Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Entreprise

Début de la construction du plus grand projet résidentiel de l’histoire de Bromont

[ad_1]

Après une décennie de préparation, la construction du quartier Samara, le plus grand développement résidentiel jamais entrepris à Bromont, avec la promesse de centaines de millions de dollars d’investissements, devrait débuter d’ici une semaine.

«Si ce n’est pas en décembre, ce sera certainement en janvier», affirme Gérald Désourdy, l’un des fils de la grande famille Désourdy, à qui on attribue dans la région la fondation de la petite ville de Cantons-de-l’Est.

Avec trois de ses quatre enfants (Charlotte, Antoine et Benoît), l’homme d’affaires ancien président de Désourdy Constructions entreprend peut-être, à 77 ans, son dernier grand projet. « C’est sûr qu’il y en a moins à l’avant qu’à l’arrière. Et je ne connais aucun immortel », répond-il d’un ton amusé.


Charlotte Désourdy, présidente, Gérald Désourdy, instigateur et conseiller spécial, Antoine Désourdy, directeur général, et Benoît Désourdy, directeur service à la clientèle et technologie, tous de l'entreprise Quartier Samara.  MARIO BEAUREGARD/AGENCE QMI




Photo MARIO BEAUREGARD/AGENCE QMI

Charlotte Désourdy, présidente, Gérald Désourdy, instigateur et conseiller spécial, Antoine Désourdy, directeur général, et Benoît Désourdy, directeur service à la clientèle et technologie, tous de l’entreprise Quartier Samara. MARIO BEAUREGARD/AGENCE QMI

Rien à voir bien sûr avec les chantiers de l’Expo 67, du Stade olympique ou des ouvrages hydroélectriques de la Baie James, qui ont fait les belles heures de Désourdy Constructions. Mais tout de même, à ses yeux, parmi les plus marquants de tous.

« J’ai dit à mes enfants que je ne voulais pas que ce projet soit vain. Et le gaspiller, ce serait le vendre à Pierre, Jean ou Jacques, en leur disant de faire ce qu’ils veulent et comme ils veulent. Croyez-moi, ce n’est pas ce qui va arriver.

100 acres à développer

Sur un terrain d’une superficie de 100 acres, délimité par la rue Shefford (route 241) et le chemin Lotbinière, le futur quartier devrait à terme compter pas moins de 587 unités résidentielles (unifamiliales, jumelées, multi-habitations). ), accueillir environ 1 700 résidents et ainsi augmenter la population actuelle de Bromont de 20 %.

Ceci dit, Gérald Désourdy tente de se montrer rassurant. Malgré sa taille, ce nouveau quartier ne dénaturera en rien, jure-t-il, la nature profonde de cette municipalité, caractérisée par ses montagnes et la rivière Yamaska, qu’il a vécue toute sa vie.


Une illustration de ce à quoi ressemblera la première phase de construction de 92 logements, une fois complétée.  Les travaux débuteront dans les semaines à venir.

Photo de courtoisie, M1nuit moins un – District de Samara

Une illustration de ce à quoi ressemblera la première phase de construction de 92 logements, une fois complétée. Les travaux débuteront dans les semaines à venir.

Au contraire, à la place de ce terrain acquis au début des années 1970 à l’âge de 27 ans, M. Désourdy imagine l’érection d’une ville modèle, construite en communion avec son environnement, qui pourrait rassembler autant de jeunes familles que aînés, issus de milieux socio-économiques divers.

« Un quartier contenant uniquement des familles riches, ou des personnes âgées, sans enfants, ne nous intéressait pas. Nous voulions de la diversité. Nous avions le choix entre un espace dortoir, comme beaucoup en ont construit, et un espace séjour. Finalement, nous avons choisi la vie ! », résume-t-il.

La vie, la vie

La vie, telle qu’il l’imagine dans le quartier de Samara, comprendra un lycée, des rues conçues pour encourager la mobilité active, des commerces de proximité pour réduire l’utilisation de la voiture et de nombreux espaces de rencontre, où les gens pourront se rencontrer et nouer des relations.

Le promoteur prévoit également que 40 % de la superficie exploitée sera réservée à des zones de préservation de la nature, dotées de bassins d’eau et de kilomètres de sentiers forestiers construits au fil du temps par des générations de jeunes et de vieux venus s’y amuser.


Plans préliminaires du futur quartier, vus du ciel.

Photo de courtoisie, M1nuit moins un – District de Samara

Plans préliminaires du futur quartier, vus du ciel.

Pour la première phase de construction, comprenant 92 logements, la famille Désourdy a choisi de s’associer à deux entreprises voisines : Construction Eric Laflamme et Gesteco.

Le premier entreprendra la construction de maisons jumelées tandis que Gesteco assurera la construction des premiers complexes multi-logements. On ne parle actuellement que de logements en copropriété, mais nous n’excluons pas que des logements spécifiquement réservés au marché locatif puissent être inclus dans des phases ultérieures.

Si tout se passe comme prévu, Gérald Désourdy s’attend à ce que les travaux s’étendent sur une douzaine d’années. « Certains diront que c’est rapide. Mais apparemment rien, au final, ce projet nous aura occupé pendant 25 ans », réfléchit-il.

Protégé par un microclimat

Le contexte économique actuel, avec la hausse rapide des intérêts sur les prêts hypothécaires, n’est-il pas un mauvais moment pour lancer un tel projet de logement ? Même s’il comprend la question, Gérald Désourdy n’y croit pas.


GEN-Portrait de Gérald Désourdy et des enfants du quartier de Samara.




Photo MARIO BEAUREGARD/AGENCE QMI

« Nous ne construirons pas si le marché n’existe pas. C’est clair, répond-il. Mais à notre avis, le marché est là. Il ajoute pour étayer cette confiance que déjà près de 900 acheteurs potentiels se sont inscrits sur une liste d’intéressés.

« Ensuite, pour emprunter une formule à l’industrie vinicole, poursuit-il, nous croyons qu’avec tous ses attraits (emplois, aéroport, loisirs, nature, etc.) et sa situation géographique, Bromont bénéficie d’un véritable microclimat qui le place en une classe à part. Peut-être pas pour un vignoble, mais pour le logement, nous y croyons.

Voir également:

Avez-vous des informations à nous partager sur cette histoire ?

Écrivez-nous au ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

[ad_2]

Gn Ca bus

Back to top button