Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles canadiennes

Donner du sens à son épargne, nos conseils pour se lancer

[ad_1]

Sachez où va votre argent. Mieux encore, choisissez qui cet argent peut aider. Ce sont les objectifs de la finance solidaire qui prend tout son sens face aux crises sociales et environnementales. À l’heure où l’Union européenne tente d’orienter différemment les investissements des institutions financières, en affrontant le lobbying des énergies fossiles, de nombreux petits acteurs tentent de démontrer qu’une autre utilisation de l’épargne est possible. Ces circuits courts d’épargne citoyenne financent une économie plus respectueuse de la planète et de ceux qui y vivent.

On ne s’en rend pas forcément compte, mais agir sur la destination de son épargne est pour un citoyen la manière la plus simple d’agir sur le monde qui l’entoure. Placer un peu ou beaucoup d’argent dans une Cigales (club d’investisseurs pour la gestion alternative et locale de l’épargne solidaire), dans une foncière solidaire ou une cagnotte Amap (Associations pour le maintien de l’agriculture paysanne) a un effet multiplicateur sur la solidarité et des emplois locaux. Il est toujours utile de consommer bio ou de voyager à vélo pour les générations futures, mais il est encore plus efficace d’épargner solidairement.

L’aventure des circuits financiers courts a commencé dans les années 1980, avec des citoyens issus de mouvements alternatifs ou chrétiens qui souhaitaient se réapproprier l’usage de leur épargne, promouvoir des filières mal aimées des banques (comme le bio, le commerce équitable ou le recyclage) et sensibiliser leurs pairs aux mécanismes économiques. .

Ces premières expérimentations ont été baptisées Cigales, Clefe (clubs locaux d’épargne pour femmes entrepreneurs), La Nef, Herrikoa ou Autonomie et Solidarité – les premières sociétés régionales de capital solidaire – et Habitat et Humanisme. La dynamique ne s’est jamais rompue. Elle s’est même renforcée après la crise financière de 2008 et la crise épidémique de 2020, où les plus jeunes ont pris conscience du rôle joué par l’argent dans la promotion d’autres modèles. Cela peut se faire grâce aux plateformes de financement participatif, nouvelles formes de circuits courts dans lesquels un clic peut aider une personne à l’autre bout du monde.

Pour Patrick Sapy, directeur général de Fair (« Finance, accompagner, impact, rassembler », association qui regroupe les acteurs de la finance à impact social et qui labellise la plupart des produits évoqués), « Les circuits courts solidaires sont l’essence même de la finance à impact. Ils sont également présents, comme Cigales, l’Adie et France Active, à la création de l’association Finansol, devenue Foire il y a deux ans. L’année dernière, selon les chiffres de la Foire-La Croixles financements directs dans les entreprises solidaires ont représenté un milliard d’euros, contre 26 milliards de la collecte totale.

Les Cigales ou Les Clefe restent exemplaires pour ceux qui cherchent à optimiser l’utilisation de leur argent vers une plus-value sociale et environnementale plutôt que spéculative. Il existe cette année 200 clubs Cigales, regroupant plus de 2 000 épargnants solidaires dans toutes les régions. « 100 % de la collecte est investie dans des entreprises solidaires, souligne Mickaël Barth, jeune co-président de la Fédération des Cigales. Cela continue d’intéresser les gens alors que nous célébrons notre 40e anniversaire. Les Cigaliers peuvent aller manger dans le restaurant ou la boulangerie bio qu’ils ont financé ; il en va de même pour la librairie ou le commerce équitable du textile qu’ils ont aidé. Ils peuvent mesurer l’impact de leur argent sur l’emploi et leur environnement. » Et cela peut commencer avec 10 € par mois (pendant cinq ans, durée légale des clubs) : c’est en mettant ces sommes en commun et aussi avec deux, trois ou cinq Cigales de concert, pour des projets plus importants, comme des parcs éoliens, que l’effet soit rendu visible.

De leur côté, les Clefes du Pays Basque ont également pris la forme de clubs d’épargnants, mais elles accordent des prêts et non des prises de participation. « Notre système s’apparente davantage à celui des tontines, explique Chantal Torre, qui fut à l’origine de l’implantation de Clefe au Pays Basque. Nous avions déjà l’expérience d’Herrikoa, qui montrait que nous pouvions collecter de l’argent local pour des initiatives locales. Nous avons ce fonctionnement depuis trente ans, avec des dizaines d’entreprises créées par des femmes qui ont pu voir le jour. Comme les Cigales, nous organisons la solidarité financière entre les habitants qui ont des économies à un moment de leur vie et les entrepreneurs qui ont besoin de ressources pour se lancer. » Tous deux créent des cercles vertueux, le remboursement des premiers prêts ou des premiers investissements bénéficiant aux entreprises suivantes.

Comme dans le commerce équitable, qui met en avant les circuits courts et limite les intermédiaires, l’épargne citoyenne s’est dotée de fonds de solidarité, dans lesquels les épargnants conservent une voix prépondérante. C’est le cas de Villages vivants, qui relance l’activité dans les petites villes, ou encore de Solifap, qui construit des logements d’insertion. « Aujourd’hui, nous avons des institutions, comme la Caisse des Dépôts, dans notre capital, mais dans notre collecte actuelle, nous souhaitons augmenter la part des citoyens »explique Sylvain Dumas, l’un des créateurs de Living Villages.

« La présence des particuliers dans l’immobilier est importante, ajoute Antoine Anquetil, responsable du développement chez Solifap. Ils conservent la dimension militante que parfois les techniciens perdent un peu. » Dans les circuits courts, il existe bien d’autres modalités où des collectifs se rassemblent pour défendre, avec des cagnottes, la création d’une ferme, d’un commerce local ou d’une salle de spectacle. C’est ce qu’on appelle le aimer l’argent, celui qui est à proximité et qui fait naître de beaux projets. Pour ceux qui souhaitent se lancer, les investissements solidaires offrent de multiples possibilités. Présentation de ce dossier.

[ad_2]
Fr1

Back to top button