Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
monde

Darmanin répond par des chiffres

[ad_1]

La polémique couve en France sur l’explosion de l’antisémitisme au lendemain de la guerre sanglante qu’Israël mène contre Gaza depuis le 7 octobre.

De passage ce mardi sur RMC, l’imam de la Grande Mosquée de Paris a estimé qu’il faut signaler des cas concrets d’actes antisémites pour conclure à une explosion du phénomène.

Des propos qui ont provoqué une réaction du ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin qui a dénoncé des « insinuations choquantes ». La polémique est née après la sortie de Darmanin et celle de la Grande Mosquée de Paris, qui s’est démarquée des propos de son imam.

L’imam Abdelali Mamoun s’est demandé sur le plateau de RMC « où sont ces 1.200 actes antisémites qu’il y a en France », estimant qu’il faut donner des cas concrets, comme des synagogues attaquées, des cimetières profanés ou des individus agressés dans la rue en raison de leur identité juive. foi.

« On nous donne ces chiffres mais ils ne nous expliquent pas ce qu’il y a », a-t-il insisté.

Les propos de l’imam Mamoun ont d’abord suscité la réaction du député franco-israélien Meyer Habib, grand défenseur du gouvernement d’extrême droite de Benyamin Netanyahou, qui les a jugés « inquiétants et inquiétants ».

C’est ensuite au tour de la Grande Mosquée de Paris de prendre clairement ses distances avec les propos d’Abdelali Mamoun.

Dans un communiqué rendu public en milieu de journée, le recteur Chems-Eddine Hafiz a indiqué que la Grande Mosquée de Paris « contredit les propos tenus par M. Abdelali Mamoun ».

Hafiz a ajouté qu’il s’est entretenu avec l’imam qui a exprimé « son regret d’avoir été confus » alors qu’il « n’entendait pas remettre en cause les chiffres alarmants des actes antisémites en France ».

Tout en précisant que M. Mamoun n’est pas le porte-parole de la Grande Mosquée de Paris, Chems-Eddine Hafiz lève toute ambiguïté en indiquant que son institution « ne minimise pas » et « ne relativise pas tous les actes antisémites survenus en France ». ces dernières semaines. Le recteur de la Grande Mosquée de Paris a également exprimé sa « totale confiance » dans les chiffres du ministère de l’Intérieur relatifs à la question.

Antisémitisme en France : Darmanin détaille ses chiffres

Une position saluée par Gérard Darmanin. « Je remercie la Grande Mosquée de Paris pour les éclaircissements apportés et pour s’être opposée à la minimisation des actes antisémites touchant la France », a écrit le ministre sur X.

Gérald Darmanin s’est dit « totalement » désapprouver les « insinuations choquantes » faites ce matin « par un invité de RMC », sans citer l’imam Mamoun.

En réponse, Gérald Darmanin a publié des chiffres détaillés sur l’antisémitisme en France, sans donner de cas précis, comme le demandait l’imam de la Grande Mosquée de Paris.

Selon lui, il y a eu 564 actes antichrétiens et 131 actes antimusulmans en France depuis le début de l’année 1762.

Abordant les actes antisémites, Gérald Darmanin a précisé qu’il s’agissait de 50% de tags, affiches ou banderoles (mort aux juifs, croix gammées, etc.), 22% de menaces et insultes, 10% d’apologie du terrorisme, 8% d’atteintes aux biens. , 6% de comportements suspects, 2% de coups et blessures et 2% d’attaques de lieux communautaires.

Par répartition géographique, Paris est la zone la plus touchée avec 11 % des cas, suivie du Rhône et des Hauts-de-Seine (5 %) puis des Bouches-du-Rhône, des Alpes-Maritimes et de la Seine-Saint-Denis (4 %). Le ministre de l’Intérieur a également annoncé que 8 952 appels à la haine avaient été signalés en ligne.

« J’invite chacun à porter plainte s’il a connaissance ou est victime d’un acte antireligieux », a-t-il conclu.

L’interpellation de l’imam de la mosquée de Paris a également été dénoncée par le Consistoire central de France, qui s’est dit « indigné » par les propos « scandaleux » tenus sur RMC.

Le Consistoire accuse l’imam d’être devenu « le porte-parole de théories complotistes, laissant entendre que le recensement des actes antisémites ne correspondrait pas forcément à la réalité des faits ».

Aussi, il appelle le ministère de l’Intérieur à communiquer « le recensement complet et à jour des actes antisémites » en France afin de « rétablir la véracité des faits ».

SUR LE MEME SUJET :

Extrémisme en France : le cri d’alarme du recteur de la Grande Mosquée de Paris

[ad_2]

Gn Ca world

Back to top button