Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles canadiennes

Greenpeace attaque une importante certification de Domtar et Résolu

[ad_1]

Les liens existants entre l’acquéreur de Résolu et une entreprise déjà exclue de la certification environnementale FSC, Asia Pulp & Paper, amènent Greenpeace à demander l’exclusion de Paper Excellence du FSC.


Le groupe de pression environnementaliste Greenpeace Canada et son homologue indonésien, Auriga Nusantara, appellent l’un des organismes de normalisation mondiaux les plus influents en matière de foresterie durable, le Forest Stewardship Council (FSC), à se dissocier de la société Paper Excellence – récente acquéreur de Domtar et Produits forestiers Résolu au Canada – en raison de sa relation d’actionnaire avec une entreprise déjà exclue du FSC, Asia Pulp & Paper, pour ses mauvaises pratiques forestières en Indonésie.

Dans une plainte déposée auprès du FSC et rendue publique mercredi matin, Greenpeace Canada et Auriga Nusantara soutiennent que « le FSC s’est formellement dissocié d’Asia Pulp & Paper (APP) depuis 2007 en raison de son implication dans les conflits sociaux et la destruction de l’environnement en Indonésie.

Citant des « preuves tangibles et irréfutables » accumulées sur deux ans, Greenpeace Canada et Auriga Nusantara demandent au FSC de « reconnaître publiquement les liens corporatifs entre Paper Excellence et APP et de prendre les mesures appropriées pour se dissocier également de Paper Excellence et de ses sociétés affiliées », », notamment Produits forestiers Résolu et Domtar au Canada et aux États-Unis.

Selon les informations recueillies par Greenpeace, Paper Excellence a connu une croissance considérable ces dernières années grâce à des acquisitions majeures dans l’industrie des produits forestiers en Amérique du Nord et en Europe.

Selon Greenpeace, cette entreprise contrôlée par des capitaux privés d’origine asiatique possède désormais 42 usines de pâte, papier et bois d’œuvre au Canada, aux États-Unis et en France qui sont certifiées selon les normes FSC en foresterie durable.

Au Canada seulement, selon Greenpeace, « Paper Excellence est désormais présente dans cinq provinces et gère quelque 22 millions d’hectares de forêts, dont environ 7,3 millions d’hectares au Québec et en Ontario qui sont certifiés (aux normes FSC). »

Greenpeace soutient également que, depuis son acquisition de Produits forestiers Résolu en début d’année, « Paper Excellence siège même au conseil d’administration de FSC Canada » à travers le siège précédemment occupé par Résolu.

Cependant, toujours selon Greenpeace, « la politique de l’association FSC interdit aux entreprises liées à des entreprises dissociées d’obtenir sa certification. Cette politique inclut spécifiquement les sociétés mères, filiales et sociétés sœurs.

De l’avis de Shane Moffatt, directeur de campagne chez Greenpeace Canada, le FSC doit « reconnaître que Paper Excellence et Asia Pulp & Paper sont des entités indissociables. « Il doit également prendre une décision : permettre à une société forestière multinationale de s’emparer des forêts du Canada ou être honnête avec le public sur ce qui se passe réellement. »

« Pour maintenir sa crédibilité, nous attendons du FSC qu’il applique ses propres politiques et se dissocie de Paper Excellence », déclare Timer Manurung, directeur d’Auriga Nusantara.

« Tout comme les Indonésiens, les Canadiens méritent de savoir que la société sœur de Paper Excellence, Asia Pulp & Paper, est l’une des entreprises ayant les pires bilans en matière de déforestation et de contribution aux incendies de forêt dans notre pays. »

FSC : pas de lien concernant le contrôle

Appelé à commenter ces affirmations de Greenpeace Canada et d’Auriga Nusantara à l’égard de Paper Excellence, le PDG de la section canadienne du FSC, François Dufresne, a indiqué à La presse que la situation de Paper Excellence faisait déjà l’objet d’un « examen régulier » principalement en raison de sa croissance dans l’industrie des produits forestiers.

Mais en ce qui concerne ses liens avec Asia Pulp & Paper, et qui seraient un motif suffisant pour son exclusion du FSC selon Greenpeace, François Dufresne indique que « jusqu’à présent, (son organisation n’a) pas trouvé de lien de propriété majoritaire (de contrôle) entre APP et Paper Excellence » qui pourrait justifier des mesures particulières envers Paper Excellence et ses filiales au Canada.

« Si Greenpeace a de nouvelles informations à nous communiquer à cet égard, nous sommes évidemment très intéressés à en connaître, tout comme nos nombreux membres ou interlocuteurs du secteur forestier », a indiqué le PDG de FSC Canada.



[ad_2]

Gn Ca local

Back to top button