Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Divertissement

Dans les coulisses du spectacle Le Roy, la Rose et le Lou(p) | Vivre pour la musique

[ad_1]

Équipée de bons vieux appareils jetables, indissociables des années 1990 qui ont vu naître Thierry Larose, Ariane Roy et Lou-Adriane Cassidy, notre photographe Josie Desmarais a espionné les coulisses d’une soirée riche en délices. Le voici résumé, en images et en mots.


Dans les coulisses du spectacle Le Roy, la Rose et le Lou(p) | Vivre pour la musique

PHOTO JOSIE DESMARAIS, LA PRESSE

Petite réunion d’avant-spectacle

Nous chantons et vivons pour la musique, car elle reste notre principal moteur. C’est ce à quoi j’ai le plus confiance dans la vie. La musique a toujours été là pour moi, elle a toujours accompli ce qu’elle avait à accomplir, elle ne m’a jamais laissé tomber.

Thierry Larose

Dans les coulisses du spectacle Le Roy, la Rose et le Lou(p) | Vivre pour la musique

PHOTO JOSIE DESMARAIS, LA PRESSE

Quelques minutes avant de monter sur scène

Lors du premier spectacle de la tournée, puisque nous étions au cégep, nous mangions tous ensemble dans une salle de classe et je me disais qu’au secondaire, nous aurions été la bande parfaite. C’est tellement rassurant avant le show d’être entouré de gens que j’admire, de me sentir en terrain connu. Je n’ai jamais ressenti un tel sentiment d’appartenance.

Ariane Roy

Dans les coulisses du spectacle Le Roy, la Rose et le Lou(p) | Vivre pour la musique

PHOTO JOSIE DESMARAIS, LA PRESSE

Lou-Adriane Cassidy en transe

Je suis fier d’être un artiste québécois et on dirait que ce n’est pas à la mode ces jours-ci. Les chiffres qui ressortent de l’écoute de la musique francophone sont inquiétants et cela me fait me poser beaucoup de questions sur la façon dont nous percevons ce que nous faisons et ce que nous sommes, en tant que Québécois. Ce projet est une manière de revendiquer notre fierté culturelle.

Lou-Adriane Cassidy

Dans les coulisses du spectacle Le Roy, la Rose et le Lou(p) | Vivre pour la musique

PHOTO JOSIE DESMARAIS, LA PRESSE

PE Beaudoin et son bol tibétain

Nous avons récemment fait l’exercice en studio d’essayer de ne pas utiliser d’anglicismes et c’est difficile. À un moment donné, j’ai dû parler au batteur et prononcer les mots « grosse caisse » m’a mis mal à l’aise. Qu’est-ce que cela nous dit d’avoir honte de dire « grosse caisse » ? Pourquoi nous sentons-nous mal à l’idée d’utiliser notre propre langue ? Pourquoi préférons-nous prendre nos distances avec nos émotions en disant que tout est trop beau ?

Alexandre Martel

Dans les coulisses du spectacle Le Roy, la Rose et le Lou(p) | Vivre pour la musique

PHOTO JOSIE DESMARAIS, LA PRESSE

Une scène chargée

Il est également dit dans la chanson thème que tout reste à faire. C’est une phrase qui a une résonance à la fois collective et intime, car il y a tellement de choses qu’il nous reste encore à apprendre, à réaliser, à expérimenter, à comprendre, et c’est tant mieux. Cette semaine, nous avons tout vécu : l’anxiété, les larmes, les rires. Mais ce soir, ce qui réside en moi, c’est l’espoir.

Ariane Roy



[ad_2]

Gn Ca ent

Back to top button