Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Santé

Démystifier la science | Le climat menace-t-il les grands barrages ?

[ad_1]

Chaque semaine, notre journaliste répond aux questions scientifiques des lecteurs




Compte tenu de l’augmentation des précipitations avec les changements climatiques, un grand barrage québécois pourrait-il rompre ?

Serge Loiselle

«C’est hautement improbable», a déclaré Jean-Luc Martel, professeur à l’École de technologie supérieure qui faisait partie du comité consultatif d’un rapport sur le sujet publié par Ouranos à l’été 2022. Loi sur la sécurité des barrages a été resserrée après la crue du Saguenay en 1996. Ces nouvelles normes affectent la conception des barrages et des barrages existants. »

Démystifier la science | Le climat menace-t-il les grands barrages ?

PHOTO DU SITE WEB DE L’ETS

Jean-Luc Martel

En gros, les barrages doivent pouvoir résister à des crues d’eau qui se produisent une fois tous les 10 000 ans sans dommages majeurs. Une catastrophe ne devrait être possible qu’avec une inondation survenant « tous les 100 000 ans ou 1 million d’années », explique M. Martel. Si nécessaire, la capacité d’évacuation des eaux excédentaires d’un barrage pourrait être augmentée afin de répondre à des normes plus strictes.

Les inondations qui ont récemment captivé l’imagination, comme celles de 2017 et de 2019, représentaient en théorie des événements qui ne surviennent qu’une fois tous les 100 ans, selon M. Martel.

En 2022, le resserrement de Loi sur la sécurité des barrages demandes motivées de la Fédération des municipalités du Québec pour un financement public pour la réfection de milliers de barrages municipaux dans la province. Le programme d’aide financière du gouvernement du Québec pour la réfection des barrages municipaux a permis la réfection de 55 barrages dans 43 municipalités, pour un total de 6,7 millions.

Le changement climatique n’augmentera-t-il pas significativement les précipitations ? «Au Québec, les inondations sont principalement liées à la fonte des neiges au printemps», fait valoir M. Martel. Avec le changement climatique, nous devrions avoir des hivers plus doux et plus courts, et donc moins de neige. S’il pleut beaucoup, en été comme en hiver, cela ne change pas grand-chose. »

Et s’il neige davantage dans les régions du nord ? «Cela pourrait accroître les inondations», a déclaré M. Martel. Peut-être que l’inondation qui ne se produit actuellement que tous les 10 000 ans se produira tous les 9 000 ans. Cela reste très improbable et très exceptionnel. »

Les inondations de juillet 1996 au Saguenay ont atteint un niveau qui ne se produit, en théorie, qu’une fois tous les 10 000 ans. Mais il y a beaucoup d’incertitude sur ce chiffre. « Essayer d’estimer un événement qui se produit en moyenne tous les 10 000 ans, à partir d’une cinquantaine d’années d’observation, n’est pas une tâche facile. Il est peu probable que nous ayons observé un événement aussi rare en si peu de temps. Par conséquent, une telle estimation devrait normalement être accompagnée d’un intervalle de confiance. »

Démystifier la science | Le climat menace-t-il les grands barrages ?

PHOTO RICARDO GARCIA VILANOVA, ARCHIVES PRESSE ASSOCIÉE

Les inondations ont provoqué la mort et la dévastation à Derna, en Libye.

Les barrages de Derna en Libye, qui se sont effondrés en septembre après le passage d’un médecine, un ouragan méditerranéen, ont été mal entretenus, rapportait un rapport de Crisis Group en octobre. Cette tragédie a fait 20 000 morts.

Apprendre encore plus

  • 275mm
    Quantité de pluie tombée au Saguenay du 19 au 21 juillet 1996

    Source : BAPE



[ad_2]

Gn Ca health

Back to top button