Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles canadiennes

« Croissance phénoménale » : la hausse des claims miniers inquiète en Outaouais

[ad_1]

Au cours de la dernière année, le nombre de claims miniers enregistrés a bondi en Outaouais. Selon les données recueillies par la Coalition québécoise des lacs incompatibles avec l’activité minière (Coalition QLAIM), le MRC des Collines-de-l’Outaouais compte 441 claims miniers en date du mois d’août, ce qui représente une augmentation de 49 % en un an.

À propos de MRC de la Vallée-de-la-Gatineau où 3 114 claims miniers ont été enregistrés en août de cette année, la hausse annuelle est de 39 %.

Selon les données compilées par le ministère des Richesses naturelles et des Forêts du Québec, 5 766 claims miniers sont actuellement en vigueur dans toute la région de l’Outaouais.

En rouge sur cette carte, les claims miniers actifs en août 2023.

Photo : Jean Daoust / Coalition QLAIM / Source : Gouvernement du Québec 2023

Le porte-parole de la Coalition QLAIM et président du Regroupement de protection des lacs de la Petite-Nation, Louis St-Hilaire, décrit la situation actuelle d’invasion.

À ses yeux, la croissance des claims miniers est phénoménal.

Le constat c’est que ça continue, ça continue de faire grandir les revendicationsil s’inquiète. Nous parlons de très gros chiffres.

Louis St-Hilaire en entrevue virtuelle.

Le porte-parole de la Coalition QLAIM et président du Regroupement de protection des lacs de la Petite-Nation, Louis St-Hilaire. (Photo d’archives)

Photo : Radio-Canada

M. St-Hilaire tente de mettre le gouvernement en alerte et entend poursuivre le mouvement « incompatible (avec) l’activité minière ».

Oui, il y a une croissance des revendications, mais il y a aussi une croissance très significative de la mobilisation.

Depuis plus d’un an maintenant, plus d’une vingtaine de communes du MRC des Papineau affichent des slogans incompatible (avec) l’activité minièrerappelle ce dernier, qui ajoute qu’ailleurs au Québec, la population se mobilise tout autant.

Louis St-Hilaire souhaite que le gouvernement entreprenne une réforme ambitieuse. Il serait intéressant qu’il y ait un mécanisme qui permettrait au gouvernement de retirer des revendications lorsqu’il n’y a pas d’acceptabilité sociale, lorsqu’il y a des problèmes de protection des terres, de protection de la nature.

« Croissance phénoménale » : la hausse des claims miniers inquiète en Outaouais

Protection du territoire

La Coalition QLAIM s’inquiète du fait que la croissance annuelle significative des claims miniers met en danger d’autres utilisations des terres.

Alors que de nombreux territoires d’intérêt pour la conservation du sud-ouest du Québec sont grevés de claims miniers, l’objectif du gouvernement du Québec de protéger 30 % du territoire québécois d’ici 2030 est plus compromis que jamais.écrit la Coalition dans un communiqué rendu public vendredi.

La Coalition souligne que les projets d’aires protégées ne peuvent être réalisés sur des terrains pour lesquels les droits ont été accordés à des sociétés d’exploration minière.

Le regroupement qualifie donc la situation d’accaparement territorial.d’autant plus que selon ces militants, tout cela se déroule dans le plus grand secret dans toutes les régions du Québec sans consentement ni consultation préalable des Nations autochtones et de la population en général.

Des affiches sur lesquelles il est écrit « Duhamel incompatible avec l'activité minière » et « Lac-Simon incompatible avec l'activité minière ».

Plus d’une vingtaine de municipalités de la MRC de Papineau affichent des slogans « incompatibles avec l’activité minière ». (Photo d’archives)

Photo : Radio-Canada / Rebecca Kwan

Mettre fin à la priorité minière

La directrice générale de l’organisme Eau Secours, Rébecca Pétrin, participe également au mouvement.

Nous devons être davantage à l’écoute des souhaits des populations localesaffirme-t-elle dans un communiqué. Laisser libre cours aux principes dévastateurs du exploitation minière gratuite soulève l’immense risque de voir se multiplier les cas de contamination des réserves d’eau potable du Québec et la destruction des milieux qui en dépendent.

Un an après la révélation de boom minière, le phénomène continue de s’étendre sans que des solutions aient été adoptées pour y répondredénonce de son côté le co-porte-parole de la Coalition Québec Meilleur Mine et co-responsable de MiningWatch Canada, Me Rodrigue Turgeon.

Le public a parlé. Les exigences sont claires et les attentes sont élevées. La balle est dans le camp du gouvernement.

Selon le directeur principal de SNAP Québec, un organisme sans but lucratif voué à la protection de la nature, de la biodiversité et des espèces menacées, le gouvernement n’aura d’autre choix que d’activer des mécanismes de retrait des revendications pour progresser dans la création d’aires protégées et conservées, estime Alice de Swarte.

Résumé des consultations publiques

Le ministère des Richesses naturelles et des Forêts du Québec a lancé au printemps dernier une série de consultations publiques sur la question d’un nouvel encadrement minier.

Selon le bilan du ministère publié jeudi après-midi, près de 2.500 interventions ont été recueillies dans le cadre de cette consultation.

Des solutions ont été proposées au cours de cet exercice, notamment réduire les nuisances, calculer et diffuser les impacts négatifs et positifs des projets miniers Et décréter un moratoire sur la répartition des créances.

Le manque d’encadrement du processus d’octroi et de révocation des claims a été fréquemment évoqué par les participants, notamment en ce qui concerne la facilité d’acquisition du titre minier et l’absence de concertation avec la communauté.c’est écrit dans le rapport du ministère.

Une femme s'adressant à l'Assemblée nationale.

La ministre des Ressources naturelles et des Forêts, Maïté Blanchette Vézina (Photo d’archive)

Photo : Avec l’aimable autorisation du bureau de Maïté Blanchette Vézina

Le rapport met en lumière une volonté commune de renforcer la gouvernance des activités minières au Québec et note en conclusion que toutes les idées et solutions possibles recueillies lors du processus participatif seront prises en considération pour orienter les interventions gouvernementales au cours des prochaines années et favoriser ainsi le développement harmonieux de l’activité minière..

Par courriel, la ministre des Ressources naturelles et des Forêts, Maïté Blanchette Vézina, a déclaré comprendre l’inquiétude de la population face aux claims miniers au Québec.

C’est pourquoi j’ai (récemment) annoncé que nous travaillons actuellement sur un projet de loi. Nous écoutons les citoyens et nous agissons. L’objectif est de trouver un équilibre entre le développement minier, la protection de l’environnement et les solutions aux préoccupations de la population.

Avec les informations de Nelly Albérola

[ad_2]
journalmetro

Back to top button