Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Sport

Flammes de Calgary | Jonathan Huberdeau cherche ce petit quelque chose

[ad_1]

Dans le vestiaire des visiteurs du Centre Bell, lundi midi, Jonathan Huberdeau a prononcé à quelques reprises les mêmes trois mots de suite : «Ça va revenir…»


C’est ce qu’il a dit, et c’est ce qu’il se dit. Il n’a pas le choix de répéter ces mots, sans doute, car ce bilan de 2 buts et 5 passes décisives en 14 matchs n’est pas celui qu’il aimerait avoir.

Mais c’est celui qu’il possède, et cette dure réalité commence à lui peser un peu.

«Je dois juste retrouver la passion, je dois m’amuser», a commencé par expliquer le joueur québécois dans le vestiaire des Flames de Calgary, après l’entraînement de son équipe. Je dois me dire que c’est un jeu, et je dois essayer de revenir à l’essentiel. Je n’abandonnerai jamais, je vais y travailler et je sais que ça reviendra. »

Il le faudra, car les Flames ne pourront probablement pas sortir de ce profond marasme sans lui.

Avec une récolte de seulement 10 points depuis le début de la saison, le club albertain représente une déception, et la performance d’Huberdeau n’est peut-être pas étrangère à cet état de fait.

Tout cela a donné lieu à des épisodes difficiles, dont ce match de mardi dernier contre les Predators de Nashville, où l’attaquant de 30 ans a dû passer la troisième période à s’assécher au bout du banc. Il en a également parlé avec l’entraîneur Ryan Huska immédiatement après.

« On a eu une discussion après le match… c’est sûr qu’on n’est pas content quand on ne joue pas en troisième période, mais on a gagné le match, donc j’étais content pour l’équipe. J’ai mis ça derrière moi, je ne veux pas trop m’en inquiéter.

 » Ce n’est pas facile. Tu rentres chez toi et tu penses à ça, tu veux bien faire… J’essaie de me déconnecter, c’est ce qu’il faut faire quand on n’est pas à l’arène. Quand les choses vont eh bien, c’est facile, on abandonne, c’est l’adversité, ça fait partie de la vie. Il s’agit juste de savoir comment s’en sortir. Je ne vais pas abandonner. »

Ryan Huska estime également que la page de mardi dernier est déjà tournée, et que le meilleur reste à venir pour son joueur vedette, qui a obtenu un contrat de 8 ans et 84 millions avec le club à l’été 2022 après un contrat exceptionnel de 115 millions. saison de points en Floride.

« Il a fait beaucoup de bonnes choses depuis le début de la saison », a expliqué le entraîneur des Flames lundi. Il a dû adapter son jeu depuis l’année dernière et c’est un très bon joueur, un élément important de notre club. Lorsqu’il se déplace bien sur la glace et contrôle la rondelle, il est très bon.

« Il a maintenant besoin de cohérence. Les joueurs ne sont pas au mieux tous les soirs. Que ce soit Wayne Gretzky ou Mario Lemieux ou Jonathan Huberdeau, cela arrive de temps en temps. C’est la réponse du joueur qui est importante. »

Dans l’immédiat, Huberdeau tentera de répondre en compagnie de Mikael Backlund et Blake Coleman, les compagnons du troisième trio avec qui il a patiné à l’entraînement de lundi au Centre Bell, en préparation du match de mardi soir contre le Canadien.

Le reste, estime-t-il, dépend de lui.

« C’est plutôt une question de confiance », a-t-il ajouté. Les chiffres viendront quand la confiance reviendra aussi… J’ai le talent ; Il me reste juste à trouver le petit quelque chose qui manque. »



[ad_2]

Gn Ca sport

Back to top button