Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles canadiennes

en soutien à Gaza, des milices pro-iraniennes attaquent des bases américaines

[ad_1]

Les responsables militaires américains ont signalé quatre attaques de drones et de roquettes contre des bases américaines en Irak en moins de 48 heures, et au moins trois autres contre des bases et installations militaires en Syrie, toutes revendiquées par des factions de la résistance islamique en Irak.

Si la plupart ont été repoussés, comme ceux sur les bases aériennes d’Al-Harir au Kurdistan irakien ou à l’aéroport de Bagdad, l’armée américaine a annoncé plusieurs blessés légers à la base d’Al-Tanaf, dans le triangle frontalier entre l’Irak, la Syrie et la Jordanie, le du côté syrien, ainsi que la garnison d’Al Assad, dans la province d’Al Anbar, ont attaqué à deux reprises. Un civil y est mort d’une crise cardiaque alors qu’il cherchait un abri. Un gazoduc de la compagnie pétrolière Conoco a été endommagé dans la province de Deir Ezzor, en Syrie.

Le peuple irakien engagé pour la cause palestinienne

Ces événements font suite à une escalade des tensions régionales après l’explosion d’une roquette mardi soir à l’hôpital arabe Ahli à Gaza, qui a fait des centaines de morts, selon le Hamas. La veille, le président américain Joe Biden avait appelé le Premier ministre irakien Al Soudani à éviter toute action collective des milices chiites irakiennes pro-iraniennes. Peine perdue.

En Irak, le peuple est engagé depuis longtemps dans la cause palestinienne et les milices échappent au contrôle de l’État et l’instrumentalisation de la question palestinienne est une des rares causes qui mettent tout le monde d’accord. Les milices pro-iraniennes se sont ainsi regroupées mercredi dans une cellule de soutien à l’opération du Hamas « Inondation Al Aqsa ».

Le Hezbollah irakien a notamment appelé les forces américaines, qu’il accuse d’aider Israël, à quitter l’Irak sous peine de leur faire vivre « l’enfer sur terre ». Ces menaces ont été répétées sous différentes formes par de nombreux chefs de milices politiques (en Irak, où il y a 80 milices acquises à l’Iran, la frontière est floue), qui se disent unanimement fiers de l’opération du 7 octobre. dirigés par le Hamas et qui s’abstiennent de condamner le meurtre de civils israéliens.

Dans le même temps, les manifestations pro-palestiniennes, anti-israéliennes et anti-américaines se multiplient, comme à Bagdad où des centaines de milliers de personnes se sont rassemblées place Tahrir le 13 octobre. Une autre grande manifestation est prévue ce vendredi après-midi à Bagdad, et des appels à incendier l’ambassade américaine émergent de canaux proches des milices.

L’ayatollah Ali Sistani intervient

A l’initiative de la manifestation géante du 13 octobre, l’un des hommes forts politiques et religieux d’Irak, le chiite Moqtada Sadr, a appelé jeudi soir, lors d’un discours télévisé : « tous les peuples musulmans et arabes se dirigent vers les frontières d’Israël  » pour un  » sit-in pacifique et sans armes jusqu’à la levée du siège de Gaza « .

Des centaines d’Irakiens sont déjà arrivés ce vendredi matin à la frontière jordanienne grâce à des bus affrétés par le Hezbollah irakien. La plus haute autorité religieuse chiite du monde, basée à Najaf, le grand ayatollah Ali Al-Sistani a appelé « le monde entier  » a  » dénoncez la terrible brutalité »causé« par les forces d’occupation  » contre  » le peuple palestinien opprimé « .

[ad_2]
Fr1

Back to top button