Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Politique

Des responsables ont averti que l’accord canado-américain sur les réfugiés pourrait exacerber le passage clandestin et les passages dangereux (mémo)

[ad_1]

Une note récemment publiée montre que des responsables fédéraux ont prévenu au printemps dernier que l’extension d’un accord bilatéral sur les réfugiés à l’ensemble de la frontière canado-américaine alimenterait probablement les réseaux de passeurs et encouragerait les gens à rechercher des itinéraires de passage plus dangereux et plus éloignés.

Les responsables craignaient que ce développement ne pèse également sur les ressources de la GRC, alors que les migrants irréguliers se disperseraient plus largement à travers la vaste frontière.

La note d’avril, rendue publique par Sécurité publique Canada en vertu de la Loi sur l’accès à l’information, a été préparée avant une réunion du Forum sur la criminalité transfrontalière avec des représentants américains.

En vertu de l’Accord sur les tiers pays sûrs, mis en œuvre en 2004, le Canada et les États-Unis se reconnaissent mutuellement comme des refuges où chercher protection.

L’accord permet depuis longtemps à l’un ou l’autre pays de refouler un réfugié potentiel qui se présente à un point d’entrée terrestre le long de la frontière canado-américaine – à moins qu’il ne soit éligible à une exemption – au motif qu’il doit poursuivre sa demande dans le pays où il est arrivé pour la première fois. .

Cependant, jusqu’à cette année, cela ne s’appliquait pas à ceux qui passaient entre les points d’entrée officiels.

Le 24 mars, lors de la visite du président américain Joe Biden à Ottawa, les deux pays ont annoncé que l’Accord sur les tiers pays sûrs couvrirait l’ensemble de la frontière terrestre à compter du lendemain.

Cette décision fait suite à des inquiétudes et à un débat sur l’augmentation de la migration irrégulière vers le Canada et les États-Unis.

ÉCOUTER | Les conséquences de la fermeture de Roxham Road :

Brûleur avant25h02Le Canada a comblé une faille à la frontière. Où iront les migrants ?

La note interne indique que le Forum sur la criminalité transfrontalière est l’occasion de réaffirmer l’engagement du Canada à assurer une migration juste et ordonnée entre les deux pays, en partie grâce à son soutien à l’élargissement de l’accord sur les réfugiés.

La note note qu’il y a eu une baisse du nombre d’interceptions irrégulières à la frontière par la GRC entre le 25 mars et le 25 avril.

« Malgré des résultats préliminaires positifs liés aux volumes de migration irrégulière, les modifications apportées à (l’Accord sur les tiers pays sûrs) devraient modifier l’environnement des menaces criminelles et exacerber les menaces existantes à la frontière canado-américaine », note-t-il.

Il a déclaré que les individus pourraient être motivés à traverser la frontière par des itinéraires plus dangereux et plus éloignés afin d’éviter les forces de l’ordre et de contourner le protocole élargi.

Il est « très probable que les réseaux de trafic d’êtres humains étendent leurs opérations et jouent un rôle vital dans ces entrées clandestines » en fournissant des services tels que des refuges, des documents frauduleux et le transport vers et depuis la frontière, indique le mémo.

« Le trafic d’êtres humains crée des risques importants pour les migrants irréguliers et les expose à des conditions dangereuses. Les traversées irrégulières dans des endroits éloignés, ruraux ou isolés peuvent entraîner des blessures physiques, voire la mort.

Mémo troublant, mais pas surprenant : groupe de défense des réfugiés

De plus, indique la note, la GRC est consciente que les migrants irréguliers peuvent devenir victimes d’abus physiques ou sexuels ou de traite de personnes lors de leur passage au Canada.

La migration irrégulière à travers des régions isolées met en danger la santé et la sécurité des membres de la GRC, ajoute la note. « Ces activités créent également des défis pour les ressources de la GRC, car les migrants irréguliers deviennent moins concentrés et plus dispersés à la frontière canado-américaine. »

Le mémo avertit également que les groupes criminels organisés pourraient utiliser des routes de migration irrégulières le long de la frontière pour faire passer en contrebande des produits illicites, notamment de la drogue, des armes et du tabac.

Deux hommes en costume se serrent la main après avoir signé des documents.
Le ministre de la Sécurité publique, Marco Mendicino, et le secrétaire américain à la Sécurité intérieure, Alejandro Mayorkas, se serrent la main après avoir signé un accord à la suite de la conclusion du Forum canado-américain sur la criminalité transfrontalière 2023, le 28 avril à Ottawa. (Adrian Wyld/La Presse Canadienne)

Les avertissements internes font écho aux préoccupations exprimées par le Conseil canadien pour les réfugiés concernant l’élargissement de l’Entente sur les tiers pays sûrs. En ce sens, le contenu de la note n’est pas surprenant, a déclaré Gauri Sreenivasan, co-directeur exécutif du conseil.

« Ce qui est très préoccupant, c’est que cela montre à quel point le gouvernement était clairement conscient des dangers associés à la fermeture de la frontière », a-t-elle déclaré lors d’un entretien.

Le Conseil s’est toujours opposé au pacte sur les réfugiés, affirmant que les États-Unis ne sont pas toujours un pays sûr pour les personnes fuyant les persécutions.

La meilleure politique publique est de permettre à un demandeur de se présenter en toute sécurité à un poste frontalier et d’entendre sa cause équitablement, a déclaré Sreenivasan. « Il n’y a rien d’illégal à demander une protection. En fait, c’est un droit protégé par le droit international des droits de l’homme. »

Fin mars, juste après l’élargissement de l’accord sur les réfugiés, huit personnes se sont noyées dans le fleuve Saint-Laurent lorsqu’une tentative apparente de les faire passer clandestinement aux États-Unis a échoué.

Un communiqué publié à la suite de la réunion du Forum sur la criminalité transfrontalière fin avril indique que les membres des cabinets des deux pays ont demandé aux responsables d’examiner les récents incidents le long de la frontière afin d’identifier les opportunités d’améliorer les renseignements, la détection et l’interdiction afin de perturber la contrebande transfrontalière, d’enquêter sur les événements et tenir les gens pour responsables.

Les traversées régulières sont plus sûres et plus rapides (agence)

La porte-parole de la GRC, Marie-Ève ​​Breton, affirme que les efforts de coopération « ont démontré que nous pouvons répondre à l’évolution des menaces rencontrées à la frontière ».

Lorsque des personnes traversant un point d’entrée sont interceptées par la GRC ou la police locale, elles sont amenées à un point d’entrée désigné à condition qu’aucun problème de sécurité nationale ou de criminalité ne soit identifié, a déclaré Breton. Une fois au point d’entrée, l’Agence des services frontaliers du Canada déterminera si la demande est admissible ou non en vertu de l’Entente sur les tiers pays sûrs.

L’agence des services frontaliers affirme travailler en étroite collaboration avec ses partenaires canadiens et américains pour garantir le traitement légal, sûr et humain des demandeurs d’asile tout en maintenant la sécurité à la frontière.

« Il est illégal d’entrer entre les points d’entrée et ce n’est pas sécuritaire », a déclaré la porte-parole de l’agence frontalière, Maria Ladouceur. « Nous encourageons les demandeurs d’asile à traverser la frontière aux points d’entrée désignés. »

Breton a également exhorté les frontaliers à suivre les règles. « Ce processus est plus sûr, plus rapide et conforme à la loi. »

[ad_2]

En polices

Back to top button