Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles canadiennes

François Legault, premier ministre responsable de rien !

[ad_1]

En reclassant le dossier du tramway de la ville de Québec à la Caisse de dépôt et placement (CDPQ), François Legault fuit une nouvelle fois ses responsabilités. Pour sa part, ce n’était pas du théâtre de se laisser surprendre par la hausse des coûts dans le contexte inflationniste actuel.

Le premier ministre affirme faire preuve de courage en voulant réformer le réseau de la santé. On ne le croit pas vraiment, sachant que son intention est de confier l’épineuse question à une agence pour s’en laver les mains, comme Ponce Pilate.

On a aussi vu l’empressement des ministres Caire et Guilbault à faire porter le poids des échecs de la SAAQ, dans sa transition numérique, sur leurs administrateurs et, en corollaire, sur les fonctionnaires.

La CAQ est d’accord avec le chef libéral Marc Tanguay, qui affirme que tout ce qu’elle touche se transforme en poussière. C’est effrayant, sachant qu’il sera en place jusqu’en 2026.

Mauvaise référence

Le gouvernement Legault n’a pas été très édifiant en matière de transports. La CAQ a fait campagne à deux reprises sur un potentiel troisième lien dans la région de Québec tout en connaissant l’avis contraire des experts.

Sans plus d’études et dans la panique de la défaite dans Jean-Talon, le premier ministre relance l’idée d’un troisième lien, même s’il y avait renoncé après les élections générales parce qu’il n’était plus nécessaire. , selon les données de trafic.

Le gouvernement a abandonné le projet de REM proposé par la CDPQ pour l’est de Montréal et lui confie maintenant le mandat de développer un projet de transport collectif pour la ville de Québec. Trouve l’erreur!

Les négociations qui ont eu lieu sur le financement des transports publics entre les communes et le gouvernement démontrent que la rentabilité n’est pas pour demain et que les subventionner est une nécessité qui incombe à l’État.

Il y a de quoi s’inquiéter lorsque ce dernier se tourne vers le pécule des Québécois pour remédier à sa négligence.

Limiter les dégâts

Le gouvernement caquiste nous démontre sa grande préoccupation à l’égard de la classe d’affaires et une préoccupation mitigée à l’égard du citoyen ordinaire.

On l’observe en matière de logement avec un ministre plus enclin à écouter les propriétaires que les locataires. Cela est également vrai dans le domaine de l’éducation, en ne mettant pas fin à une école à trois vitesses. L’hypercentralisation du secteur de la santé ne fera que détériorer davantage les services destinés aux plus démunis.

La plupart des problèmes que le gouvernement prétend résoudre dans sa récente mise à jour économique sont le résultat de son laxisme ou de l’abandon de programmes existants.

Les négociations dans le secteur public deviennent encore plus importantes pour la survie de nos programmes sociaux et de nos services publics. Le soutien que les syndicats recueillent auprès de la population s’explique très bien, car ils deviennent les derniers remparts.



[ad_2]

Gn Ca local

Back to top button