Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles canadiennes

Début des travaux préliminaires sur la voie de contournement ferroviaire de Lac-Mégantic, une décennie après la catastrophe

[ad_1]

Plus de 10 ans après le déraillement du train à Lac-Mégantic, le ministre fédéral des Transports, Pablo Rodriguez, a annoncé le début des travaux préliminaires sur le contournement ferroviaire.

Le premier ministre Justin Trudeau avait promis pour la première fois en 2018 d’éloigner le chemin de fer du centre-ville. Mais pendant des années, les trains ont continué à traverser ce qui était autrefois le centre-ville, dont une grande partie a été incinérée le 6 juillet 2013 lorsqu’un train transportant du pétrole brut s’est écrasé et a tué 47 personnes.

Le contournement permettra de retirer le chemin de fer de la ville et Rodriguez a annoncé que même si Ottawa paiera les travaux, la municipalité de Lac-Mégantic les réalisera.

Il a déclaré que le gouvernement fédéral avait conclu un accord avec le Canadien Pacifique Kansas City pour les travaux et que l’accord permettrait de lancer un appel d’offres pour embaucher les entrepreneurs pour le contournement.

La nouvelle de vendredi marque la première mise à jour du ministre sur le projet depuis qu’il a succédé à Omar Alghabra en juillet. Rodriguez dit qu’il est important d’aller de l’avant.

« Nous sommes dans une ville où chaque jour, le même train, et même plus longtemps, passe avec des produits dangereux, donc les gens – les mêmes qui ont survécu et vécu cette tragédie – voient et entendent le même train tous les jours », dit Rodríguez.

« Cela doit cesser. »

Un panneau indique en français non au système de contournement ferroviaire
Les habitants de Frontenac, au Québec, ont voté massivement contre le tracé proposé. De nombreux résidents s’inquiètent de l’impact du contournement sur l’approvisionnement en eau. (Rachel Watts/CBC)

« Le projet se poursuivra », déclare le maire

Lors de sa visite à Lac-Mégantic, Rodriguez a déclaré avoir rencontré le maire et plusieurs membres de la communauté ainsi que les maires des villes voisines de Nantes et de Frontenac.

Julie Morin, mairesse de Lac-Mégantic, dit avoir accueilli favorablement la visite du ministre. Même si elle souhaite s’assurer que le contournement ait le moins d’impacts négatifs possible, elle affirme qu’il est nécessaire de créer une communauté plus sûre.

«Nous avons tous perdu des êtres chers… Cela a marqué chacune de nos vies», a déclaré Morin.

« Le mandat (de Rodriguez) est clair : le projet ira de l’avant. »

Deux femmes s'embrassent
L’ancienne mairesse Colette Roy-Laroche, à droite, et l’actuelle mairesse, Julie Morin, à gauche, se sont embrassées pendant qu’elles s’arrêtaient pour écouter les 47 cloches des églises lors des événements marquant le 10e anniversaire de la catastrophe ferroviaire cet été. (Rachel Watts/CBC)

« Nous allons être traumatisés de la même manière »

Le projet de contournement a suscité de vives résistances de la part de nombreux résidents de Lac-Mégantic et des citoyens des municipalités voisines de Nantes et de Frontenac.

Raymond Lafontaine a perdu son fils, deux belles-filles et une employée de son entreprise de construction.

Il était présent à l’annonce de vendredi car il possède des terrains qui seront concernés par le contournement.

Il affirme que le projet de contournement est une promesse politique mais n’a plus de sens pour la communauté.

Un homme regarde la caméra.  Derrière lui se trouvent des photos de famille encadrées.
Raymond Lafontaine a perdu son fils, ses deux belles-filles et un employé dans le déraillement de train en 2013. Il s’entoure de photos de famille pour se souvenir d’eux. (Rachel Watts/CBC)

« Mon message est simple. Dans la vie, il y a toujours un équilibre de bonnes décisions à prendre qui nous représentent. Le projet de contournement ne passe pas au bon endroit », a déclaré Lafontaine.

« Il y a 80 pour cent de personnes contre ça parce que ça ne passe pas au bon endroit… on va être traumatisés de la même manière. »

En février, environ 92 pour cent des résidents qui ont voté étaient contre le projet proposé à Frontenac et ont officiellement confirmé ce que de nombreux habitants disent savoir déjà : la proposition n’est pas la bienvenue dans la ville.

[ad_2]

En LOcal

Back to top button