Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
monde

Guerre en Ukraine, jour 624 | Pour négocier avec Moscou, il faut être « mal informé », selon Kiev

[ad_1]

(Kiev) Le chef de la diplomatie ukrainienne, Dmytro Kouleba, a estimé jeudi que seules des personnes « mal informées » ou induites en erreur pourraient pousser leur pays à négocier avec la Russie.


« Ceux qui disent que l’Ukraine devrait négocier avec la Russie maintenant sont soit mal informés, trompés, soit ils se rangent du côté de la Russie et veulent que (Vladimir) Poutine fasse une pause avant une agression encore plus grande », a-t-il déclaré. écrit M. Kouleba sur X.

« Nous ne devrions pas tomber dans ce piège et nous ne le ferons pas », a-t-il déclaré.

Selon les médias occidentaux, certains alliés de Kiev ont commencé à soulever la question de pourparlers de paix avec la Russie face à l’absence de mouvements majeurs sur le front depuis un an et aux inquiétudes sur la capacité de l’Occident à continuer de soutenir l’Ukraine dans sa guerre.

Kiev a tenu plusieurs cycles de négociations avec Moscou entre 2014, lorsque la Russie a annexé la péninsule ukrainienne de Crimée et organisé un conflit armé dans l’est de l’Ukraine, et l’invasion russe en février 2022, a souligné M. Kouleba.

« Aucun des 200 cycles de négociations ou des 20 cessez-le-feu n’a empêché Poutine de lancer une invasion brutale et totale de l’Ukraine », a-t-il poursuivi.

Sous médiation franco-allemande, Kiev et Moscou ont notamment conclu en 2014 et 2015 des accords de paix dits de « Minsk » qui ont réduit l’intensité des hostilités dans l’est de l’Ukraine, mais sans les arrêter.

Les négociations directes entre Vladimir Poutine et Petro Porochenko, – président ukrainien de 2014 à 2019 –, puis la rencontre entre le président russe et Volodymyr Zelensky à Paris en décembre 2019 n’ont pas apporté une paix durable.

Au début de l’invasion, les responsables ukrainiens et russes se sont rencontrés à plusieurs reprises, notamment en Biélorussie et en Turquie. Le président Zelensky a mis fin à ces pourparlers après la découverte à Boutcha, près de Kiev, d’atrocités attribuées à l’armée russe par l’Ukraine et les Occidentaux, ce que Moscou nie.

M. Zelensky a répété la semaine dernière que son pays ne négocierait pas avec la Russie tant que ses troupes seraient sur son sol et que Vladimir Poutine resterait au pouvoir.

« Il est grand temps que tout le monde à Kiev et à Washington réalise qu’il est impossible de vaincre la Russie sur le champ de bataille », a déclaré mercredi le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov.

Il a assuré que le dialogue était « absolument nécessaire » et que Moscou était « certainement prête à l’entamer ».



[ad_2]

Gn Ca world

Back to top button