Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Entreprise

De meilleures données et une gestion de l’eau nécessaires au secteur agroalimentaire canadien : rapport

[ad_1]

Contenu de l’article

OTTAWA — L’Institut canadien des politiques agroalimentaires recommande aux gouvernements de tout le pays d’élaborer un plan national pour gérer et utiliser de manière durable l’eau pour le secteur agroalimentaire.

Dans un rapport publié lundi, l’institut a appelé à des engagements ambitieux de la part des gouvernements et à des partenariats avec les parties prenantes pour donner la priorité à cette ressource naturelle essentielle.

Publicité 2

Contenu de l’article

Contenu de l’article

« L’eau est un atout stratégique pour le Canada, et un atout de plus en plus critique et important », a déclaré Tyler McCann, directeur général de l’ICPA et co-auteur du rapport.

« Nous devons mieux comprendre sa valeur, comprendre qu’il s’agit d’un atout qui peut et doit être exploité, mais un atout qui doit également être conservé et géré. »

Le rapport qualifie l’eau de « défi du 21e siècle ».

« L’urgence de produire plus de nourriture, de manière plus durable, tout en adaptant le système alimentaire aux conditions météorologiques extrêmes et au changement climatique, devrait être ressentie par les gouvernements, les agriculteurs, les transformateurs de produits alimentaires et tous ceux qui sont impliqués dans le système alimentaire, du champ à l’assiette. » dit le rapport.

Une action immédiate est nécessaire pour jeter les bases d’une gestion efficace de l’eau, a déclaré l’institut dans un communiqué de presse, notamment pour développer l’uniformité dans la collecte de données concernant les eaux souterraines et les eaux de surface, ainsi que pour investir dans la recherche. Il recommande également de lancer un groupe d’experts l’année prochaine et de publier un plan d’action national d’ici juillet 2025.

Le Canada a « un modèle fragmenté et cloisonné de gestion de l’eau », selon le rapport, avec une collecte et un reporting des données « loin d’être standardisés ou complets ». Il recommande d’utiliser les bassins versants comme base de recherche et d’innovation.

Contenu de l’article

Publicité 3

Contenu de l’article

« Étant donné que l’eau est généralement gérée au niveau provincial, il existe des différences dans la manière dont les données sont collectées », a expliqué McCann. « Nous devons faire davantage pour nous assurer que la collecte de données que nous effectuons et les rapports en cours sont standardisés dans tout le pays. »

L’une des recommandations du rapport est la publication régulière d’un rapport sur l’état de l’eau agroalimentaire, a-t-il déclaré, fournissant « un compte rendu clair de la quantité d’eau utilisée par l’agriculture et l’alimentation à travers le pays, comment cette eau est protégée et gérée, quelles ce genre d’investissements sont réalisés.

L’eau est une ressource cruciale pour la production alimentaire au Canada, et les agriculteurs de ce pays sont aux prises avec la sécheresse depuis plusieurs étés consécutifs, l’irrigation étant souvent la seule mesure permettant de maintenir les cultures dans certaines régions.

En 2021, une année particulièrement mauvaise, la production de certaines cultures est tombée à son plus bas niveau depuis plus d’une décennie.

McCann a déclaré que les agriculteurs et le reste du Canada sont de plus en plus confrontés à des situations extrêmes : des sécheresses, mais aussi de fortes pluies et des inondations. C’est pourquoi une infrastructure flexible sera essentielle à la gestion de l’approvisionnement en eau, a-t-il déclaré.

Publicité 4

Contenu de l’article

Le coût des conditions météorologiques extrêmes et de la hausse de la chaleur se chiffre en milliards de dollars, indique le rapport, y compris pour les agriculteurs et l’ensemble du secteur agroalimentaire.

L’eau – sa qualité et sa disponibilité – a le pouvoir de redéfinir le commerce alimentaire international et la production agricole nationale, indique le rapport. « Sans eau, l’équation est très simple : il n’y a pas d’agriculture. Et sans agriculture, personne n’est nourri.»

La production alimentaire mondiale est confrontée à des défis majeurs liés au changement climatique, à la perte de biodiversité, à l’instabilité géopolitique et aux maladies, indique le rapport.

En tant que grand exportateur de produits alimentaires, le Canada abrite également un cinquième des réserves mondiales d’eau douce, note le rapport. Et à mesure que la population mondiale augmente, la pression pour produire davantage s’accroît, même si les défis liés au climat auxquels sont confrontés les agriculteurs s’accentuent.

Ce pays a l’obligation d’assumer un rôle de leadership dans la gestion de son eau, et son approche doit être une approche collaborative, impliquant tous les niveaux de gouvernement, affirme le rapport.

De multiples problèmes affectent la qualité et la disponibilité de l’eau dans le secteur agroalimentaire canadien, indique le rapport. Dans l’Ouest, l’accès à l’eau pour l’irrigation est la préoccupation dominante, avec la production agricole en jeu, en particulier dans le Triangle de Palliser, qui comprend une grande partie du sud-est de l’Alberta, une partie du sud de la Saskatchewan et le sud-ouest du Manitoba.

Publicité 5

Contenu de l’article

L’Alberta possède les deux tiers de toutes les terres irriguées au Canada, indique le rapport, même si la province génère environ un tiers des ventes totales de produits agricoles.

Le gouvernement fédéral a promis cette année de mettre à jour la législation qui régit l’utilisation de l’eau et a officiellement annoncé que la nouvelle Agence canadienne de l’eau aura son siège social à Winnipeg.

Plus de communication et de clarté sur le rôle de l’agence sont nécessaires, indique le rapport, notant que cela deviendra probablement plus clair lorsqu’une nouvelle législation sera introduite.

— Avec les fichiers d’Amanda Stephenson

Ce rapport de La Presse Canadienne a été publié pour la première fois le 23 octobre 2023.

Contenu de l’article

commentaires

Postmedia s’engage à maintenir un forum de discussion vivant mais civil et encourage tous les lecteurs à partager leurs points de vue sur nos articles. Les commentaires peuvent prendre jusqu’à une heure pour être modérés avant d’apparaître sur le site. Nous vous demandons de garder vos commentaires pertinents et respectueux. Nous avons activé les notifications par e-mail : vous recevrez désormais un e-mail si vous recevez une réponse à votre commentaire, s’il y a une mise à jour d’un fil de commentaires que vous suivez ou si un utilisateur que vous suivez commente. Consultez nos directives communautaires pour plus d’informations et de détails sur la façon d’ajuster vos paramètres de messagerie.

[ad_2]

financialpost

Back to top button