Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles canadiennes

Deux ans de prison pour un dirigeant d’un réseau de trafic lié aux motards

[ad_1]

Lussier dirigeait la cellule couvrant le Saguenay-Lac-Saint-Jean pour les Chasseurs de têtes, un groupe de motards hors-la-loi opérant dans la région de Drummondville avec des succursales à Montréal. Le 11 juin 2021, les policiers l’ont observé alors qu’il était en possession de 60 grammes de cocaïne à Drummondville et l’ont placé en état d’arrestation. La transaction a été organisée par Sylvain Fleurent qui agissait à titre de distributeur pour ce secteur situé au coeur du Québec.

Le même jour, les policiers sont allés perquisitionner la résidence de Lussier sur le chemin Coulombe à Shipshaw, où ils ont trouvé 5 440 $, deux téléphones cellulaires, des vêtements à l’effigie des Chasseurs de têtes dans la résidence ainsi que le camion Ford F. -150 de l’accusé, un carnet de comptes, une balance contaminée à la poudre blanche, et près de 70 grammes de cocaïne dans la chambre et le F-150.

La dernière opération qui aboutit à des arrestations partout au Québec a lieu le 15 décembre de la même année.

À l’origine, les accusations avaient été portées dans le district judiciaire de Drummondville. Le dossier a ensuite été transféré à Chicoutimi pour être réglé. Vendredi, l’accusé de 46 ans, qui était en liberté conditionnelle, a plaidé coupable des accusations portées contre lui à la suite d’un accord entre les avocats de la défense et de l’accusation pour suggérer au juge une peine de deux ans d’emprisonnement au moins par jour. À sa sortie de détention, il sera soumis à une peine de probation de deux ans durant laquelle il ne pourra pas communiquer avec la longue liste de ses complices.

Il a également plaidé coupable d’avoir manqué à ses engagements en détenant des armes en sa possession alors qu’il lui était interdit de le faire. Il avait été arrêté pour une infraction au code de la route et lors d’une fouille de son véhicule, la police a trouvé des arcs, des couteaux, une machette et un pistolet à plomb. Il a expliqué à la police qu’il partait à la chasse. À ce propos, son avocat, Julien Boulianne, a affirmé que son client se croyait dans son droit, car il s’était renseigné et avait été informé qu’il avait le droit d’avoir un arc pour aller à la chasse. Mais pas les couteaux ni la machette.

«Mon client avait entrepris des démarches, mais il a manqué de vigilance», a admis M. Boulianne. Toutefois, cela n’a eu aucune incidence sur sa période de détention, puisqu’il a été condamné à une peine concurrente.

Carl Lussier est l’un des derniers membres du réseau à régler son cas.

[ad_2]

Gn Ca local

Back to top button