Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
monde

Gaza : le système de santé est « à genoux »

[ad_1]

Le système de santé de la bande de Gaza est « à genoux », a prévenu vendredi le chef de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) devant le Conseil de sécurité de l’ONU, soulignant que la moitié des 36 hôpitaux de l’enclave ne fonctionnaient plus « du tout ». ».

• Lire aussi : 13 morts dans une frappe israélienne contre le plus grand hôpital de Gaza

• Lire aussi : Israël accepte de prendre des « pauses » quotidiennes

• Lire aussi : De violents combats entre Israël et le Hamas à Gaza, des milliers de civils fuient

« La situation sur le terrain est impossible à décrire : des couloirs d’hôpitaux remplis de blessés, de malades et de mourants, des morgues débordantes, des opérations chirurgicales sans anesthésie, des dizaines de milliers de personnes réfugiées dans les hôpitaux », a-t-il déclaré. Tedros Adhanom Ghebreyesus, dénombrant « plus de 250 attaques » contre le secteur de la santé (hôpitaux, cliniques, ambulances, patients) à Gaza et en Cisjordanie depuis le début de la guerre déclenchée par l’attaque sans précédent du Hamas le 7 octobre. secteur de la santé en Israël.

« La meilleure façon de soutenir ces agents de santé et les personnes dont ils s’occupent est de leur fournir les moyens dont ils ont besoin pour recevoir des soins : des médicaments, du matériel médical et du carburant pour les générateurs des hôpitaux », a-t-il déclaré. a-t-il ajouté, appelant à une augmentation de l’aide humanitaire arrivant par le terminal de Rafah et réitérant les appels répétés des responsables de l’ONU à un « cessez-le-feu ».

« Je comprends ce que vivent les enfants de Gaza, car j’ai vécu la même chose quand j’étais enfant », a noté le directeur général de l’OMS, originaire du Tigré en Éthiopie.

« Le bruit des coups de feu et des obus qui sifflent dans l’air, l’odeur de la fumée après leur frappe, les balles traçantes dans la nuit, la peur, la souffrance », a-t-il décrit, dénonçant en revanche les attentats « barbares » d’octobre. 7 exigeant la libération des otages du Hamas.

Alors que le Conseil de sécurité, profondément divisé sur cette question, est incapable depuis le début de la guerre de parler d’une seule voix, le chef de l’OMS a également appelé à une réforme de l’organisme onusien.

« J’ai longtemps cru que le Conseil de sécurité ne remplissait plus le rôle pour lequel il a été créé », le maintien de « la paix et de la sécurité mondiales », a-t-il insisté.

Le directeur du Croissant-Rouge palestinien, Marwan Jilani, s’exprimant par vidéo, a appelé les membres du Conseil à « faire tout ce qui est en leur pouvoir pour éviter de nouveaux décès et davantage de souffrances ».

Il a notamment dénoncé la situation à l’hôpital Al-Quds, dans la ville de Gaza, qui, selon le Croissant-Rouge, a été tiré vendredi par des soldats d’élite israéliens.

« Je m’apprêtais à informer le Conseil de la grave pénurie de carburant, de nourriture et d’eau, mais honnêtement, notre principale préoccupation est désormais la menace directe qui pèse sur la vie des blessés et des malades, ainsi que sur celle des dizaines de milliers de civils » hébergés à l’hôpital. , il a dit.

« Ils vous implorent d’agir pour empêcher un autre massacre potentiel. »

Au début de sa réunion, le Conseil de sécurité a observé une minute de silence en hommage aux victimes des attaques du Hamas contre Israël (1 200 morts selon le bilan révisé des autorités israéliennes), aux civils tués dans les bombardements de Gaza (plus plus de 11 000 morts selon le ministère de la Santé du Hamas), ainsi qu’aux journalistes et personnels de l’ONU qui ont perdu la vie depuis le début de cette guerre.

[ad_2]

Gn Ca world

Back to top button