Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Science et technologie

COVID-19 : l’OMS met à jour ses recommandations en matière d’hospitalisation

[ad_1]

Ces lignes directrices visent à aider les professionnels de la santé à identifier les personnes présentant un risque élevé, modéré ou faible et à adapter le traitement en conséquence.

Selon l’agence, les variantes actuelles du virus ont tendance à provoquer des maladies moins graves qu’au début de la pandémie. Avec la vaccination, les niveaux d’immunité sont plus élevés, ce qui réduit le risque de maladie grave et de décès pour la plupart des patients.

Certaines catégories ne sont plus considérées comme à haut risque

Cette mise à jour – la 13e depuis septembre 2020 – comprend de nouvelles estimations du risque d’hospitalisation.

Une nouvelle catégorie, « risque modéré », comprend désormais des groupes auparavant considérés comme à haut risque, comme les personnes âgées et celles souffrant de maladies chroniques, de handicaps et de comorbidités. Leur taux d’hospitalisation est estimé à 3%.

Les personnes dont le système immunitaire est affaibli courent un plus grand risque si elles contractent le COVID-19, avec un taux d’hospitalisation estimé à 6 %. Selon l’OMS, la plupart des gens appartiennent à la catégorie à faible risque, avec un taux d’hospitalisation de 0,5 %.

Toujours les mêmes médicaments recommandés

L’OMS recommande toujours fortement le médicament antiviral nirmatrelvir-ritonavir, connu sous le nom de marque Paxlovid, pour les patients atteints du COVID-19 présentant un risque élevé ou modéré de nécessiter un traitement hospitalier.

Si ce médicament n’est pas disponible pour les patients à haut risque, il est suggéré d’utiliser plutôt le molnupiravir ou le remdesivir.

L’OMS recommande également de ne pas utiliser le molnupiravir et le remdesivir chez les patients présentant un risque modéré, car les effets secondaires potentiels l’emportent sur les avantages possibles.

Elle ne recommande pas non plus de traitement antiviral aux personnes présentant un faible risque d’hospitalisation, précisant que « les symptômes, comme la fièvre et la douleur, peuvent continuer à être gérés avec des analgésiques comme le paracétamol ».

La mise à jour recommande également de ne pas utiliser un nouvel antiviral, le VV116, pour les patients atteints du COVID-19, sauf dans le cadre d’essais cliniques.

[ad_2]

Gn Ca tech

Back to top button