Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles canadiennes

Drame à Newport : une aide psychologique proposée

[ad_1]

Il y a encore une onde de choc plus de 24 heures après le terrible accident qui a coûté la vie à Meggie Lévesque, Joey Huard et Anthony Comeau. Trois jeunes âgés de 18 à 21 ans de Port-Daniel-Gascons et Chandler.

« Je les connaissais juste un peu. Je suis touché parce que ce sont des jeunes et j’ai un jeune homme », raconte un homme rencontré dans le quartier de Pabos Mills.

Quelques curieux se sont rassemblés sur les lieux du drame jeudi matin. Une gerbe de fleurs et une statue d’ange ont été déposées en hommage aux victimes.

En matinée, la Sûreté du Québec révélait que la vitesse aurait pu jouer un rôle dans ce triste événement. On ne sait pas exactement à quelle vitesse la voiture conduite par le jeune homme de 18 ans roulait.

«Je sais qu’ils sont allés au petit bar de Chandler pour jouer au billard, mais c’est tout (…) On dirait qu’elle aurait roulé assez vite, très vite, pour être allée tout droit comme ça. Elle n’a rien fait de mal et elle a continué tout droit, c’est triste», raconte un membre éloigné du conducteur décédé.

C’est une tragédie qui secoue toute la région, selon le maire de Chandler, Gilles Daraiche.

« Je vous dirais qu’hier matin, c’était extrêmement triste. L’Hôtel de Ville est en deuil, la ville est en deuil et Port-Daniel-Gascon aussi. Quand on perd des jeunes comme ça, on perd gros parce qu’on mise beaucoup sur notre jeunesse. C’est la prochaine génération.

Sur le terrain, des intervenants psychosociaux ont été rapidement déployés pour venir en aide aux proches des trois jeunes.

« L’objectif est d’avoir des services rapides à mettre en place, tant au niveau du CLSC que des partenaires communautaires qui sont touchés par tout ce qui arrive. Nous avons donc déployé beaucoup de travailleurs, plus d’une dizaine d’intervenants travaillent actuellement auprès des proches et des familles pour les aider », raconte Sylvain Nadeau.

Même s’ils sont régulièrement confrontés à ce type de scénario, le directeur des pompiers locaux avoue que certains de ses pompiers sont particulièrement touchés par ce qu’ils ont vu cette nuit-là. Un soutien psychologique leur est également proposé.

« Il y a certains pompiers qui sont plus touchés que d’autres en raison des liens familiaux avec certaines victimes. Nous avons une aide extérieure.(…) Nous affrontons la musique quand c’est le moment, mais nous sommes confrontés à tout ce problème. Nous ne sommes pas en acier, nous sommes des humains comme tout le monde », reconnaît Bobby Bastien.

Le CISSS de la Gaspésie rappelle que les personnes qui ressentent le besoin de parler ne doivent pas hésiter à demander de l’aide. Des travailleurs formés sont disponibles dans les établissements de santé ou par téléphone sur la ligne Info-Social au 811.

[ad_2]

Gn Ca local

Back to top button