour « tout le monde », à l’heure où l’inflation pèse lourdement sur les portefeuilles et où la crise du logement complique la vie quotidienne des citoyens.

« Tant de choses se produisent en même temps, les gens luttent. Il est évident que les gens diront que c’est la faute du gouvernement.»

– Justin Trudeau

Mais le chef libéral n’appuie pas sur le bouton de panique.

« Les gens ne font pas de choix. Ils réfléchissent à ce qu’ils ressentent. (…) Ce n’est pas facile, surtout pour les jeunes.»

Les effets du conflit Hamas-Israël sont ici très présents

C’est dans ce contexte d’interrogations sur la situation au sein du CLP que M. Trudeau aborde le conflit qui s’intensifie au Moyen-Orient et dont les répercussions se font sentir jusqu’au Canada. Par exemple, jeudi matin, deux écoles juives ont été la cible de coups de feu à Montréal.

Aux yeux du Premier ministre, il s’agit d’« actes terroristes ».

« Vouloir (commettre des actes) pour effrayer une population dans un but idéologique ou politique, c’est du terrorisme. »

– Justin Trudeau

Selon le Premier ministre, « davantage de protection policière » sera nécessaire à l’avenir pour protéger les lieux de culte.

«Les jeunes juifs qui pleuraient sur les otages et qui se font attaquer pour ce qui se passe à l’autre bout de la planète, ce n’est pas nous», a également mentionné M. Trudeau en référence aux actes de violence qui ont eu lieu. commis à l’Université Concordia mercredi.

Le gouvernement Trudeau soutient que de longues pauses humanitaires doivent être établies afin d’aider les civils coincés dans la bande de Gaza.

« Le coût de la justice ne peut pas être la souffrance de tous les civils de Gaza », a argumenté le Premier ministre, sans exiger un cessez-le-feu – même si sa ministre des Affaires étrangères, Mélanie Joly, souhaite qu’il se concrétise, un jour, d’une telle trêve.

« Un cessez-le-feu est négocié entre les deux parties », note-t-il. « Le Hamas n’est pas intéressé. Il n’est pas intéressé par la libération des otages et Israël a le droit de se défendre. »

VOIR AUSSI | Comprendre la guerre Israël-Hamas : qui sont les acteurs du conflit ?

Et comment va Trudeau, l’homme ?

Et tandis que M. Trudeau traverse ce conflit international sanglant qui a fait des milliers de morts parmi les civils, le premier ministre doit remplir un rôle d’une autre importance, au pays : celui de père.

M. Trudeau l’a admis pour ancrer Michel Bherer : sa séparation d’avec son épouse Sophie Grégoire a apporté son lot de défis, mais le premier ministre dit être resté « ancré » dans ce qu’il « doit faire » tant dans son rôle de principal leader canadien que celui de père.

Cela dit, « cela a conduit à des sacrifices personnels », a convenu M. Trudeau avec Noovo Info. « C’est difficile… À plusieurs niveaux.

Le Premier ministre s’emploie à « protéger les moments magnifiques » avec ses enfants, avec un engagement paternel à « mettre les enfants avant tout au centre de tout » que fait sa famille.

« Mes ados de 15, 16 ans passent beaucoup moins de temps à la maison mais, quand ils sont là, nous y sommes », assure-t-il.

« Il n’y a pas une famille qui ne vive de temps en temps des moments difficiles », philosophe-t-il. Et du mieux qu’il peut, M. Trudeau s’appuie sur les enseignements de son père, Pierre Elliott Trudeau, premier ministre du Canada avant lui dans les années 1960, 1970 et 1980 à titre de chef du Parti libéral du Canada (PLC).

« Si je ne peux pas être un bon père, comment vais-je être un bon Premier ministre ? »

– Justin Trudeau

« J’ai eu l’exemple de mon père, qui était un père extraordinaire, mais qui était aussi tellement concentré sur son emploi. Il a trouvé le moyen de bien nous élever malgré toutes sortes de circonstances difficiles », a-t-il ajouté, faisant référence à la rupture de son propre père lorsqu’il était jeune.

En parlant de son père, M. Trudeau a été submergé d’émotion au cours de la conversation – du moins apparemment. Noovo Info a demandé au chef libéral quel premier ministre il choisirait de ressusciter pour obtenir des conseils en tête-à-tête.

« Oubliez ça, Premier ministre. Quinze minutes avec mon père, à tout moment.

Questions de Noovo Info à Justin Trudeau

Q: Baguette magique, vous avez 24 heures sans être connu comme Premier ministre, que faites-vous ?
R.: « Je vais me promener en ville pour faire un peu de shopping, pas de sécurité. Il suffit de marcher dans la rue, de voir des gens et de ne pas être encerclé.

Q: À Rideau Cottage, est-ce qu’on composte?
R.: « On composte, on recycle, on fait tout ça. »

Q: Après la vie politique, que vous voyez-vous faire ?
R.: « Je me vois travailler avec des jeunes, revenir à l’enseignement ou professeur à l’université, maître de conférences, peut-être dans la technologie en rapport avec notre démocratie. J’ai hâte de lire le prochain chapitre, mais pas tout de suite.

Q: Prochaine campagne électorale : avec ou sans barbe ?
R.: « Sans barbe ! La barbe, c’était la pandémie. Je l’ai supposé, mais c’est parce que je n’ai pas trop de cheveux blancs. Une barbe me vieillit.

Avec les informations de Guillaume Théroux pour Noovo Info.



[ad_2]

Gn Ca local

Back to top button