Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Entreprise

écarts par rapport à 2021, affirme le ministère

[ad_1]

Dans une réponse écrite à nos questions concernant la situation qui prévaut à Culture Shawinigan, le ministère de la Culture confirme être en communication avec la Ville concernant sa responsabilisation sur l’entente triennale de développement culturel 2021-2023.

« Le Ministère a validé la reddition de comptes et les pièces justificatives de la première année de cette entente de développement culturel 2021-2023. Cette validation a permis d’identifier des dépenses qui ne seraient pas admissibles au programme d’aide financière et à la convention d’aide financière.

La situation serait tellement préoccupante que le ministère confirme également, comme indiqué mardi Le Nouvellisteêtre « en communication avec d’autres bailleurs de fonds potentiels du gouvernement du Québec ».

Interrogé, le ministre de la Culture, Mathieu Lacombe, ne cache pas son inquiétude. « J’ai demandé au ministère de suivre ce dossier afin d’avoir une vision claire de la situation », nous a-t-il indiqué dans un mail envoyé mardi en début de soirée.

De son côté, le maire Michel Angers a convoqué les journalistes pour un point de presse improvisé mardi après-midi. On parle désormais ouvertement à l’hôtel de la « crise qui secoue » la culture Shawinigan. La Ville engage à ses frais une firme externe et indépendante pour aller au fond des choses.

Pendant ce temps, un mystère plane sur l’avenir de Bryan Perro à titre de directeur général de l’OBNL. Culture Shawinigan a diffusé un bref communiqué en milieu d’après-midi indiquant vouloir « gérer cette situation dans le plus grand respect de toutes les parties impliquées ». Aucune mention n’est faite du sort du directeur général. Des documents internes dont nous avons obtenu copie laissent toutefois entendre que rien ne va plus entre le conseil d’administration et le directeur principal de l’organisme.

A la mairie, les difficultés réelles de l’organisation n’auraient jamais été portées à la connaissance du conseil municipal avant fin septembre. Les deux conseillers municipaux qui siègent au conseil d’administration de Culture Shawinigan auraient été exclus des séances tenues à huis clos, en vertu de leur statut d’observateurs, explique-t-on. Une décision des administrateurs qui a tenu le conseil municipal dans le flou, déplorent les élus.

Le maire d’Angers soutient également que contrairement à ce que suggèrent les procès-verbaux des conseils d’administration, il n’a jamais été demandé de se retirer du dossier pour éviter un conflit de loyauté avec son ami Bryan Perro. « Au contraire, c’est moi que le président du conseil d’administration est venu voir pour me dire que ça allait mal », soutient-il.

Le conseil municipal dit vouloir attendre les résultats de la vérification pour décider des prochaines étapes et de l’octroi éventuel de fonds supplémentaires pour combler un déficit qui pourrait approcher le million de dollars pour l’année en cours. Selon ce qui a été avancé mardi, la Ville subventionne déjà l’OBNL à hauteur de 1,5 million de dollars par année.

[ad_2]

Gn Ca bus

Back to top button