Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles canadiennes

Dominique Ollivier démissionne du comité exécutif de Montréal

[ad_1]

Sous pression depuis plusieurs jours en raison de révélations sur les dépenses importantes de l’Office de consultation publique de Montréal (OCPM) alors qu’elle en était présidente, Dominique Ollivier a annoncé lundi qu’elle démissionnait de la présidence du comité exécutif.

Les tâches qui me sont confiées nécessitent un climat serein, et la situation actuelle m’empêche de réaliser pleinement et en toute confiance le mandat confié par (la mairesse) Valérie Plante.a déclaré Mme Ollivier lors d’un très bref discours, à l’issue duquel elle n’a pas répondu aux questions des journalistes.

Mme Ollivier a également indiqué avoir reçu de nombreux messages au cours des derniers jours : Des messages de soutien, certes, mais aussi des messages violents, misogynes, racistes, qui allaient du « rentre chez toi » au « J’espère que tu passeras le reste de ta vie en prison ».

Elle conserve son poste d’élu.

L’ancienne numéro deux de l’administration municipale a également annoncé qu’elle avait demandé à être entendue vendredi par la Commission des finances et de l’administration de la Ville. afin de pouvoir témoigner des différents choix opérés lorsque j’étais à la tête duOCPM.

Luc Rabouin remplace Dominique Ollivier

En conférence de presse, une heure après l’annonce de la démission de son ancienne numéro deux, la mairesse Valérie Plante a annoncé que Luc Rabouin, déjà maire du district du Plateau-Mont-Royal, la remplacera à bref délai.

Il sera épaulé par Benoit Dorais, le vice-président du comité exécutif, qui s’occupera par intérim des finances de la Ville.

Les deux hommes seront responsables de la présentation du budget de Montréal mercredi, en compagnie de Mme Plante, a précisé cette dernière.

Dominique Ollivier est une femme compétente de grande valeur qui a beaucoup donné pour Montréal et qui m’a grandement soutenu dans mon rôle de maire.» a déclaré le premier magistrat de la métropole.

Je lui ai réitéré ma confiance la semaine dernière (…), mais le climat n’était plus favorable à l’exercice de ses fonctionselle a ajouté.

Valérie Plante ne ferme toutefois pas la porte à un éventuel retour de Mme Ollivier au conseil exécutif. Pas question pour autant de lui confier à nouveau le poste de présidente.

Outre les nouvelles fonctions confiées à MM. Rabouin et Dorais, le maire s’occupera temporairement des questions liées à la promotion de la langue française, à la lutte contre le racisme et la discrimination systémique et aux relations intergouvernementales.

Le maire a également lancé un avertissement aux dirigeants duOCPMaffirmant que des questions insupportables restent sans réponse depuis plus d’une semaine, liées aux dépenses excessives révélées par les enquêtes publiées par Le Journal de Montréal.

Nous n’hésiterons pas à apporter les modifications nécessaires pour assainir. Mme Ollivier a fait face à la musique. (…) J’attends la même chose des dirigeants de l’OCPM.

Mme Plante a également été claire : l’actuel président duOCPMIsabelle Beaulieu, n’a plus la confiance du conseil municipal.

Mais même si le Bureau est embourbé dans la controverse, cela ne signifie pas que ses activités doivent cesser. Aux yeux du maire, leOCPM fait un travail important, et Ne jetez pas le bébé avec l’eau du bain.

De son côté, le chef de l’opposition officielle à l’Hôtel de Ville, Aref Salem, a déclaré que la démission de Mme Ollivier était la chose à faire.

M. Salem réclame également le départ de l’actuel président et secrétaire général duOCPM, Isabelle Beaulieu et Guy Grenier.

Une série de dépenses controversées

Ensemble Montréal réclame la démission de Mme Ollivier depuis le début du mois, après la publication de plusieurs enquêtes, dans Le Journal de Montréalqui font état de dépenses excessives, aux frais des contribuables, en repas gastronomiques.

L’augmentation des déplacements un peu partout sur la planète, pour les responsables deOCPMa également provoqué une vive réaction.

Cas particulier, un dîner d’huîtres organisé à Paris en 2016, au coût de 347 dollars, a particulièrement retenu l’attention. Bien que les dépenses de l’organisme soient vérifiées, Ollivier a récemment reconnu qu’elle n’agirait pas de la même manière dans le contexte actuel.

Je suis prêt à admettre que ce n’était pas ma meilleure idée. Est-ce que je ferais le même choix aujourd’hui ? Certainement pas. Je suis tout à fait prêt à payer ce dîner de ma pocheelle a soutenu dans une interview avec chaîne infos avec Patrice Royil y a exactement une semaine.

La mairesse Plante a réitéré sa confiance à Mme Ollivier la semaine dernière, tout en reconnaissant que, si les dépenses en cause avaient été réclamées dans un cadre légal, cela ne voulait pas dire qu’elles étaient acceptables.

Lors de sa conférence de presse, Mme Plante a indiqué s’appuyer sur une révision des pratiques et un encadrement duOCPM par le vérificateur général de Montréal.

[ad_2]

Gn Ca local

Back to top button