Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Entreprise

Il faut réfléchir avant de retirer trop rapidement le gaz des municipalités

[ad_1]

L’empressement des municipalités québécoises, comme Prévost et Montréal, à interdire l’usage du gaz sur leur territoire nuit à la transition énergétique. Il existe un risque de créer un chaos réglementaire qui soustrait aux alternatives qui assurent la résilience des communautés pour leurs besoins en énergie, en sécurité et en électricité. Lorsque vous interdisez quelque chose, vous avez besoin d’une alternative.

Le propane offre une alternative efficace et moins impactante sur l’environnement, renforçant la résilience de notre réseau électrique, notamment en cas de pointes de consommation ou de pannes de courant prolongées.

Avant d’adopter des mesures similaires, il est crucial que les autres municipalités examinent l’effet global de telles politiques sur la réduction des émissions de GES de leurs bâtiments.

Dépendance

Le propane, trop souvent associé au réservoir du barbecue, joue effectivement un rôle essentiel dans l’infrastructure énergétique du Québec. Secteurs agricole, industriel, des transports, de l’alimentation, du chauffage : tous dépendent de cette source d’énergie, notamment dans des contextes où les technologies alternatives ne sont pas encore viables.

Cette dépendance est reconnue par le gouvernement du Québec, qui a prudemment constitué une réserve stratégique dans son budget 2022, soulignant l’importance du propane notamment pour assurer la sécurité alimentaire dans les serres et dans le séchage des grains. La consommation de propane au Québec représente 5,2 TWh, soit la production de deux grands complexes hydroélectriques, ce qui démontre son rôle essentiel.

Consciente de sa responsabilité, l’Association québécoise du propane (AQP) reconnaît que le Québec doit minimiser son empreinte carbone et s’engage dans une transition énergétique judicieuse et responsable. Le propane, comme solution transitoire, demeure essentiel à court et moyen terme pour des secteurs clés de notre économie.

Évolution

Nous soutenons que des normes d’efficacité énergétique plus strictes, en termes d’isolation des bâtiments et d’efficacité des appareils de chauffage, auront un impact beaucoup plus significatif sur la réduction des GES et la limitation des pointes de consommation électrique. En l’absence de réduction de ces pointes, l’utilisation du propane reste une nécessité. Ces mesures, plus que des interdictions formelles, nécessitent un engagement cohérent et réfléchi de la part des gouvernements et des citoyens.

L’AQP s’engage à évoluer vers un propane de plus en plus renouvelable et à réduire son impact écologique. Il est essentiel de considérer le portefeuille énergétique des collectivités pour déterminer les solutions les plus adaptées, sans se précipiter dans l’application de réglementations qui, bien que symboliquement fortes, pourraient s’avérer moins efficaces dans certains contextes. Nous demandons au gouvernement du Québec de lancer une réflexion nationale sur l’utilisation du gaz afin d’éviter des réglementations municipales hâtives et aléatoires qui mettent en péril la stabilité énergétique du Québec.

Nous appelons à une transition juste et responsable, en évitant une interdiction brutale et en privilégiant une approche où chaque source d’énergie est utilisée de manière optimale. La bonne énergie, au bon endroit, au bon moment : tel est notre credo.

L’AQP souhaite s’inscrire dans une démarche constructive et ouverte, prête à collaborer avec tous les acteurs pour que le Québec progresse vers un avenir énergétique durable et innovant. C’est en unissant les forces et les idées que nous parviendrons à une transition équilibrée, bénéfique pour tous.

Daniel Harrison, Président, Association québécoise du propane



[ad_2]

Gn Ca bus

Back to top button