Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Sport

Des milliers de manifestants pro-palestiniens défilent à Londres alors que la guerre entre Israël et le Hamas bouleverse le monde

[ad_1]

LONDRES (AP) — Des milliers de manifestants pro-palestiniens ont défilé samedi à Londres et dans d’autres villes pour exiger qu’Israël cesse ses bombardements sur Gaza, alors que la guerre entre Israël et le Hamas entre dans sa troisième semaine et que ses répercussions se propagent à travers le monde.

Le jour où l’aide est arrivée au compte-goutte à Gaza, où plus d’un million de personnes ont dû quitter leurs foyers à cause du conflit, les manifestants se sont rassemblés sous la pluie à Marble Arch, près de Hyde Park à Londres, avant de marcher vers le quartier gouvernemental de Whitehall.

Agitant des drapeaux palestiniens, les participants ont appelé à la fin du blocus israélien et des frappes aériennes lancées à la suite d’une incursion brutale dans le sud d’Israël par le groupe militant du Hamas qui contrôle Gaza.

Les autorités britanniques ont exhorté les manifestants à être conscients de la douleur et de l’anxiété ressenties par la communauté juive. La police métropolitaine de Londres affirme avoir constaté une multiplication par 13 des signalements d’infractions antisémites en octobre par rapport à l’année dernière. Les rapports faisant état de crimes antimusulmans ont plus que doublé.

La police a déclaré qu’il y avait eu «des poches de désordre et quelques cas de discours de haine» lors des manifestations, mais que «la majorité des activités de protestation ont été légales et se sont déroulées sans incident».

En Australie, des milliers de personnes ont défilé samedi dans le centre de Sydney, aux cris de « Honte, honte à Israël » et « La Palestine ne mourra jamais ».

Les autorités de Gaza affirment que plus de 4 300 personnes ont été tuées sur le territoire depuis le début de la dernière guerre. Plus de 1 400 personnes ont été tuées en Israël, pour la plupart des civils tués lors de l’incursion meurtrière du Hamas le 7 octobre.

Israël a continué de bombarder des cibles à Gaza samedi en prévision d’une offensive terrestre attendue. Un léger soulagement est survenu lorsque 20 camions transportant de l’aide humanitaire ont été autorisés à entrer à Gaza par le poste frontière sud de Rafah avec l’Égypte.

La guerre a déclenché vendredi des manifestations dans le monde arabe et au-delà, notamment en Cisjordanie occupée, où des Palestiniens ont brûlé des pneus et jeté des pierres sur des points de contrôle militaires israéliens. Les forces de sécurité israéliennes ont répondu en tirant des gaz lacrymogènes et à balles réelles.

Des foules se sont rassemblées au Liban, voisin du nord d’Israël ; en Irak, au poste frontière du pays avec la Jordanie ; en Jordanie même ; dans les villes et villages d’Égypte ; à Ankara, la capitale turque, et à Istanbul, sa ville la plus peuplée ; et en Indonésie, en Malaisie, au Maroc et en Afrique du Sud.

À New York, des centaines de manifestants appartenant à des groupes musulmans, juifs et autres ont marché vers le bureau de Manhattan de la sénatrice américaine Kristen Gillibrand, beaucoup criant « cessez le feu maintenant ». La police a ensuite arrêté des dizaines de manifestants qui bloquaient la Troisième Avenue devant le bureau de Gillibrand en s’asseyant sur la route.

La rabbine Miriam Grossman, basée à Brooklyn, a déclaré à la foule qu’elle connaissait de nombreuses personnes pleurant la perte de membres de leur famille tués dans l’attaque du Hamas ou dont les amis et la famille étaient pris en otage. Pourtant, Grossman a déclaré qu’elle connaissait également de nombreux Palestiniens « vivant dans la terreur » alors qu’ils perdent le contact avec leurs proches à Gaza.

À Mexico, des dizaines de personnes se sont rassemblées vendredi soir devant l’ambassade israélienne, allumant des bougies et scandant « Palestine libre ».

Des manifestations et veillées pro-israéliennes ont également eu lieu dans le monde entier, dont beaucoup étaient axées sur le retour des otages capturés par le Hamas.

La communauté juive de Rome s’est souvenue vendredi des plus de 200 personnes soupçonnées d’être détenues par le Hamas en leur dressant une longue table de Shabbat devant la principale synagogue de la capitale et des chaises vides pour chacun des otages.

Sur le dossier de chaque chaise se trouvait un dépliant indiquant le nom, l’âge et la photo de chaque personne disparue. Sur la table se trouvaient des bougies, du vin et des miches de challah, le pain tressé généralement consommé lors du repas du vendredi soir.

[ad_2]

En Sports

Back to top button