Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Santé

En novembre, le CHU de Clermont-Ferrand encourage le dépistage du cancer de la prostate

[ad_1]

Après Octobre Rose, le mouvement des femmes contre le cancer du sein, place à Movember ! Chaque année, début novembre, les hommes se laissent pousser la moustache lors du mouvement Movember afin de briser les tabous liés aux cancers de la prostate et des testicules.

Un cancer de l’âge

Le professeur Laurent Guy, chef du service d’urologie au CHU, traite ces cancers. Et pour lui, Movember est plutôt une bonne idée : « Les cancers masculins, de la prostate et des testicules, étaient des cancers peu connus. Si cela peut inciter les hommes à se faire dépister, notamment à partir de 45/50 ans, c’est une bonne chose.»
Quels sont ces cancers masculins ? « Près de 99 % des cancers de la prostate sont principalement liés au vieillissement : si tous les hommes atteignaient 100 ans, ils auraient tous un cancer de la prostate !

La prostate sans tabous

Un cancer de plus en plus traitable. Mais même si les traitements progressent, c’est surtout l’imagerie qui a le plus progressé, et qui permet de le détecter plus rapidement : grâce à l’imagerie par résonance magnétique (IRM) et plus récemment le PET Scan, le dépistage permet d’intervenir avant la survenue du des métastases qui, pour ce type de cancer, se fixent sur les os.
Mais si, comme nous l’avons vu, son apparition est quasiment inévitable à partir d’un certain âge, on peut la prévenir avec une alimentation moins carnée et plus riche en fruits et légumes (les Japonais ont 10 fois moins de cancer de la prostate que les Français !)

Les Auvergnats légèrement plus touchés

Les Auvergnats, quant à eux, sont, comme les Bretons, légèrement plus touchés par ces cancers que les autres Français sans savoir exactement pourquoi. Pas de quoi sombrer dans la paranoïa, mais plutôt une incitation supplémentaire à ne pas négliger le dépistage qui commence par une consultation chez son médecin généraliste.

Arnaud Vernet

[ad_2]

Gn Ca health

Back to top button