Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles canadiennes

Gérald Darmanin estime qu’il n’y a « pas de question taboue »

[ad_1]

CEDH, suppression de l’article visant à régulariser les sans-papiers dans des métiers en tension : avant l’examen de son texte sur l’immigration, le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin a assuré dimanche qu’il n’y avait « pas question tabou » pour protéger les Français, dans un long et entretien sans précédent dans JDD.

Clin d’oeil à droite, Gérald Darmanin est le premier ministre de son rang à s’exprimer dans les colonnes de Journal du dimanche depuis que l’hebdomadaire a repris sa publication sous la direction du journaliste d’extrême droite Geoffroy Lejeune après des semaines de grève et des départs massifs au sein de la rédaction.

L’entretien de trois pages est en grande partie consacré au projet de loi sur l’immigration, dont l’examen au Sénat débutera le 6 novembre.

Darmanin « prêt à discuter » pour les métiers en tension

« Il n’y a pas de question taboue si l’on veut qu’elle soit efficace pour protéger les Français », a déclaré le ministre interrogé sur les limites imposées par la Constitution ou la jurisprudence européenne en matière d’immigration.

Il note toutefois que la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) « ne (l’empêche) pas d’exercer (son) métier de ministre de l’Intérieur », arguant qu’il respecte « toutes les règles de l’État de droit » et le tribunal.

Sur son projet de loi sur l’immigration et l’épineux débat autour de son article 3 consacré aux métiers en tension, Gérald Darmanin se dit prêt à « discuter ». « Mais la situation est suffisamment grave pour que nous soyons obligés de faire des compromis sur des choses qui ne sont pas centrales », a déclaré le ministre.

Les « mesures les plus dures » depuis trente ans

« Certains veulent un décret ou une circulaire, d’autres veulent que ce soit dans la loi. Nous aborderons donc ce sujet comme tous les autres mais le gouvernement s’engage à prendre des mesures de justice envers ceux qui produisent dans notre pays sans jamais poser de problème d’ordre public », a-t-il expliqué.

Proche JDDGérald Darmanin a défendu le « texte le plus ferme avec les mesures les plus dures des trente dernières années ».

Alors que le chemin vers l’adoption de son texte par le Parlement est étroit, notamment en raison d’une ferme opposition de la droite, le ministre semble imputer un hypothétique échec à une « extrême gauche tentant de faire de l’obstruction systématique » à l’Assemblée.

« Jusqu’à présent tous mes textes ont été adoptés sans le 49.3 (…) C’est au Premier ministre de décider si elle engage ou non la responsabilité de son gouvernement », a-t-il déclaré.

[ad_2]
Fr1

Back to top button