Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Science et technologie

Fermeture de l’application de chat Omegle

[ad_1]

L’application de chat vidéo Omegle met fin jeudi à ses activités, après 14 ans d’existence, en raison de multiples plaintes de victimes d’abus sexuels en ligne.

• Lire aussi : Omegle : les centres de services scolaires appellent à la prudence

• Lire aussi : « Elle a vu le viol d’un enfant » : une petite fille exposée à des scènes de violence sur une messagerie

Ce service, rapidement devenu populaire auprès des jeunes pendant la pandémie, a permis de se connecter virtuellement, de manière aléatoire, avec des inconnus du monde entier. Cette application gratuite était accessible aux enfants âgés de 13 ans avec autorisation parentale. Cependant, le côté obscur de la plateforme est rapidement apparu ces dernières années, notamment pour commettre des « crimes odieux », a annoncé le fondateur d’Omegle, Leif K-Brooks, dans une lettre écrite partagée sur l’application. Ce site permettait de mettre des mineurs en contact avec des prédateurs sexuels.

Le fondateur d’Omegle a également ajouté que « l’anxiété et l’expansion de cette bataille concernant l’utilisation abusive de l’application par certaines personnes » sont devenues trop exigeantes et difficiles pour lui. « Gérer Omegle n’est plus viable, ni financièrement ni psychologiquement », dit-il.

L’annonce de la fermeture d’Omegle intervient quelques jours après qu’une action civile réclamant 22 millions de dollars à Omegle ait été déposée devant un tribunal de l’Oregon. Une jeune fille de 11 ans se serait retrouvée dans une conversation vidéo avec un homme adulte, la forçant à se livrer à des actes sexuels en ligne pendant trois ans avant d’être arrêtée par la police, selon le Washington Post.

Un homme de Virginie aurait également été condamné à 16 ans de prison en août pour avoir filmé secrètement des centaines de vidéos explicites sur Omegle tout en discutant avec « au moins » 1 000 filles mineures.

[ad_2]

Gn Ca tech

Back to top button