Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles canadiennes

Deuil controversé après l’accident de bus qui a tué 21 personnes à Venise

[ad_1]

Les drapeaux sont en berne mercredi à Venise au lendemain de la chute d’un bus touristique du haut d’un pont, qui a fait 21 morts, dont deux enfants, une tragédie relançant la polémique sur l’état souvent déplorable des infrastructures en Italie.

• Lire aussi : Un bus tombe du pont à Venise, tuant au moins 21 personnes

Les circonstances précises de l’accident ne sont pas encore connues, mais si l’hypothèse privilégiée est que le conducteur était malade, le mauvais entretien du réseau routier de la péninsule fait également une nouvelle fois débat.

Le pays reste traumatisé par l’effondrement du pont routier de Gênes en 2018, qui avait fait 43 morts.

A Venise, le bus qui dessert habituellement les lignes urbaines régulières, avait été loué par une entreprise privée pour transporter une quarantaine de touristes italiens et étrangers. Ils venaient de visiter le centre historique de la Sérénissime sur la lagune et rentraient vers leur camping sur la terre ferme, peu après 19h30 (17h30 GMT).

Pour une raison encore indéterminée, le véhicule, qui circulait sur un pont, s’est écrasé contre le rail de sécurité et a été projeté dans le vide, s’écrasant en contrebas près d’une voie ferrée entre Mestre et Marghera, deux communes faisant partie de la municipalité de Venise. Le maire de Venise, Luigi Brugnaro, a décrit « une scène apocalyptique ».

Chute de dix mètres

« Le bus s’est retourné. L’impact a été terrible », a expliqué le chef des pompiers vénitiens, Mauro Luongo.

Boubacar Touré, un ouvrier gambien de 27 ans travaillant sur un chantier de construction à côté du lieu de l’accident, a déclaré aux journalistes qu’il avait aidé les pompiers à sauver les passagers.

« J’ai extrait trois ou quatre personnes, dont une petite fille, et aussi un chien. Le conducteur était déjà mort », a-t-il témoigné.

Le bus, un modèle E12 Yutong de marque chinoise entièrement électrique, a été retiré à l’aube, permettant la réouverture de la route à la circulation.

Le chef des pompiers explique que « parmi les difficultés rencontrées, il y avait le fait que le bus était électrique et donc équipé de batteries. Malheureusement, ils ont pris feu lors de l’impact.

Un responsable local des pompiers interrogé mercredi par l’AFP sous couvert d’anonymat a toutefois assuré que rien ne permettait d’affirmer que la présence de batteries électriques en feu avait ralenti les efforts de secours.

Les enquêteurs cherchent toujours à identifier les victimes qui ne portaient pas de papiers d’identité, notamment en recoupant les registres du camping où elles séjournaient.

Le bilan n’a pas évolué dans la nuit : 21 personnes sont mortes, dont un enfant d’un an et un adolescent, et 15 ont été blessées, dont cinq dans un état grave, a confirmé à la mi-journée le préfet. de Venise Michele di Bari lors d’une conférence de presse.

Parmi les morts identifiés « se trouvent 5 Ukrainiens, un Italien qui est le chauffeur, un Allemand », a-t-il précisé, ne confirmant pas la mort d’un Croate et d’un Français annoncée précédemment par le gouverneur de la région Vénétie. Luca Zaïa.

« Parmi les blessés, au nombre de 15, figurent quatre Ukrainiens, un Allemand, un Français, un Croate, deux Espagnols et deux Autrichiens », a-t-il ajouté, précisant que « quatre restent à identifier ». .

Kiev, pour sa part, a fait état de quatre Ukrainiens tués et quatre blessés.

Selon l’agence de presse autrichienne APA, un garçon de 13 ans et sa sœur de trois ans ont également été blessés.

« Les blessés sont tous jeunes (…) et tous étrangers. Leurs proches arrivent progressivement à l’hôpital de leur pays d’origine », a témoigné une médecin urgentiste, Federica Stella, qui a participé aux secours.

Vague de condoléances

La principale hypothèse pour le moment est que le chauffeur du bus, un Italien de 40 ans, serait tombé malade, selon les autorités locales.

Une vidéo prise par une caméra du réseau de surveillance publique semble exclure un excès de vitesse, le bus roulant normalement avant de tomber.

Pour Domenico Musicco, président de l’Association des victimes d’accidents du travail de la route, l’état de la chaussée est clairement en cause. « C’est une tragédie annoncée », a-t-il déclaré à l’AFP. « Ce rail est fait pour une route de campagne alors qu’ici il nous fallait du matériel de nouvelle génération qui aurait pu empêcher la chute du bus. »

« L’entretien des routes italiennes est médiocre. Nous investissons trop peu dans la sécurité routière. Le nombre d’accidents dus à cela est estimé à 30% », a-t-il rappelé.

« Le rail ressemble à une simple balustrade », a ajouté le directeur de la société exploitant le bus endommagé, Massimo Fiorese, cité par l’agence Ansa.

La Première ministre Giorgia Meloni a exprimé « ses profondes condoléances », tandis que le Sénat italien a observé mercredi une minute de silence à l’ouverture de ses travaux.

L’accident de ce type le plus grave jamais enregistré en Italie s’est produit le 28 juillet 2013, lorsqu’un autocar transportant une cinquantaine de passagers italiens est tombé d’un viaduc près de Naples, tuant 40 personnes.



[ad_2]

Fr- local

Back to top button