Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
monde

Guerre en Ukraine, jour 618 | L’Ukraine dit avoir touché un chantier naval de Crimée

[ad_1]

(Kiev) L’Ukraine affirme avoir frappé samedi un chantier naval en Crimée occupée par la Russie, dans le port de Kertch.




L’Ukraine affirme avoir frappé samedi un chantier naval en Crimée occupée par la Russie, dans le port de Kertch.

« Dans la soirée du 4 novembre, les forces armées ukrainiennes ont mené avec succès des frappes contre les infrastructures maritimes et portuaires du chantier naval Zaliv dans la ville temporairement occupée de Kertch », a annoncé l’armée ukrainienne, sans plus de précisions dans un premier temps.

Depuis le lancement cet été de sa contre-offensive contre les forces russes, Kiev a intensifié ses attaques contre la péninsule de la mer Noire, dont la Russie s’est emparée en 2014.

Le gouverneur de Crimée, Sergueï Aksionov, installé par Moscou, a déclaré que l’Ukraine avait tiré des missiles sur un chantier naval de Kertch, assurant qu’ils avaient été abattus.

« Il n’y a pas de victimes », a-t-il déclaré sur les réseaux sociaux.

Près de Kertch, le pont de Crimée menant au continent russe, déjà visé par les forces ukrainiennes par le passé, a été brièvement fermé samedi, sans explication.

Les attaques ukrainiennes et russes autour de la mer Noire se sont intensifiées depuis le retrait de Moscou de l’accord céréalier qui autorisait le passage des navires civils de transport de céréales.

En septembre, l’Ukraine a lancé une attaque de missiles contre le quartier général de la flotte russe de la mer Noire, dans la ville portuaire de Sébastopol en Crimée.

« Nous ne sommes pas dans une impasse »

Guerre en Ukraine, jour 618 | L'Ukraine dit avoir touché un chantier naval de Crimée

PHOTO ANATOLIE STEPANOV, AGENCE FRANCE-PRESSE

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a également contesté samedi que la guerre entre son pays et la Russie soit dans une « impasse », après qu’un haut commandant ukrainien a déclaré cette semaine que les deux armées étaient piégées dans une guerre d’usure et de positions.

« Le temps a passé aujourd’hui et les gens sont fatigués (…) Mais nous ne sommes pas dans une impasse », a déclaré M. Zelensky lors d’une conférence de presse à Kiev avec la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen.

Guerre en Ukraine, jour 618 | L'Ukraine dit avoir touché un chantier naval de Crimée

PHOTO PRESSE PRÉSIDENTIELLE UKRAINIENNE SER, VIA REUTERS

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen (au centre), se rend à Kiev le 4 novembre

Depuis juin, l’Ukraine mène une lente contre-offensive pour tenter de libérer les territoires occupés à l’Est et au Sud.

Mais jusqu’à présent, les progrès ont été très limités. La ligne de front, longue de plus de 1000 km, a à peine bougé depuis près d’un an et la libération de la ville de Kherson en novembre 2022.

Le Kremlin a également assuré jeudi que le conflit en Ukraine n’était pas dans une « impasse », contestant les propos du commandant en chef de l’armée ukrainienne, Valery Zalouzhny, dans un entretien à L’économiste.

« Tout comme lors de la Première Guerre mondiale, nous avons atteint un niveau technologique tel que nous nous trouvons dans une impasse », a déclaré M. Zalouzhny à l’hebdomadaire britannique. « Il n’y aura probablement pas de percée magnifique et profonde », a-t-il ajouté.

Le président Zelensky a nié samedi toute pression des pays occidentaux pour entamer des négociations avec la Russie.

Il a reconnu que le conflit entre Israël et le mouvement islamiste palestinien Hamas avait « détourné l’attention » de la guerre entre l’Ukraine et la Russie.

« Il est évident que la guerre au Moyen-Orient, ce conflit, détourne l’attention », a-t-il commenté.

« Nous nous sommes déjà retrouvés dans des situations très difficiles alors que l’attention n’était presque pas portée sur l’Ukraine », a noté M. Zelensky, ajoutant « je suis absolument sûr que nous relèverons ce défi ».

Les partisans de l’Ukraine, en particulier les États-Unis, répètent qu’ils fourniront une aide militaire et financière à Kiev jusqu’à la défaite de la Russie.

Poursuites contre le chef de l’Église orthodoxe russe

L’Ukraine a annoncé samedi avoir engagé une procédure pénale contre le patriarche Cyrille, chef de l’Église orthodoxe russe, par contumace, pour avoir « justifié » l’invasion russe de son territoire.

Guerre en Ukraine, jour 618 | L'Ukraine dit avoir touché un chantier naval de Crimée

PHOTO MIKHAIL METZEL, SPOUTNIK VIA AGENCE FRANCE-PRESSE

Le patriarche orthodoxe russe Cyrille (à droite) a assisté à une cérémonie sur la Place Rouge avec le président russe Vladimir Poutine pour marquer la Journée de l’unité nationale, le 4 novembre à Moscou.

Le patriarche Kirill, fervent partisan du président Vladimir Poutine, a qualifié l’offensive russe contre l’Ukraine de bataille contre les « forces du mal ».

Les autorités ukrainiennes ont déclaré dans un communiqué avoir « rassemblé des preuves contre le chef de l’Église orthodoxe russe, Vladimir Gundiaev (dit Kirill) ».

Il est « membre du cercle restreint des hauts dirigeants militaires et politiques de Russie et (…) l’un des premiers à soutenir publiquement la guerre contre l’Ukraine ».

Kirill a porté atteinte à l’intégrité territoriale de l’Ukraine en justifiant une agression armée, selon les autorités ukrainiennes.

« Des mesures seront prises pour le traduire en justice pour les crimes commis contre notre Etat », ont-ils ajouté.

L’Ukraine, pays à majorité orthodoxe, a rompu ses liens avec les institutions orthodoxes liées à la Russie après le début de la guerre.

En octobre, le Parlement ukrainien a voté l’interdiction d’une Église orthodoxe ukrainienne (UOC) liée à Moscou, accusant ses membres de collaborer avec la Russie.

Autrefois la plus populaire d’Ukraine, cette Église a perdu ses adeptes pendant des années à mesure que le sentiment national ukrainien gagnait en popularité face à l’ancienne puissance russe.

Ce processus s’est accéléré avec la création en 2018 d’une Église orthodoxe ukrainienne indépendante de Moscou.



[ad_2]

Gn Ca world

Back to top button