Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
monde

Guerre en Ukraine, jour 623 | Kiev revendique l’élimination d’un responsable dans la zone occupée

[ad_1]

(Kiev) L’Ukraine a revendiqué mercredi l’assassinat à la voiture piégée de Mikhaïl Filiponenko, député et ancien haut responsable militaire dans la région ukrainienne de Louhansk (est) sous occupation russe.




« L’opération spéciale visant à liquider le bourreau Filiponenko a été menée conjointement avec des représentants du mouvement de résistance ukrainienne » dans cette zone, ont indiqué les services de renseignement militaire (GUR) au sein du ministère ukrainien de la Défense.

M. Filiponenko a été « impliqué dans l’organisation de chambres de torture » pour les « prisonniers de guerre et civils » ukrainiens dans la partie occupée de la région de Louhansk et a « personnellement » participé à la torture, a accusé le GUR sur Telegram.

Les renseignements ukrainiens ont ainsi lancé une menace de « représailles » contre « tous les criminels de guerre et collaborateurs ».

Plus tôt dans la journée, les médias et responsables russes ont rapporté la mort de Mikhaïl Filiponenko dans l’explosion de son véhicule à Louhansk.

La commission d’enquête russe a diffusé des images montrant un véhicule 4X4 avec les vitres éclatées et la porte avant gauche écrasée, avec des traces d’un liquide rouge visibles sur la porte arrière.

Une enquête a été ouverte pour un « acte terroriste », selon cette source.

Le chef de l’administration d’occupation de la région de Louhansk, Leonid Passetchnik, a salué sur Telegram la mémoire d’un « vrai homme » qui, selon lui, avait encore « de nombreux projets » pour « développer » la région sous occupation.

Un autre député local de cette région occupée, Iouri Yurov, a affirmé sur Telegram que Mikhaïl Filiponenko avait déjà été visé par un attentat à la bombe à Louhansk contre son véhicule le 21 février 2022.

Il est sorti vivant « par miracle » de cette explosion, selon cette source, et seul son chauffeur a été blessé.

Mikhaïl Filiponenko a été l’un des fondateurs de l’armée séparatiste de Louhansk en 2014, au début de la guerre entre Kiev et ces troupes pro-russes soutenues par Moscou.

Les quatre territoires ukrainiens que Moscou prétend annexer (Donetsk, Louhansk, Kherson, Zaporizhia) sont régulièrement touchés par des attaques, parfois mortelles, visant des responsables de l’administration d’occupation russe.

Plusieurs assassinats ou tentatives d’assassinat ont été imputés par les autorités russes à l’Ukraine depuis l’offensive de février 2022. Avant cette date, les territoires sous contrôle pro-russe dans les régions de Donetsk et Louhansk avaient par ailleurs déjà été touchés par des réglementations de comptes meurtriers entre séparatistes.

La semaine dernière, les services de sécurité russes (FSB) ont accusé Kiev d’être à l’origine de la tentative d’assassinat fin octobre en Crimée d’un ancien député ukrainien ayant fait défection vers la Russie, Oleg Tsariov.

Trois morts dans une frappe russe dans l’est de l’Ukraine

Trois personnes ont été tuées par une frappe russe contre une maison dans la région de Donetsk, dans l’est de l’Ukraine, ont annoncé mercredi les autorités ukrainiennes.

L’attaque a touché le petit village de Bagatir, situé non loin du front dans cette zone où les combats font rage, a indiqué le Service national des situations d’urgence (DSNS) ukrainien.

Trois corps – ceux d’une femme et de deux hommes – ont été extraits des décombres de la maison, a-t-il ajouté sur Telegram.

Sur des images publiées par les autorités, des secouristes fouillent ce qui reste d’un immeuble effondré et en extraient un corps.

L’armée ukrainienne accuse la Russie d’avoir heurté un bateau civil

L’armée ukrainienne a accusé mercredi la Russie d’avoir percuté un bateau civil entrant dans l’un des ports de la région d’Odessa, dans le sud du pays, tuant le capitaine et blessant quatre autres personnes.

Un missile russe, « tiré depuis un avion », « a touché la structure d’un navire civil battant pavillon libérien », a indiqué le commandement sud de l’armée ukrainienne sur Telegram.

« Trois membres d’équipage, citoyens philippins, ont été blessés ; l’un d’eux a été hospitalisé. Le pilote a été tué et un autre employé du port a été blessé », a-t-il ajouté.

L’armée ukrainienne a dénoncé la politique de « terreur de la navigation civile » menée à ses yeux par Moscou en mer Noire.

Ce premier incident du genre si proche des côtes ukrainiennes illustre les tensions croissantes en mer Noire entre l’Ukraine et la Russie, renforcées depuis juillet et la fin de l’accord céréalier qui permettait l’exportation des céréales ukrainiennes depuis l’été 2022 malgré les guerre.

Depuis août, l’Ukraine a mis en place son propre corridor maritime, malgré les menaces de Moscou de cibler tous les bateaux naviguant depuis ou vers les ports ukrainiens.

Fin octobre, Kiev affirmait avoir exporté 1,3 million de tonnes de produits agricoles en moins de trois mois.

Dans le même temps, l’armée russe a mené une campagne soutenue de frappes contre les infrastructures céréalières et portuaires ukrainiennes en août et septembre, un moyen de bloquer toutes les exportations selon Kiev.

Moscou a affirmé, de son côté, à plusieurs reprises, qu’elle ne touchait que des cibles militaires.

Malgré sa large domination numérique sur le papier, la Russie a vu son contrôle en mer Noire s’effilocher ces derniers mois, sous l’effet d’attaques ukrainiennes spectaculaires, utilisant notamment des drones explosifs navals visant des navires russes.

En septembre, l’Ukraine a lancé une attaque de missiles contre le quartier général de la flotte russe de la mer Noire, dans la ville portuaire de Sébastopol en Crimée.

Poutine signe un décret autorisant « l’échange » des avoirs étrangers saisis

Le président russe Vladimir Poutine a signé mercredi un décret autorisant « l’échange » d’avoirs russes gelés à l’étranger contre des avoirs étrangers saisis en Russie, une nouvelle étape dans l’arsenal législatif concernant les restrictions mises en place sur fond de conflit en Ukraine.

Fin août, le ministre russe des Finances Anton Silouanov a indiqué que plus de 3,5 millions de citoyens russes avaient des avoirs bloqués à l’étranger pour une valeur estimée à 1 500 milliards de roubles (22,35 milliards de dollars canadiens au taux actuel).

En réponse, la Russie a également bloqué les avoirs d’entreprises étrangères dans le pays depuis février 2022, sur des comptes dits de « Type-C ».

Le mécanisme approuvé mercredi par Vladimir Poutine concerne « les transactions sur titres étrangers détenus par » des résidents russes, peut-on lire dans le décret publié sur un site Internet du gouvernement.

À ce stade, les échanges d’actifs peuvent être acceptés jusqu’à un maximum de 100 000 roubles par investisseur (environ 1 470 dollars canadiens).

Le titulaire du compte de type C, normalement une société étrangère, aura alors la possibilité de recevoir les actions étrangères précédemment détenues par l’investisseur russe à l’étranger.

Mais en réalité, rien ne garantit que les organismes de dépôt internationaux – comme Euroclear ou Clearstream – coopéreront et valideront ces opérations.

Cette nouvelle mesure intervient quelques jours après que le Kremlin a défendu « le régime spécial » réservé aux entreprises étrangères souhaitant quitter le marché national, après la mise en place de nouvelles restrictions sur la vente d’actifs.

Toute entreprise souhaitant vendre ses actifs en Russie doit désormais le faire en roubles, sous peine de connaître notamment de longs délais de paiement, en plus d’une valeur de transaction déjà largement réduite en fonction de l’exit tax et de l’escompte obligatoire.



[ad_2]

Gn Ca world

Back to top button