Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles canadiennes

Emmanuel Macron salue un « monstre sacré du journalisme français »

[ad_1]

Une page du journalisme politique se tourne : Canal+ et Europe 1 ont annoncé mardi soir le décès de Jean-Pierre Elkabbach, leur ancienne star. Les réactions politiques affluèrent de la part de tous ceux qu’il avait interviewés à un moment ou à un autre.

Emmanuel Macron a salué mercredi un « monstre sacré du journalisme français », disparu « à la veille du 65e anniversaire de notre Ve République, lui qui était toujours là, à chacune de ses grandes dates, sur nos écrans ou sur nos ondes », raconter les moments riches et interroger les acteurs.

« Jean-Pierre Elkabbach a marqué toute une génération. Je suis l’un d’entre eux, pour avoir tant espéré, alors jeune élu, être son invité au micro d’Europe 1 jusqu’à ce qu’il me donne ma chance », a réagi l’ancien président Nicolas Sarkozy sur les réseaux sociaux, exprimant sa « tristesse ». ».

« Une page de notre histoire politique et médiatique se tourne avec » sa disparition, a déclaré son successeur François Hollande, louant une « pugnacité qu’aucun interlocuteur ne saurait épuiser ».

« Mon premier entretien, c’était avec Jean-Pierre Elkabbach ! Autant une épreuve qu’une consécration », a écrit Rachida Dati, maire LR du 7e arrondissement et ancienne garde des Sceaux.

« Il avait interrogé tous les chefs d’Etat depuis Valéry Giscard d’Estaing et fait vivre notre débat démocratique », a souligné le président du RN Jordan Bardella.

Le leader communiste Fabien Roussel a quant à lui salué un « compagnon de voyage de la Ve République » dont les « échanges mythiques avec Georges Marchais resteront gravés ». Une allusion à un entretien en 1980 sur Antenne 2 avec le secrétaire général du PCF qui le réprimanda.

Elkabbach et Marchais, « les deux meilleurs ennemis »

La célèbre phrase « Tais-toi, Elkabbach ! » », n’a en effet jamais été prononcé par Marchais, mais imaginé par l’humoriste Thierry Le Luron caricaturant le débat.

« Ils s’aimaient beaucoup. Ils étaient peut-être les deux meilleurs ennemis. Il y avait beaucoup de respect entre eux », a déclaré Olivier Marchais sur BFMTV, plus de 25 ans après la mort de son père.

Sans surprise, les expressions de respect se multiplient également de la part des journalistes, qui ont marqué plusieurs générations. « Il a été le premier à me donner ma chance », a souligné Léa Salamé.

« Beaucoup d’entre nous ont pris ses attaques en interview comme référence », a déclaré Laurence Ferrari sur CNews.

« C’était le meilleur intervieweur que nous ayons eu », a commenté sur BFMTV Alain Duhamel – son ancien partenaire de « Cartes sur table » sur Antenne 2 – saluant son « incroyable détermination » et sa « méticuleuse ».

« C’est encore toute une époque », a relevé sur la même chaîne Michèle Cotta, membre du même « clan des journalistes » et de la même génération.

[ad_2]
Fr1

Back to top button